23/11/2008

Glenn Gould ou la musique pensée

Ecouter Glenn Gould c’est entrer dans une dimension qui a comme support des notes écrites il y a bien longtemps mais qu’il a le génie de rendre siennes et si actuelles. L’écouter c’est entrer dans sa dimension dans laquelle il est nous est demandé de trouver notre place.

Célèbre pour ses interprétations de Jean-Sébastien Bach, Gould nous fascine par son talent si absolu.

Dans son livre The Ecstasy and Tragedy of Genius, le psychiatre américain Peter Oswald démontre, à travers mille détails, que Glenn était un Asperger qui s’ignorait. Gould4.jpg

 

Banal comme constat. Encore aujourd’hui, par absence de spécialistes en autisme, médecins et/ou psychologues, le diagnostic d’autisme, y compris celui d’Asperger n’est pas posé. Pour la personne et la famille, c’est grave.

Glenn Gould avait un talent extraordinaire et des parents qui lui ont consenti de le faire évoluer dans le cadre qui était « naturellement » le sien, celui de la musique. Grâce à cela il a trouvé sa place dans notre société, mais savez-vous combien d’Aspergers aujourd’hui, en Romandie, par manque de reconnaissance de leur handicap, n’ont pas pu s’insérer dans le monde du travail, malgré leurs évidentes capacités intellectuelles ? Et savez-vous où elles sont placées ?

Si vous le saviez, je suis sûre que tous les parents qui me lisent aujourd’hui, des parents d’enfants dits ordinaires, seraient outrés et se rebelleraient  Mais on ne le sait pas et que peuvent bien faire les parents d’enfants Aspergers s’ils ne sont pas même reconnus en tant que tels ?

C’est un problème premièrement humain, puis social et enfin économique. Connaître et savoir réduit les coûts. Toujours et pour n’importe quel problème. Faut-il encore vouloir connaître et savoir. Aujourd’hui, concernant l’autisme,  le problème est là.

Je connais beaucoup de familles d’enfants Aspergers à Genève et ailleurs. Je connais aussi des aspies jeunes et moins jeunes avec qui j’ai toujours grand plaisir à dialoguer. J’apprends beaucoup grâce à eux. Et je les remercie.

Mes ami/es Aspergers m’ont priée d’être aujourd’hui un peu leur porte-parole puisque pour eux souvent, parler à autrui pose un problème.  Et j’ai pensé que le meilleur porte-parole de nos concitoyens aspies pouvait être Glenn Gould. L’écouter c’est peut-être se dire qu’à Genève on est en train de gâcher, par ignorance, beaucoup de « talents » cachés.

Bonne écoute et bon dimanche à tous.

 

 

08:18 Publié dans Autisme - une autre manière d'être | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.