15/05/2009

Comment faciliter l'intégration d'un enfant Asperger en milieu scolaire?

Un enfant Asperger a une réelle volonté de faire partie de la classe et d’avoir des amis, mais il ne sait pas comment s’y prendre : il faut donc lui donner des outils pour y parvenir, en sachant que cet apprentissage des comportements sociaux est capital pour son intégration et son développement.

Il n’a pas de réel sens critique et peut donc subir de mauvaises influences ou devenir bouc émissaire.

Informer massivement les élèves, les enseignants, les surveillants sur le handicap et le fonctionnement de ces enfants,l’abstrait, en s’appuyant sur des exemples concrets, promouvoir l’empathie et la tolérance auprès des autres enfants.

Le point clé étant de leur faire comprendre que ces enfants ne perçoivent pas l’implicite et donner de l’information,

Valoriser leurs points forts, comme la mémoire, leurs intérêts spécifiques, leur connaissance encyclopédique sur un sujet particulier, la lecture, le vocabulaire.

Lui donner des modèles de comportements et d’attitudes (notamment auprès de ses camarades), lui permettant de les reproduire et ainsi de faire pas à pas l’apprentissage des conventions sociales.

Aider l’enfant à mieux gérer les temps de pause ou de récréation car ce sont des mises en situation de groupe toujours difficiles et complexes à gérer pour lui (manque d’organisation, atmosphères bruyantes,….) :

Se mettre d’accord avec l’enfant sur un signe qui lui permettrait de vous faire comprendre de manière discrète qu’il a besoin d’aide quand on se moque de lui ou quand il est en conflit avec un pair

Lui donner parfois la possibilité d’être seul pendant les pauses.

 

Lui apprendre à réagir aux réactions des autres. Lorsqu’il a été insultant, insensible ou qu’il a manqué de tact, il faut lui expliquer pourquoi ses réponses ont été inappropriées et quelles réponses il aurait dû émettre.

 

1er cas typique : les enfants Asperger peuvent devenir hyper anxieux voire colériques :

  • Incompréhension d’une consigne
  • Changement imprévu ou situation nouvelle, inédite
  • Excès de bruit
  • Moquerie de la part de ses camarades
  • Difficulté à accepter leurs erreurs (enfants très perfectionnistes sans réelle estime d’eux-mêmes)
article-1090822-006CAC4300000258-603_468x286.jpg

Dans ce cas, ils doivent être aidés car ils ne savent pas gérer seuls ces situations : l’enseignant se doit d’être calme, patient et rassurant : son ton de voix doit être posé.Il doit tenter d’identifier les causes du malaise de l’enfant, et dédramatiser le problème. Ensuite seulement il pourra le corriger par exemple en reformulant une consigne, en l’isolant dans un endroit calme, en mettant fin aux moqueries, …

Ces crises, lorsqu’elles sont « bien gérées », ont vite tendance à ne plus se reproduire.

2ème cas typique : l’enfant Asperger peut se montrer très « changeant » :

D’un jour sur l’autre, voire d’un cours sur l’autre, il sera tantôt concentré et apprendra correctement, tantôt il semblera absent. Dans les « mauvais jours », le mieux est de faire des révisions ou des activités connues et d’attendre patiemment que l’enfant se « reprenne ».

 

Accompagner un enfant Asperger ou un enfant présentant un TED en classe relève d'une compétence. Il fait pouvoir l'acquérir. D'où l'importance de la mise en place d'une formation spécifique dans le domaine de l'autisme.

 

 

20:03 Publié dans Autisme - école - inclusion | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | Pin it! |

Commentaires

Merci Beatrix pour votre blog vraiment très très intéressant. Au fil du temps, vous nous apprennez beaucoup, faisant reculer les clichées et autres idées préconçues. Vous n'hésitez pas à briser des tabous qui perdurent encore trop souvent...
vous avez toute notre sympathie pour votre noble démarche.
cordialement
mur

Écrit par : mur | 15/05/2009

Merci mur... ma démarche vise ausi à aider les nombreux parents qui me lsisuent et qui, par peur (il faut quand même le dire), se murent dans un silence insupportable...

Ils ont peur de parler d'autisme, il y a un regard si négatif de la société su ce handicap (et le handicap en général), ils ont peur qu'en se dévoilant, leur enfant perde leur place en institution (il y a un manque récurrent de places dans les hôpitaux de jour...), ils ont peur...parce que il y a une telle ignorance véhiculée encore aujourd'hui dans les milieux dits officiels sur l'autisme qu'ils ne savent, bien souvent, plus à quels saints se vouer...

Cela prendra du temps de changer tout cela, mais il faut bien commencer un jour... on a presque 40 ans de retard... ça fait beaucoup, je trouve.

Merci pour votre commentaire, Mj

Écrit par : Marie-Jeanne | 16/05/2009

Les commentaires sont fermés.