08/12/2008

J8

Je prends un plaisir fou à lire les blogues de nos amis politiciens ! Assurément. A défaut de pouvoir lire des BD faute de temps (un vrai tyran), je me délecte, tôt le matin (mes journées sont toujours un peu longues), à lire ici les histoires du capitaine Haddock, du guerrier de la Treille en treillis évidemment  et que sais-je encore ! Hilarant.

 

 

 

 

Bon, en ce qui me concerne la réalité me rattrape bien vite. L’ironie peut beaucoup, quelle arme, et si elle pouvait, dans ma vie de maman, effacer comme elle efface en politique le cœur du problème, croyez-moi je ferai comme ces messieurs, j’en abuserai.

 

Mais bon, je me contente de gérer au mieux mon quotidien, très concrètement. Je sais ce n’est que MON quotidien, qui ressemble tout de même à celui de plus de 2000 familles dans le canton, mais bon… un détail. Mon quotidien, il n’y a pas si longtemps que cela, c’était l’automutilation de mon enfant. Pas simple.

 

113344.jpgMon quotidien aujourd’hui? Tiens l’autre jour je reçois un coup de fil, une grand-mère qui garde sa petite-fille la nuit, sa fille travaillant, et elle me dit : « Que puis-je faire ? Ce petit enfant qui n’a pas même 2 ans toute la nuit se frotte la tête contre les barreaux de son lit jusqu’au sang, tous les soirs. Que puis-je faire ? Rien ne l’arrête. » Je connais ce sentiment.

 

 

Je n’ai pas pensé aux casques bleus. Qu’en pensez-vous, j’aurais dû ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qu’est-ce qu’une personne autiste nous demanderait ?

 

 

 

  1. Ce que je fais ce n’est pas contre toi. Quand je m’agace et m’auto mutile, si je détruis des choses, si je suis inquiet, c’est parce qu’il m’est difficile de faire ce que tu veux, je ne le fais pas pour te faire du mal. Si j’ai un problème d’intention, ne pense pas que j’ai de mauvaises intentions !

06:06 Publié dans Autisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.