03/04/2010

Pour tous ces enfants qu’on ne « prend pas », pour toi Gabriel

C’est un jour comme un autre jour, un jour où l’on vient chercher le petit frère, parce qu’il est câlin, souriant et si joueur, c’est vrai qu’il est joueur, un jour comme celui qui a précédé et celui sans doute qui suivra, où l’on ne se pose pas trop de questions. De toute façon, à quoi bon,  il n’y a  pas trop de réponses non plus.

 

C’est un jour un peu comme un autre, où –face à face, lui et moi, on se retrouve au Mac Do’ , il aime bien le Mac Do’, sans pairs, ni père d’ailleurs, et aujourd’hui sans frère, parce que son frère est si joueur qu’il a le droit, lui, d’être avec ceux qui comme lui le sont, joueurs.

C’est un jour un peu comme un autre, un jour que tout le monde souhaite ordinaire, et il est ordinaire.

 

Sauf qu’aujourd’hui, brisant le silence habituel de ce moment, au détour d’un regard, entre deux bouchées, ce sont ses mots qui ont foudroyé cet ordinaire qui nous forme et nous conforme :

 

-          JB n’est pas là, maman. JB on le prend.

 

JB, c’est son frère. Il l’appelle souvent ainsi.

Il n’y a pas trop de réponses à donner. En auriez-vous ?

J’ignore s’il a aussi envie qu’on le prenne, sans doute, sûrement. En fait, je ne l’ignore pas.

Il a aussi envie qu’on le prenne. Il a aussi envie de vivre son enfance, comme un autre enfant vit son enfance. A sa manière, dans sa dimension, avec ses repères, mais une enfance quand même.

 

Mais on ne prend pas mon enfant différent qui n’a de différent que cet ordinaire dans lequel on se complaît.

C’est ainsi. Et plus il grandira, plus ce sera ainsi. On ne peut ni lutter contre la force de l’ordinaire, ni imposer le sens de la différence.

Alors je l’ai regardé et je lui ai dit :

- Tu sais Gabriel, tu es un garçon magnifique. Et je t’aime.

Il a souri.

Gabriel est peut-être un enfant qu’on ne "prend pas", mais c’est un garçon qui sait sourire et c’est sans doute parce que son sourire n’est pas ordinaire qu’ils sont si peu à le voir.

 

15:53 Publié dans Autisme - mon fils | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | Pin it! |

Commentaires

C'est tellement ça...Déjà rien que le mot "autisme" fait peur!

Écrit par : Danièle | 15/04/2010

Bonjour,
J'ai lu l'article dans le Migros Magazine que j'ai trouvé très poignant. Je voulais simplement saluer votre courage, votre persévérance et votre amour pour votre enfant. Vous êtes magnifique comme maman. Je vous envoie plein d'énergie pour la suite.
Bien à vous,
Murielle

Écrit par : Udry | 26/05/2010

Les commentaires sont fermés.