21/12/2008

J21

autistic_child.jpg

 Source:

Associion de Padres de Ninos Autistas, Angel Rivière

 

 

Qu’est-ce qu’une personne autiste nous demanderait ?

 

 

  1. Aide-moi à comprendre. Organise mon monde et aide-moi à anticiper ce qui va arriver. Donne-moi l’ordre, de la structure et pas de chaos.
  2. Ne t’angoisse pas avec moi parce que je m’angoisserai aussi. Respecte mon rythme. Tu peux toujours entrer en relation avec moi si tu comprends mes besoins et ma façon spéciale de comprendre la réalité. Ne te déprime pas, car normalement je me développerai chaque fois plus.
  3. Ne me parle pas trop, ni trop vite. Les mots sont de l’ « AIR » qui ne pèse pas pour toi mais qui peuvent être un poids trop lourd pour moi. Souvent ils ne sont pas la meilleure façon d’entrer en relation avec moi.
  4. Comme d’autres enfants et comme d’autres adultes, j’ai besoin de partager le plaisir et j’aime bien faire les choses, même si quelquefois je ne réussis pas à le faire. Permets-moi de savoir, de quelque façon, quand je fais quelque chose de bien et aide-moi à faire les choses correctement. Quand je fais beaucoup de fautes il n’arrive la même chose qu’à toi : je m’agace et je finis par refuser de les faire.
  5. J’ai besoin de plus d’ordre que toi, plus de prédictibilité  de l’environnement que celle dont tu as besoin. Nous devons négocier mes rituels pour vivre ensemble.
  6. Il est difficile pour moi de comprendre le sens de beaucoup de choses qu’on me demande. Aide-moi à les comprendre. Demande-moi des choses qui poussent avoir un sens concret et déchiffrable pour moi. Ne me perds pas de m’ennuyer ou de rester inactif.
  7. N’envahis pas trop mon espace. Parfois, les gens sont trop imprévisibles, trop bruyants, trop stimulants. Respecte les distances dont j’ai besoin mais ne me laisse pas seul.
  8. Ce que je fais ce n’est pas contre toi. Quand je m’agace et m’auto mutile, si je détruis des choses, si je suis inquiet, c’est parce qu’il m’est difficile de faire ce que tu veux, je ne le fais pas pour te faire du mal. Si j’ai un problème d’intention, ne pense pas que j’ai de mauvaises intentions !
  9. Mon développement n’est pas absurde, bien qu’il ne soit pas facile de comprendre. Il a sa propre logique et beaucoup de comportements que vous appelez « perturbés » ne sont que des façons de faire face au monde selon ma façon spéciale d’être et de comprendre. Fais un effort pour me comprendre.
  10. Les autres gens sont trop compliqués. Mo monde n’est ni complexe ni fermé mais plutôt simple. Bien que tu puisses trouver étrange ce que je te dis, mon monde est si ouvert, sans mensonges ni tromperies, si naïvement exposé qu’il m’est difficile d’y accéder. Je ne vis pas sans une « forteresse vide » mais dans une plaine si ouverte qu’elle peut paraître inaccessible. J’ai beaucoup moins de complications que les personnes que vous considérez comme « normales ».
  11. Ne me demande pas toujours les mêmes choses ni n’exige pas les  mêmes routines. Ne deviens pas un autiste pour m’aider. Je suis l’autiste, pas toi.
  12. Je ne suis pas seulement autiste. Je suis un enfant, un adolescent ou un adulte. Je partage beaucoup de choses avec les enfants, les adolescents ou les adultes qu’on appelle « normaux ». J’aime jouer et m’amuser, j’aime mes parents et les personnes qui m’entourent, je me sens gai quand je fais bien les choses. Il y a plus de choses qui nous rapprochent que des choses qui nous séparent.
  13. Il vaut la peine de vivre avec moi. Je peux te donner autant de joies que d’autres personnes même si elles ne sont pas les mêmes. Il peut arriver un moment dans ta vie où moi, bien qu’autiste, je sois ta meilleure et ta plus grande compagnie.
  14. Ne m’agresse pas chimiquement. S’ils te disent que je dois prendre un médicament veille à ce que je sois suivi périodiquement par un spécialiste.
  15. Ce qui se passe n’est la faute ni de mes parents ni de moi ni même des professionnels qui m’aident. Il ne sert à rien de culpabiliser les uns les autres. Quelquefois mes réactions et mes comportements peuvent êtres difficiles à comprendre ou à affronter mais ce n’est pas  faute à personne. L’idée de « faute » ne produit que de la souffrance en relation à mon problème.
  16. Ne me demande pas constamment des choses qui sont trop difficiles pour moi. Mais demande-moi celles que je peux faire. Aide-moi à être plus autonome, à comprendre mieux, à communiquer mais ne m’aide pas trop.
  17. Tu ne sois pas changer complètement ta vie parce que tu vis avec une personne autiste. Ça ne sert é rien que tu sois mal, que tu t’enfermes ou que tu aies une dépression. J’ai besoin de stabilité et de bien être émotionnel autour de moi pour être mieux. Pense que ce qui se passe avec moi n’est pas la faute de ton couple (ton mari ou ta femme).
  18. Aide-moi naturellement, sans que cela devienne une obsession.
  19. Accepte-moi comme je suis. Ne conditionne pas ton acceptation à ce je cesse d’être autiste. Sois optimiste sans faire de « romans ». Ma situation va s’améliorer mais pour l’instant elle n’a pas de guérison.
  20. Bien qu’il me soit difficile de communiquer ou de comprendre les subtilités sociales j’ai quelques avantages en comparaison avec ceux qu’on appelle « normaux », il m'est difficile de communiquer, mais je ne sais pas tromper. Je ne comprends pas les subtilités sociales mais je ne partage pas les doubles intentions ou les sentiments dangereux si fréquents dans la vie sociale. Ma vie peut être satisfaisante si elle est simple, ordonnée, tranquille. Si on ne me demande pas constamment et seulement ce qu’il m’est difficile de faire. Etre autiste est une façon d’être, bien qu’elle ne soit pas la normale. Ma vie comme autiste peut être aussi heureuse et satisfaisante que la tienne qui est « normale ». Dans ces vies nous pouvons réussir à nous rencontrer et partager beaucoup d’expériences.

 9782100510306.jpg

Merci pour eux. Bonne lecture.

 

 

05:35 Publié dans Autisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.