24/01/2010

De l'enfant sauvage à l'autisme

Un article intéressant a été publié dans la revue "Sciences Humaines" qui consacre la une de son journal à la problématique de l'autisme avec un titre évocateur: "de l'enfant sauvage à l'autisme"..

12629607832_SH212_258.jpg

Si vous avez un peu temps, je vous en conseille la lecture. Je retiens , ce qui pour moi est une vérité si évidente- que si quelqu'un avait le monopole de la connaissance dans le domaine de l'autisme cela se saurait...

Il faut être capable de dépasser les dogmatismes et les revendications d'école... il faut juste être capable de respecter nos enfants dans leur différence en leur offrant une vraie place, sur mesure, dans notre société.

 

C'est notre regard qui doit changer sur le handicap, comme le dit, quelques pages plus loin dans cette même revue, un autre article consacré au handicap en général.

Je cite: "Coup de théâtre: le handicap n'est pas occasionné par un accident ou une maladie, mais par la société, accusée de ne pas savoir aménager des environnements accesibles à tous.", p. 36

Si vous prenez le temps de lire mon profil, vous verrez que c'est exactement cela qui a été la plus grande souffrance dans ma vie: non pas d'avoir un enfant différent, mais de ne pas avoir pu lui trouver, à Genève, un lieu d'accueil adapté à son handicap  afin de lui permette tout simplement de s'épanouir, comme tout autre enfant. Quelque part on lui a dérobé son enfance. Sujet qui mérite qu'on s'y arrête un peu, non ?

Je me réjouis que la question du handicap fasse, en particulier avec l'autisme à la une, l'objet de plusieurs pages dans un magazine de grande distribution. Merci d'accorder de l'intérêt à nos enfants et de redonner une dignité au combat silencieux que des milliers de parents mènent au quotidien.

 

16:19 Publié dans Autisme - alors ça bouge ou pas ? | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | Pin it! |

Commentaires

Bonsoir,

Il est vrai qu'un des plus grands problème rencontré dans une situation semblable, c'est de ne pas savoir OU se tourner. Entre les psys qui ne décèlent pas les problèmes de l'enfant et les enseignants qui ne décèlent pas ses capacités, ceux qui le prennent pour un neuneu alors qu'il est bilingue parlé comme en lecture à 6 ans, ceux qui s'impatiente avec parce qu'il est trop lent....pour mon enfant, pas de diagnostique avant...sa majorité! Et beaucoup de galères avant...

Mais cet enfant est devenu un adulte plutôt épanoui même s'il est resté "bizarre" pour les gens qui ne le connaissent pas.

Mais au vu de ses problèmes lorsqu'il était petit, vraiment, savoir vers qui se tourner a été très problématique. En fait, nous n'avons PAS trouvé! Nous y sommes allés au feeling, soutenant par ci et exigeant par là, avertissant les enseignants de ses différences, etc...

Bon courage!

Écrit par : maman | 24/01/2010

Comme je vous comprends.... il n'y a plus qu'à espérer que nos responsables prennent conscience de la situation ....

Écrit par : Marie-Jeanne | 25/01/2010

Je viens de renseigner quelqu'un qui avait besoin d'information sur Asperger. je lui ai donné l'adresse de votre blog, heureuse de pouvoir le faire et consciente que cela est dû notamment au prix de votre engagement radical.
Dans nos cas de teds, je me permets de signaler que le Sacrement des malades reçu annuellement, la prière communautaire et particulière ont contribué en parallèle avec la psychothérapie et les bonnes volontés des uns et des autres à des 'déblocages' notables dont un spectaculaire à l'âge de 4 ans pour l'un. Il y a encore du rejet - parfois très cruel - de pairs pour l'autre mais nous avons confiance que cela disparaîtra également au fil du temps. Une fois de plus, merci.

Écrit par : mc | 26/01/2010

Les commentaires sont fermés.