03/12/2008

J3

Le meilleur canal pour entrer en communication avec la personne présentant un autisme est celui visuel. Ce sont des visuels.

Lorsqu’on ne connaît pas l’autisme on croit souvent que l’enfant ne comprend pas les consignes données. Imaginez si ledit enfant est intégré dans une classe qualifiée d’« ordinaire », cela pose effectivement  un problème…

Mais ce qui pose un problème ce n’est pas l’intégration en soi si elle est bien « préparée », elle est même très bénéfique et indispensable pour le bon développement de l’enfant autiste qui a un bon fonctionnement cognitif.

 

Non ! Ce qui pose problème c’est de croire que l’enfant autiste ne comprend pas.

Parce qu’ainsi faisant on l’exclut a priori d’un circuit qui lui est, c’est prouvé, bénéfique. Et ceci relève d’une responsabilité grave, et qui le sera toujours davantage.

 

emploi_du_temps_redim2.jpgEn fait, la personne autiste a de la peine à comprendre les consignes verbales, parce son traitement de l’information passe avant tout par le canal visuel ; visualisez donc les consignes et vous verrez une nette différence !  Et à la place de s’entendre dire en tant que parent, « votre enfant est incapable d’apprendre », on en arrive à la conclusion contraire. Au final, en tant que ce même parent, on se demande bien qui est incapable d’apprendre.

 

Qu’est-ce qu’une personne autiste nous demanderait ?

 

3. Ne me parle pas trop, ni trop vite. Les mots sont de l’ « AIR » qui ne pèse pas pour toi mais qui peuvent être un poids trop lourd pour moi. Souvent ils ne sont pas la meilleure façon d’entrer en relation avec moi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Exemple de "consignes" visualisées.

Le tout peut aussi tenir sur une feuille A4, posée sur le pupitre de l'élève.

   

Ps: En fait, aujourd'hui "Journée européenne des personnes handicapées".... un stand de l'association Insieme Genève vous attend à la place du Molard, dès 11h30. 

06:23 Publié dans Autisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.