01/06/2010

Clarifions les tâches !

 

Vidéo:  http://www.participate-autisme.be/go/fr/videos.cfm?videos...

C'est juste un autre moyen d'apprendre.

Pourtant aujourd'hui dans un grand nombre d'institutions qui accueillent nos enfants, on considère ces moyens inutiles, qu'ils qualifient de "robotisants".

A chaque fois qu'on nous prononce le mot "robotique", grand classique des psychologues, éducateurs et enseignants formés à la vieille école, je suis perplexe... non sur le fait qu'ils pensent que nous robotisions nos enfants parce que c'est ce qu'ils ont entendus des années durant dans leur formation de base :-( , mais sur leur manque de curiosité et l'absence de volonté/possibilité (?) de suivre des formations continues où elles apprendraient et constateraient le plus simplement du monde, comme cette vidéo le montre très bien, que nos enfants deviennent tout sauf des robots lorsqu'ils apprennent avec les JUSTES outils. Outils qui correspondent à leur manière de penser et d'être.

Il est vrai, et je le conçois très bien, que de se remettre en question après des années de pratique n'est pas simple. Cela ne le serait pour personne.

Mais en somme, aujourd'hui partout ailleurs l'approche pédagogique change, les "nouveaux" outils font massivement leur entrée dans les institutions des pays voisins, elles se spécialisent de plus en plus, avec à la clé  des projets institutionnels clairs et concrets (ce qui me paraît essentiel). Il faut pouvoir s'ouvrir aussi ici à d'autres horizons, être capable de se dire que peut-être on n'a pas la vérité absolue et que si d'autres outils, validés, ont fait leur preuve on devrait peut-être éviter (au mons) de faire des déclarations  aussi catégorique que: "ce genre d'outils ne rentreront jamais ici...." (je cite mot pour mot...).

 

A part le fait que ces positions sont très rigides, mais elles risquent bientôt d'être considérées comme un combat d'"arrière-garde" et au final (et c'est ce qui le plus m'importe en réalité) de mettre en péril le développement même du potentiel de nos enfants.

Les parents ne peuvent l'accepter.  Qui l'accepterait d'ailleurs ?

A-t-on le droit aujourd'hui de ne pas employer des outils connus et utilisés largement ailleurs parce qu'on croit que sa propre manière de faire -et parce qu'on a toujours fait comme ça - est la meilleure...

Vraiment la meilleure ? Aucune remise en question? Et au contraire une condamnation catégorique d'autres visions... mais dîtes-moi dans toute cette histoire, qui est le plus arrogant (j'emploie ce mot qu'on nous attribue parfois): celui qui dicte les anciennes lois ou celui qui essaie de les faire évoluer (notez bien que je n'ai pas écrit changer) ?

 

07:43 Publié dans Autisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.