En anglais : Treatment and Education of Autistic and related Communication handicapped Children ou traitement en français: Education des enfants autistes ou souffrant de handicaps de communication

 

8u5x05hp.jpg

 

Historique

Cette méthode cognitive est créée en 1966 aux Etats-Unis par Eric Schopler. Elève de Bettelheim, Schoplrt s’oppose cependant à son maitre en arguant que les parents doivent avoir un rôle important dans la prise en charge de leur enfant autiste. Selon Schopler, les parents connaissent leur enfant mieux que personne d’autre et les éducateurs doivent les prendre comme partenaires. L’objectif du programme est de se mettre « dans la peau de la personne autiste» et non de tenter d’infléchir cette personne et de lui donner les moyens de comprendre, d’apprendre et de communiquer pour mieux vivre le plus autonome possible. En ce qui concerne la gestion du comportement, TEACCH travaille de façon très proche de l’analyse fonctionnelle et de l’analyse comportementale appliquée.

 

 

Un programme de travail individualisé 

Les créateurs du programme TEACCH ont mis au point une échelle diagnostique appelée C.A.R.S. ( The Childhood Autism Rating Scale) comportant 15 points. Mais un diagnostic d’autisme n’est pas suffisant pour proposer un programme d’intervention individualisé. Ainsi, le PEP-R ( Psychoeducational Profile-Revised) révèle le profil des compétences acquises et en émergence dans plusieurs domaines pour l’enfant et permet la conception d’un programme de travail individualisé. Pour les adolescents et les adultes, on travaille sur le AAPEP (Adolescent and Adult Psychoeducational Profile). Après évaluation de l’enfant, l’accent est mis sur les compétences émergentes.
Voici les thèmes principaux abordés par le PEP-R :
  1. L’imitation : c’est un élément fondamental de l’apprentissage. Ex : imitation vocale, motrice, etc...
  2. La perception : on travaille le déficit de traitement des sensations, en plus particulièrement en ce qui concerne la vue et l’ouie.
  3. La motricité générale : il existe souvent des atteintes au niveau de la motricité générale due à l’absence de théorie de l’esprit.
  4. La motricité fine : elle est essentielle pour pouvoir écrire, manipuler les images PECS, les objets, etc...
  5. La coordination œil-main : consiste à regarder ce que l’on fait tout en contrôlant son mouvement.
  6. Les performances cognitives : ici on parle de compétences cognitives (sériation, tri, classement,...) et de langage réceptif (compréhension de la communication, des consignes simples,...). Ces compétences cognitives sont très importantes pour la relation de la personne autiste avec son environnement.
  7. Compétences verbales : tout ce qui a attrait au langage expressif. Chez les personnes non-verbales, on utilise des pictos, de la langue des signes simplifiée, etc...
  8. L’autonomie : il s’agit des compétences de base pour vivre de façon autonome (alimentation, propreté, hygiène, habillement, déplacements,...).
  9. Les habiletés sociales : ce sont les compétences qu’il faut avoir pour s’intégrer dans un groupe et avoir des comportements socialement acceptables.
  10. La gestion du comportement : on parle ici de comportements d’automutilation, agressifs, destructeurs, persévérants (stéréotypies) et déficitaires (inhibition, impulsivité,...). Si le comportement ne nuit pas à l’apprentissage, sa gestion sera un objectif secondaire. S’il nuit à l’apprentissage, sa gestion deviendra un objectif prioritaire.

 

Vocaludik vous conseille :

 
grand classeur de communication

Vocalubile

des tonnes de tête, le jeu magnétique

le kit des émotions

 

La structuration de l'espace et du temps 

Un emploi du temps visuel propose des activités d’autonomie quotidienne et d’apprentissage cognitif. Il précise d’une manière très spécifique et constante le lieu de l’activité, l’heure et la durée. On détermine un lieu pour chaque chose, chaque activité. L’organisation visuelle de cet emploi du temps est la suivante : soit le début des activités est à gauche et on poursuit vers la droite pour l’activité suivante, soit la première activité est en haut et on poursuit vers le bas pour les activités suivantes. La méthode aident les personnes autistes à trouver un sens à leurs journées en offrant une structure spatio-temporelle très structurée, stable et rassurante. L’enfant est installé dans un endroit calme, isolé de toutes distractions extérieures et très structurés. Les tâches à effectuer dont disposées sur l’étagère à gauche. Une fois finie, elles sont placées sur l’étagère de droite.

 

Vocaludik vous conseille :


le time timer

l'horloge d'apprentissage junior

time tracker

le synopte enfant

 

Les aides visuelles 

Partant du constat que les personnes autistes comprennent mieux ce qu’elles voient que ce qu’elles entendent, la méthode Teacch utilise beaucoup l’information visuelle (objets concrets, pictogrammes, écriture). Les aides visuelles permettent de compenser les difficultés et d’adapter l’environnement aux difficultés de la personne autiste. Ces aides doivent être adaptées à l’âge et au degré d’autonomie de la personne. Les aides visuelles contribuent aussi à réduire certains troubles du comportement car elles leur permettent aux personnes autistes de mieux appréhender l’environnement et d’anticiper. Les aides visuelles peuvent avoir plusieurs finalités : emploi du temps et calendriers, organisation de l’espace, organisation visuelle des actions et structuration du travail, gestion visuelle des consignes et transmission d’informations entre la structure d’accueil et la famille (le cahier de liaison).

 

 

Les critiques de la méthode

La méthode Teacch est critiquée pour son risque de « mécaniser » l’enfant lorsqu’elle est appliquée de manière trop rigide et culpabiliser les parents en cas d’échec de la méthode dans la mesure où ils ont un rôle de co-thérapeutes. La méthode peut également être perçue comme contraignante : l’appliquer demande beaucoup de rigueur et de temps d’évaluation. C’est une approche plutôt environnementale, ce qui signifie qu’on travaille moins directement sur la personne. Il y a aussi le problème de la gestion de l’imprévu car on ne peut pas vivre à 100% dans un monde exclusivement « Teacch ». Ce problème se pose notamment lorsque l’enfant retourne à la maison, l’organisation n’est plus la même et les troubles sont parfois difficiles à gérer pour les parents.

 

Source: http://blog.vocaludik.fr/?2008/11/18/52-votre-dossier-aut...