25/02/2009

J'ai tué mon fils autiste

Rien ne justifie l'acte ultime. Rien.

Le désespoir ?  L'incompréhension? La solitude? la fatigue physique et morale? La peur?

 

171d88401daa9d628cb635d508672d1f.jpg

Qu'est-ce qui a poussé Calogero Crapanzano, instituteur alors à la retraite, âgé de 61 ans à étrangler son propre fils de ses propres mains le 22 juin 2007? Il était âgé de 27 ans. Son prénom? Angelo. Il souffait d'autisme sévère.


Les raisons évoquées par le père ?

Mon fils s'auto-mutilait tous les jours. C'est difficile à vivre. Vraiment. C'est vrai, c'est difficile.


L'idée qu'après ma mort et celle de mon épouse mon Angelo que j'aimais si fort ne se retrouve tout seul, seul, mais vraiment seul. L'idée lui m'en était insupportable. Elle l'est.


Alors il l'a tué.

Son procès s'est terminé hier à Palermo. Il écopera 9 ans et 4 mois de prison.

 

Il n'y a pas de morale à cette histoire. Ce n'est pas une fable.

 

 

20:06 Publié dans Autisme - récits et témoignages | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | Pin it! |

Commentaires

Oui, c'est vraiment terrible. Il n'y a pas bien sûr pas de morale. Terrible pour l'enfant. Terrible pour les parents.

Écrit par : arkencielle | 25/02/2009

Les commentaires sont fermés.