04/12/2008

J4

Difficile de vivre dans un monde lorsqu’on ne réussit ni à conceptualiser ni à généraliser les expériences.

 

J’ai appris à mon enfant à jouer au ballon, comme n’importe quelle maman l’aurait appris à son petit bout de chou. Je me rappelle c’était dans sa chambre, le ballon était en mousse jaune.

 

Le lendemain, puis le surlendemain et encore les lendemains, je constatais avec étonnement que si je disais à mon fils, « viens on va jouer au ballon, il se dirigeait automatiquement dans sa chambre, prenait le ballon jaune en mousse et pas un autre et répétait exactement les gestes que je lui avais appris le premier jour. Impossible de jouer ailleurs que dans sa chambre, plus impossible encore de jouer au parc et alors vraiment mission impossible de jouer avec un autre ballon, couleur ou matériau différent.

 

Pour lui, jouer au ballon = ballon jaune dans sa chambre. Point barre.

 

Plus tard lorsque j’ai compris que c’était sa manière à lui d’apprendre: une action, un contexte…j’ai mis en place une autre stratégie éducative… introduire la relation et le possible changement et ce immédiatement….tout un programme….Fotolia_2508262_RO_palle_e_palloni.jpg

 

Autant dire que les parents d’enfants autistes ont un peu plus de frais que les autres parents. Pour lui apprendre à jouer au ballon, je n’ai pas acheté un seul ballon, mais au minumum dix de couleur, de texture, formes différentes…ah oui, c’est vrai et les parents d’enfants autistes font un peu plus de kilomètres que les autres parents….en effet, j’ai appris à jouer au ballon dans sa chambre, puis immédiatement au parc, puis un autre parc, puis une autre chambre (merci les copains), puis avec une autre personne…. Super !!!! On voit des lieux et du monde, mais au final, quelle satisfaction  mon enfant a conceptualisé en l’occurrence l’objet « ballon » et généraliser son expérience avec cet objet ... ça y est on peut y jouer partout.

 

Bon, je suis un peu crevée, plus que le ballon en tout cas, mais ça, ça compte pas, n’est-ce pas ?

 

 

Et ce qui est super chouette c’est qu’on fait cela pour TOUT … oui, pour TOUT…ah que notre vie est très fun!!!

 

Imaginez un simple « verre », oui un « verre »… rien de plus anodin n’est-ce pas, mais demandez à un enfant autiste… Dans nos familles, nous avons des budgets « verre », vous savez des verres bleus, verts jaunes, grands, petits, transparents, en plastique, en verre….tout cela ce sont bien des verres, n’est-ce pas ? Je l’ai appris à mon enfant, ça y est maintenant même si on va au restaurant, il ne crie plus, il arrive à déduire que cet espèce de machin en haut à droite, à côté de l’assiette est un verre, même si ce n’est pas exactement celui que je lui avais montré la première fois dans sa cuisine…bicchieri.jpg

 

Je suis heureuse d’avoir compris comment réfléchissait mon enfant, parce qu’automatiquement depuis lors quand je lui apprends une nouvelle notion, j’y inclus immédiatement le possiblement autre et le probable ailleurs. Et ça marche. Et vous savez quoi ? Il est heureux et il partage un vrai plaisir aujourd’hui avec son frère, ses quelques copains, ce dont les parents n’ont pas peur de la différence, sa famille (en somme celle qui reste) et moi sa maman qui l’aime tout simplement.

 

 

 

 

Qu’est-ce qu’une personne autiste nous demanderait ?

 

 

  1. Comme d’autres enfants et comme d’autres adultes, j’ai besoin de partager le plaisir et j’aime bien faire les choses, même si quelquefois je ne réussis pas à le faire. Permets-moi de savoir, de quelque façon, quand je fais quelque chose de bien et aide-moi à faire les choses correctement. Quand je fais beaucoup de fautes il n’arrive la même chose qu’à toi : je m’agace et je finis par refuser de les faire.

06:02 Publié dans Autisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.