01/03/2009

La loi sur l'intégration, quelle place pour les enfants autistes?

La loi sur l'intégration adoptée le 14 novembre dernier par le Grand Conseil a certes une belle portée pour tous les enfants présentant  un handicap jusqu'à présent exclus du système ordinaire et placés dans un circuit spécialisé, mais elle risque de se révéler un échec si des moyens et des mesures ne sont pas pris pour assurer sa bonne application.

Une loi sur l'intégration ne doit pas être un alibi, mais bien un fer de lance au service d'une vraie volonté de seconder des enfants avec de grosses difficultés. Dans le cadre très spécifique de l'autisme, l'intégration est plus que souhaitable, mais n'est envisageable qu'avec du personnel formé et au fait des outils dans le domaine de la pédagogie pour enfant avec autisme. Sinon, l'intégration se traduira, dans la majeure partie des cas, par un échec.

Nous voulons l'éviter et alertons les autorités compétentes sur la NECESSITE d'être formé en autisme, y compris (et surtout) pour accompagner nos enfants dans le milieu scolaire ordinaire.

A ce sujet, une première en Romandie. L'association autisme suisse romande a réussi à mettre en place, au niveau de la formation continue de l'Université de Fribourg, un "certificat en autisme". Il sera possible dès la rentrée 2009 de suivre des cours et se spécialiser dans ce domaine. Infos: www.unifr.ch/formcont

148_64cdc3a4f11a97a054ee938753f93b55.jpgLorsqu'on veut scolariser un enfant autiste, il faut se concentrer sur un point nécessaire: l'adulte à qui l'enfant est confié doit être "la référence" aux yeux de l'enfant. Le choix de l'enseignant est donc principal. Ce référent est alors précieux puisque sa présence sécurise l'enfant et bloque de ce fait toute situation de panique. Une multiplication des intervenants serait une erreur: l'enfant ne se sentira plus en sécurité et sera voué à l'échec.

La classe dans laquelle l'enfant va être intégré nécessite une gestion importante et très spéciale.

Dès le début de l'année une rencontre est organisée entre les parents de l'élève et son professeur afin de déterminer les besoins particuliers de l'enfant, et les objectifs réalistes pour l'année.

Un plan d'intervention personnalisé est alors mis en place pour assurer un apprentissage efficace (emploi du temps visuel ou emploi du temps écrit, par exemple). L'emploi du temps de l'élève doit être clair, illustré de photos ou de dessins pour que l'élève soit organisé. Leur emploi du temps ne doit pas être surchargé pour éviter ainsi que l'élève ne soit sur-stimulé ( il faut dans ce cas là aider l'élève à se calmer et si nécessaire prévoir un temps de pause). Chaque élève a un style d'apprentissage unique, les spécialistes concernés doivent donc adapter leur mode de travail à chaque autiste et l'aider dans sa concentration lors d'une activité d'apprentissage. Les élèves autistes sont capables d'acquérir des notions (même abstraites), mais au rythme qui leur est propre. Ce rythme est influencé par l'environnement familial, familier et quotidien. Il faut toujours leur proposer des activités dans lesquelles ils sont en réussite pour qu'il se sentent ainsi sécurisés et pour leur apporter petit à petit de nouvelles notions ce qui leur permettra de progresser doucement.

L'élève doit avoir toujours la même routine pour qu'il ne soit pas paniqué devant des changements inhabituels.

Les méthodes d'apprentissage doivent être basées sur du matériel visuel afin d'enseigner d'un point de vue fonctionnel et pratique. Le point le plus important que les spécialistes font travailler tous les jours : la parole. En effet, l'enfant autiste ayant des difficultés importantes dans ce domaine, les professeurs traitent ce problème dès leur début de scolarité avec des ateliers d'enseignement de la langue. Il faut également, toujours dans le soucis des problèmes de communication, que l'éducateur encourage son élève à aller voir d'autres enfant tout en le "laissant seul" au besoin. Les professeurs intègrent le plus souvent des notions d'habiletés sociales, de contrôle de soi et de résolution de conflits dans leur enseignement.

La solution ? Des classes intégrées.

La classe intégrée ne doit pas rester fermée sur elle-même. Son projet interactif est inscrit dans le projet de l'établissement. Chaque élève scolarisés dans la classe doit pouvoir bénéficier de temps d'intégration dans des classes ordinaires.

Cette classe a des principes de fonctionnement spéciaux:

- Elle évalue le niveau du developpement de l'enfant (grâce à des outils standarisés et adaptés)

-Elle élabore un programme éducatif individualisé (PEI) de chaque enfants (en tenant compte de son niveau et des ses motivations)

-Elle met en oeuvre ce programme éducatif individualisé (en respectant les fondements de bases du PEI)

-Elle procède à l'évaluation régulière et continue des résultats (pour réajuster le PEI)

-Elle collabore entre les parents et les professionnels (grâce à un cahier de liaison rempli quotidiennement)

-Elle exerce un tutorat entre les enfants autistes et les enfant tout-venant

-Elle prolonge les activités à l'exterieur de la classe (pour généraliser les apprentissages)

 

17:47 Publié dans Autisme - Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.