02/04/2009

VD: Lieu d’accueil pour ados autistes

logo.gif

La première structure romande du genre est inaugurée ce jeudi 2 avril à Lausanne

 

L’autisme est un handicap mystérieux qui s’exprime de manières très différentes. Toutefois, les personnes atteintes ont toutes en commun un grave déficit des interactions sociales. Leur prise en charge nécessite une bonne connaissance de ce handicap. Il existe des écoles spécialisées, mais l’offre ne va pas au-delà de la scolarité obligatoire. Or on ne guérit pas de l’autisme. Les parents rêvent de structures adaptées qui pourraient accueillir leurs enfants tout au long de leur existence. Le canton de Vaud a donc décidé de soutenir un nouveau projet destiné aux 16-20 ans. Il sera inauguré aujourd’hui à Lausanne, à l’occasion de la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme. Une première. Marc Pannetier, directeur de l’association Le Foyer, qui a ouvert trois classes pour les enfants autistes en 1997, présente ce projet.

Le Temps: En quoi consiste votre projet d’accueil des jeunes autistes?

Marc Pannetier: C’est en quelque sorte le prolongement de notre école. Nous avons constaté que, lorsque les enfants ont fini leur scolarité, les parents ne trouvent pas toujours un endroit adapté à leur handicap. Nous avons donc créé une structure pour adolescents autistes, la Strada. Ce n’est plus une école, mais un lieu où l’on poursuit les acquisitions scolaires, l’apprentissage d’une autonomie domestique et de la communication.

– Qu’est-ce qui a changé dans la prise en charge de ces enfants?

– On propose une approche structurée où l’environnement est adapté afin de le rendre compréhensible et prévisible. On ne pense plus que la maladie est la conséquence d’une quelconque faute parentale, comme autrefois. L’autisme est un trouble envahissant du développement, caractérisé par des altérations parfois graves dans le domaine de la communication verbale et non verbale, des interactions sociales et des comportements. Nos professionnels structurent le temps et l’espace autour des élèves afin qu’ils trouvent des repères. Cela réduit significativement les angoisses et les réactions de colère. Nous préparons par exemple les activités ou les apprentissages avec des aides visuelles (objets, photos, pictogrammes). Cela demande une organisation continuelle des journées afin de permettre aux enfants de se préparer au déroulement de leur programme. Nous nous appuyons sur une formation individualisée, tenant compte des aptitudes et du niveau de chacun.

– Pensez-vous trouver des débouchés pour les jeunes de la Strada?

– Nous n’avons pas encore le recul suffisant. Nous pensons proposer du «job coaching» pour les jeunes dont les aptitudes seraient suffisantes pour envisager une intégration dans le monde du travail.

– Un enfant sur 100 environ est touché par l’autisme. Et dans 60% des cas s’ajoute un handicap mental. Comment arriver à une bonne prise en charge?

– Nous avons réalisé deux étapes, la première pour les enfants, la deuxième pour les adolescents. La prochaine concernera les adultes. Nous aimerions développer un réseau qui permette de proposer des prises en charge adaptées tout au long de la vie des personnes atteintes d’autisme. Nous réfléchissons à la mise sur pied d’un réseau autisme-partenaire. Soit donner la possibilité à des institutions de développer des prises en charge qui respectent les spécificités de l’autisme. Cela va de pair avec la formation adéquate du personnel spécialisé. En amont, il s’agit aussi de favoriser une intégration partielle des élèves dans l’école ordinaire, en collaboration avec les directions et les enseignants des établissements scolaires sensibilisés à cette problématique.

 

Association Le Foyer, rte d’Oron 90, Lausanne. Portes ouvertes 14-16h. Dès 20h, concert de soutien au Casino de Montbenon, à Lausanne, avec le Trio Almawil. Entrée: 80 francs.

 

17:23 Publié dans Autisme - Romandie - Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.