31/01/2009

Mille

Il n’est pas simple pour un parent de comprendre le sens de la différence, la vivre ensuite au quotidien et imaginer la vivre une vie durant. La différence ne s’efface pas. Elle vit/se vit en nous et se dépose/repose dans le regard d’autrui comme une tare à éviter.

Nos enfants vibrent pourtant, silencieusement, mais ils vibrent. Ce sont nos yeux qui ne voient pas et notre cœur qui n’entend pas.

Pour regarder et entendre ces enfants-là, il est vrai, très vrai, que c’est nous qui devons changer d’optique et de logique. Ne plus réfléchir en mots, pas même en image, mais en mille petits points qui ensemble font une image. Puis, ne plus parler ou si peu, pas même avec le regard, mais lentement fixer sur du papier si ordinaire, afin qu’ils se cristallisent, ces mille petits points qui ensemble font et donnent un sens, y compris à la vie.

Je mets au défi celui qui me lit de changer au quotidien sa manière de percevoir, de comprendre et de communiquer.

C’est pourtant ce que font mille parents autour de nous, et cela tout simplement pour vivre un instant, souvent fugace et fragile, et qui parfois ne vient jamais, un moment d’échange avec leur propre enfant. C’est un regard, un sourire, un simple toucher. Ce moment-là efface pourtant tout l’épuisement, moral et physique, qui est souvent le leur. Il l’efface. Mais il revient.

Je tends la main à celui qui en a besoin. Je luis dis : il n’y a pas qu’une manière de communiquer, mais mille. Mille.

13:35 Publié dans Autisme - une autre manière d'être | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.