31/03/2009

Les pédopsychiatres de Genève le savent-ils?

On naît autiste.

«Le problème de l'autisme, c'est qu'on est dans un domaine où les connaissances ne sont pas très établies. Il n'y a que des faisceaux de présomption et cela laisse la porte ouverte à tout», souligne le Dr Éric Lemonnier, du centre de ressources sur l'autisme, un des trois premiers centres à avoir vu le jour en France avec Montpellier et Tours. «En dix ans, ce sont quelque 7.800 personnes qui ont été évaluées dont deux tiers d'autistes», souligne le médecin qui a eu l'occasion de voir en consultation «tout l'éventail de l'autisme». «Clairement, tous les spécialistes de l'autisme s'accordent pour dire qu'il s'agit d'un trouble du développement du système nerveux. Au moment du deuxième trimestre de la grossesse, les structures cérébrales ne se mettent pas en place de la même façon. Cela a pour conséquence, qu'on naît autiste et qu'on va fabriquer de la pensée selon des processus différents des nôtres», explique ce dernier.

Une méthode intéressante

upper_cumberland_autism_support_group_social_academy_Miss_patti.jpgMais aujourd'hui encore, il doit se heurter au refus de beaucoup de praticiens d'entendre raison sur cette approche. «Ce sont des troubles associatifs. L'autiste n'arrive pas à associer et il faut tout leur apprendre. Cela peut passer par la méthode ABA qui aide à mettre en place le langage. Cela leur offre un degré de liberté supplémentaire», précise Dr Lemonnier. Il regarde aussi avec beaucoup intérêt la thérapie d'échange et développement, expérimentée avec succès par l'équipe de Tours qui travaille depuis quarante ans sur l'autisme. «Cela permettrait de se dégager des débats comportementalistes et non-comportementalistes». Et de constater que, paradoxalement, c'est dans les IME pour enfants ou les foyers d'accueil sociaux que les choses bougent, qu'on prend en compte les particularités de l'autisme et qu'on change les méthodes.

«L'école c'est fondamental»

«L'école, c'est fondamental pour eux. Quand le langage est acquis avant six ans, on peut les faire rentrer au CP. On a des surprises étonnantes. Il y a ainsi plus de 150 enfants qui sont scolarisés normalement. C'est très compliqué à mettre en place, il faut parfois des auxiliaires de vie scolaire», «Mon travail, c'est de faire progresser les uns et les autres», précise ce dernier, qui se rend aussi dans les écoles pour expliquer aux enseignants les spécificités de l'autisme. «Avec dix ans de recul, on a réussi à convaincre les enseignants référents. On a été sollicité pour faire des formations et cela va se mettre en place», se réjouit le spécialiste, qui insiste sur la nécessité d'un diagnostic précoce mais aussi d'une prise en charge, le plut tôt possible - sans attendre que le diagnostic soit posé à 3 ans ou confirmé à 5 ans- par une orthophoniste qui pratique le PECS (système de communication par échange d'image) de la méthode ABA ou le Teacch.
Pratique Conférence du Dr Éric Lemonnier sur l'autisme, à l'initiative de l'association Autisme Cornouaille, vendredi, à 20h, aux Halles Saint-François, à Quimper.

05:52 Publié dans Autisme - Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | Pin it! |

Commentaires

Rectification par le Dr Lemonnier dans la conférence : depuis 1999, ce ne sont pas 7800 évaluations qui ont eu lieu, mais 780.

Le centre de ressources autisme fait beaucoup d'évaluations : cela représente une centaine par année.

Par contre, le personnel du CRA reçoit plusieurs centaines d'autistes (avec ou sans leurs parents) par an.

Un diagnostic est normalement fait en France, suivant les recommandations officielles, avec un ADI, ce qui se traduit par une ou deux consultations.

Le titre de votre article me fait une impression d'ironie amère (c'est lourd comme expression) : "Les pédopsychiatres de Genève le savent-ils?"

En effet, on pourrait en dire la même chose pour ceux de Bretagne. La volonté de la majorité d'entre eux, c'est d'empêcher les parents ou autistes d'avoir connaissance de l'existence du CRA, de les détourner d'y aller, pressions psychologiques à l'appui et campagnes de dénigrement allant jusqu'à la diffamation publique et privée.

Une évaluation est plus longue et suppose une série de tests par une équipe pluridisciplinaire : cf http://www.asperansa.org/ech_evaluation.html

Écrit par : Jean | 10/04/2009

Les commentaires sont fermés.