24/11/2008

La personne autiste n'est pas personne

J'ai rencontré un certain nombre de professionnels ces dernières années, en particulier lors de mes formations dans le domaine de l'autisme, et j'ai écouté avec beaucoup d'intérêt leur point de vue, leurs difficultés, leur désarroi parfois, face aux personnes autistes. Il est vrai que ces personnes désorientent, désorientent vraiment elles.

 

 

 

Parmi tous les témoignages, un en particulier m'avait frappé. Une jeune professionnelle me confessait: "Vous savez lorsque je suis face à un autiste, j'ai l'impression de ne pas être face à une personne".

 

 

 

Sur le coup, cela m'avait un peu offusqué. Je l'avoue. Puis, j'y ai repensé et je me suis dit à moi-même n'ayant pas grand monde à qui le dire: "il est vrai que nos enfants nous invitent au quotidien à un spectacle un peu particulier, sur une scène très différente de celle que nous avons l'habitude de fréquenter..."

 

 

 

 

Nicola%20Biondani,%20Ritratto%20con%20maschera,%202004,%20errcotta%20patinata%20con%20resina,%20cm89%20x%2043%20x43.jpg

 

 

En me disant cela j'ai entendu résonner trois coups dans ma tête, c'était presque comme au théâtre, à la seule différence que pour mon jeune enfant de 3 ans alors, les coups étaient  des vrais coups, contre le sol, parfois contre le mur de sa chambre. Et ils ont été traumatisants à vivre. Surtout lorsqu'on ne comprend pas et que personne ne vous aide à comprendre. Justement comprendre: il y a cette manière qu'ils ont d'être ou -peut-on penser -de ne pas être si précisément on ne réussit pas à les "décoder". Les comprendre, telle est la vraie question. 

 

 

 

 

Si je rencontrais cette jeune professionnelle aujourd’hui, je lui dirai probablement:

 

 

"Si vous entendez par "personne" un être portant un "masque", vous avez raison, nos enfants ne sont pas des personnes, parce qu'ils sont dans l'incapacité absolue de mentir, de jouer un rôle. Ils sont bien trop logiques, trop concrets et vrais pour cela. Mais la personne autiste n'est pas pour autant personne, parce qu'elle a un "visage". Derrière le masque il y a une histoire. Et c'est cette histoire que vous devez apprendre à connaître et à « mettre en lumière »."

 

 

 

 

 

 

 

 

Je pense que dans la vie il faut toujours ramener les impressions à leur principe, et les mots à la plénitude de leur sens. 

 

 

 

 

 

 

Cela m'a toujours fait sourire de penser que la personne autiste, qualifiée pour sa rigidité  et sa fixité est précisément dépourvue de ce qui fait de nous des personnes, le masque. Personne n'est moins personne que la personne autiste. Et c'est une belle leçon de vie. Faut-il encore que cette dernière puisse « résonner » en nous. Alors, raisonnons : bas les masques !

09:24 Publié dans Autisme - une autre manière d'être | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.