11/12/2009

Les thérapies et les interventions alimentaires

Les personnes atteintes d’un TED ont souvent des problèmes médicaux inhabituels qui sont parfois difficiles à traiter. Les TED sont fréquemment associés à des troubles intestinaux et à une inflammation gastro-intestinale chronique. Selon certaines personnes, ces deux problèmes font en sorte que le corps absorbe moins bien certains éléments nutritifs essentiels. Selon des chercheurs, la majorité des enfants atteints d’un TED ont des troubles du système immunitaire; ils réagissent donc différemment aux virus, aux toxines ou à certains aliments. Voilà pourquoi on propose des régimes alimentaires et des approches médicales alternatives qui soulagent ces divers troubles et qui permettent d’améliorer les capacités et la santé globale des enfants atteints.

Beaucoup de parents ainsi que de plus en plus de médecins ont noté des progrès chez les enfants atteints d’un TED qui avaient pris divers suppléments alimentaires et changé de régime. Depuis 10 ans, des observations laissent en effet penser qu’il est possible d’améliorer la digestion, l’expression orale, les allergies et les comportements grâce à des vitamines essentielles, par exemple la B6 et la B12, et à un régime sans gluten et sans caséine. Les experts et les chercheurs ne s’entendent toutefois pas sur l’efficacité réelle ni sur les fondements scientifiques des thérapies alimentaires.

Les suppléments

  • Avant d’apporter des changements au régime alimentaire de votre enfant, consultez votre médecin et, de préférence, un nutritionniste. Ils pourront vérifier le niveau des vitamines et des minéraux par un test sanguin. Certaines vitamines et certains minéraux ne causent pas nécessairement de dommages même s’ils sont pris à forte dose. D’autres peuvent cependant être toxiques. Si votre médecin recommande des suppléments vitaminiques et minéraux, veillez à ce que votre enfant commence le traitement en douceur et prenez plusieurs semaines pour augmenter progressivement la dose. Il faut parfois jusqu’à deux mois avant de noter l’effet de certains suppléments.

    Les vitamines B : Parce qu’elles jouent un rôle important dans la production d’enzymes nécessaires pour le cerveau, on utilise souvent les vitamines du complexe B pour traiter l’autisme. Selon de nombreuses études, la vitamine B6 a des effets bénéfiques lorsqu’elle est combinée au magnésium (c’est essentiel pour activer la vitamine B). Elle réduit les troubles de comportement, mais elle améliore aussi le contact visuel, la capacité d’attention et d’apprentissage.
  • La diméthylglycine (DMG) : De récents rapports ont signalé les effets positifs de la DMG comme supplément alimentaire. Ce produit peut améliorer les capacités de communication et le bien-être général des personnes atteintes d’un TED.
  • D’autres suppléments : Selon certaines études, les suppléments d’huile de foie de morue, qui sont riches en vitamines A et D, améliorent le contact visuel et les comportements chez les enfants atteints d’un TED. Pour ceux qui ont une carence en vitamine C, la prise de cette vitamine favorise le fonctionnement du cerveau; elle peut aussi atténuer les symptômes de dépression et la confusion. Un essai clinique a révélé qu’en augmentant la dose de vitamine C, on arrive à réduire la gravité des symptômes chez les enfants autistes.

Les régimes sans gluten et sans caséine

Vous avez l’intention d’essayer un régime sans gluten et sans caséine pour vous-même ou pour votre enfant ? Dans ce cas, consultez votre médecin, un nutritionniste ou un diététicien pour faire en sorte d’avoir une nutrition adéquate. Retirez lentement les aliments à base de gluten et de caséine pour éviter les symptômes de sevrage.

 

  • Selon des recherches, les personnes atteintes d’autisme peuvent avoir du mal à digérer certaines protéines comme le gluten et la caséine. Le gluten est présent dans le blé, l’avoine et le seigle. La caséine se trouve dans le lait humain et de vache ainsi que dans divers produits laitiers. Beaucoup de médicaments renferment du gluten et de la caséine.
  • Les dispensateurs de soins voudront donc vérifier le contenu des médicaments en discutant avec leurs pharmaciens.
  • Certains peptides se retrouvent à des niveaux supérieurs à la normale dans l’urine d’enfants autistes; on suppose donc que leur organisme n’arrive pas à transformer complètement ces protéines en acides aminés. Le surcroît de peptides ainsi absorbés nuit au fonctionnement du cerveau. Pour prévenir des problèmes neurologiques et gastro-intestinaux plus importants, le seul moyen est de retirer ces protéines du régime alimentaire.

Le régime sans levure

  • Selon une théorie, on trouverait dans l’intestin de certaines personnes atteintes d’autisme un niveau excessif d’une levure appelée « Candida Albicans ». La croissance exagérée de cette levure peut faire de minuscules trous dans le système intestinal. Quand elle prend rapidement de l’expansion, cette levure libère des toxines dans le sang qui peuvent nuire au fonctionnement du cerveau. Selon certains experts, cette prolifération peut favoriser l’apparition de divers problèmes : troubles de comportement, confusion, problèmes d’estomac, fatigue et hyperactivité. Il est toutefois possible de traiter l’excès de Candida Albicans par des médicaments comme le Nystatin ou par un régime sans levure. Certains agents antifongiques ne sont pas des médicaments, mais ils provoquent parfois moins d’effets secondaires. Il s’agit, par exemple, de l’huile d’origan, de l’extrait de graines de pamplemousse, de l’acide octylique, du Monolauren, etc. Encore une fois, vous devez agir avec beaucoup de prudence et consulter un nutritionniste pour en savoir plus sur tous les suppléments. L’utilisation excessive d’antifongiques peut entraîner la résistance des champignons.


Source: http://www.autismsocietycanada.ca/approaches_to_treatment...

17:15 Publié dans Autisme - traitements et interventions | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.