17/09/2009

La prise en charge précoce

 

Tout le monde le reconnaît aujourd'hui, la prise en charge précoce, selon une approche ciblée et adaptée aux besoins de l'enfant (enseignement structuré), permet une évolution favorable, quel que soit le niveau d'atteinte.

A Genève, nous avons les infrastructures pour accueillir nos enfants, même si des places en institution manquent encore, mais la prise en charge n'est pas SPECIFIQUE.  Le problème est là! Lorsque le choix peut se porter sur la scolarisation de nos enfants, PERSONNE n'est formé pour le faire et les instituteurs/institutrices ni informés, ni sensibilisés à cette problématqiue pourtant très diffuse: 1 enfant sur 166 naît dans le cadre des TED!

Comment ferons-nous lorsque la loi du 14 novembre 2008 sur l'intégration des enfants à besoins spéciaux sera effective ?

 

En attendant que l'Etat se mobilise et offre le BABA d'une prise en charge correcte aujourd'hui unanimement reconnue, les parents sont CONTRAINTS d'employer le système D, entendez offrir -par des moyens conséquents - un enseignement adapté en privé pour répondre aux besoins élémentaires de leur enfant. Et pour les parents qui n'ont pas les moyens ? Ou qui ne savent pas comment et quoi faire ?

Les parents aujourd'hui, à Genève, sont les victimes de l'Etat (et le mot n'est pas trop fort), qui joue (pour combien de temps encore?) les indifférents.  Je rappelle à l'Etat en question et aux Départements concernés qu'une écoute bienveillante est de mise, certes, mais ce qui est encore plus de mise c'est une action concrète et d'envergure. Faut-il encore 1/ prendre VRAIMENT conscience de l'ampleur du problème 2/ vouloir agir 3/ se donner les moyens d'agir.

Simple à dire ? Au fond, pas si compliqué à faire. La création d'un groupe de travail "autisme" serait le premier pas concret vers des solutions qui existent. On attend encore...

 

 

 

 

07:11 Publié dans Autisme - dépistage, diagnostic | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.