23/12/2008

J23 - Mais qui a dit qu’il devait y en avoir qu’une ?

fondo-papa-noel.jpgPetit Papa Noël, quand tu descendras du ciel avec…

 

 

Qui ne connaît pas ce refrain, quel enfant n’est-il pas enchanté et impatient d’arriver à la veille de Noël pour ouvrir ces mille paquets-joujoux que le mystérieux homme à la barbe blanche réussit chaque année, quelle performance, à transporter sur son magnifique traîneau-grelot? Quel enfant ?

 

 

Mon petit Jean-Baptiste trépigne d’impatience et ses deux magnifiques grands yeux noirs brillent. Au réveil, depuis un mois déjà, il ponctue son bonjour avec : « Maman, c’est bien aujourd’hui Noël ? »

 

Il ne sera plus déçu dans deux petits jours. Quatre ans : l’âge où tout paraît trop lent, trop long, trop grand. Il rêve, il imagine, il espère que parmi les mille idées cadeaux qu’il a évoquées ces derniers temps, éprouvant ainsi en lui tout doucement l’idée du temps, le tout au détour d’une bouchée steak/purée, une au moins soit bien arrivée aux oreilles de ce sacré Père Noël.

 

_cadeau_noel_s.jpgPour Gabriel, c’est bien di fférent. Pour lui, c’est une évidence que Noël n’est pas avant le 25, une date est une date ! Que di antre ! Et quel autre cadeau pourrait-il bien recevoir que celui qu’il a lui-même choisi et emballé, papier couleur rouge et pas un autre, il y a un mois déjà avant l’Avent, bien sûr. Après, il suffit de l’ouvrir et son regard ne sera pas moins pétillant que celui de son jeune frère qui du paquet n’en connaît pas même la couleur.

 

Deux manières de vivre Noël, mais qui a di t qu’il devait y en avoir qu’une ?

 

 

Dans cette histoire, c’est le sourire de  mes enfants qui est le plus important.

 

Aujourd’hui, je sais –parce qu’on me l’a enseigné, merci à mes amis spécialistes, que pour voir Gabriel sourire le jour de Noël et non plus le voir pleurer, crier, s’automutiler, comme lors du Noël de ses 4 ans (Gabriel a aussi eu 4 ans), son cadeau doit être tout simplement prévu et connu. Tout simplement.

 

 

Dans cette histoire, c’est le sourire de  mes enfants qui est le plus important.

 

Peu m’importe si c’est moi qui dois faire l’effort de changer MA manière A MOI de concevoir et vivre Noël. Moi, je peux changer, je peux plus facilement comprendre et m’adapter, jusqu’à la preuve du contraire, je ne suis pas une personne autiste, mais la maman d’un enfant autiste.

 

 

C’est aussi cela, je pense, comprendre et accepter le sens de la di fférence. Non  ?

 

 

 

… tes jouets par milliers, n'oublie pas mon petit soulier

 

09:02 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.