01/12/2009

L'autisme vu de l'intérieur

Le mercredi 2 décembre prochain à 19 h, Stéphan Blackburn lancera son livre intitulé «Dieu merci! Les autistes sont là!» à la bibliothèque Charles-Édouard-Mailhot. Ce livre, expliqué par un homme diagnostiqué du syndrome d'Asperger, permet de voir l'autisme d'une façon différente. «Et si l'autisme n'était pas, en soi, un handicap?»

D'entrée de jeu, l'auteur explique qu'il n'a pas écrit le livre pour faire de l'argent. «Si j'ai quelque chose à faire, c'est de prendre mes forces et les partager. M'en servir pour aider le prochain».

mt_stephane_blackburn.jpgAu premier coup d'œil, Stéphan Blackburn ne semble pas autiste. Il fonctionne d'ailleurs assez bien dans la vie de tous les jours avec l'aide de son épouse, Sylvie. Même que ce n'est que dans la quarantaine, après que ses deux fils aient été diagnostiqués que Stéphan s'est aperçu que des signes du syndrome Asperger le décrivaient. Même si ce fut un choc pour lui, la nouvelle lui a permis d'expliquer certains de ses comportements depuis son enfance.

Aujourd'hui, toute sa famille a appris à vivre avec la situation de chacun. N'avons-nous pas tous nos forces et nos faiblesses? C'est une famille remplie d'amour que plusieurs pourraient envier…

Il va sans dire que le sujet a commencé à le passionner de plus en plus et en autodidacte, Stéphan Blackburn a entamé des recherches qu'il poursuit encore aujourd'hui. Même que son premier livre sur l'autisme, devrait être suivi d'un deuxième tome puisqu'il considère qu'il n'a pas abordé certains aspects très importants pour lui.

Le livre est fort bien écrit et très facile à comprendre. Il explique la différence entre les autistes et les non-autistes (neurotypiques) de la façon suivante : «Connais-tu ces lunettes à deux couleurs (une lentille bleue, une lentille rouge), qui permettent de voir certaines images en trois dimensions? Imaginons un monde où la vaste majorité des gens auraient une vision en rouge. Dans un tel monde, des gens voyant en «bleu» ne seraient pas «normaux». Ils verraient les choses autrement. Et ils n'auraient pas forcément tort. La magie, si elle s'opère un jour, ce serait que les neurotypiques (vision en rouge) et les autistes (vision en bleu) puissent s'accepter tels qu'ils sont, mutuellement, et que de leur travail commun naisse une vision du monde nouvelle et enrichie (la troisième dimension)».

L'auteur raconte qu'il a décidé d'écrire son livre parce que dans toutes ses lectures et recherches, aucun livre, ou presque, ne parlait de ce qu'il vit, de ce qu'il sent. «Si j'avais un modèle qui pourrait aider les gens à comprendre, à les réconforter…», souhaite-t-il. Stéphan ne veut pas dire, dans ce livre, qu'il a raison sur tous les points, mais désire pour présenter la situation, avec des mots simples, en s'adressant au lecteur avec le «tu».

Actuellement sans emploi, Stéphan espère bien retrouver du travail le plus rapidement. «Je dois ça à ma famille». Il a déjà enseigné la philosophie au cégep, a été camionneur, joue du violon comme pas un et désire toujours en apprendre plus sur l'autisme.

Il faisait des démarches, lors de l'entrevue, afin de devenir orienteur pour les autistes. Un poste dans lequel il se verrait très bien, étant en mesure de bien cerner leurs forces et leurs faiblesses.

Et les projets ne manquent pas pour lui. En effet, un deuxième tome de son livre pourrait bien être écrit et il travaille afin d'élaborer un système de pictogrammes simplifié, qui permettrait à ceux qui l'utilisent, de pouvoir prendre des notes et d'écrire plus facilement. «Je voudrais l'accompagner d'un DVD dans lequel je raconterais une histoire avec des images, et qui serait sous-titré avec les pictogrammes». Il poursuit également ses recherches sur l'autisme, toujours dans l'objectif de pouvoir être utile dans la société. «à aider à construire le monde, ou contribuer à l'empêcher de se démolir…»

16:57 Publié dans Autisme - récits et témoignages | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.