05/06/2010

Un mode concret de penser, un mode concret de dire...

autobus.JPGEchange informel entre un enfant avec autisme et moi…dans un moment de transition : mon fils monte dans le bus pour rejoindre son institution.

 

L’enfant : - On a du retard. Il y a des travaux sur la route

 

Moi : - Tu as raison, mais ça peut arriver d’être en retard...

 

L’enfant : - Oui, il y a des travaux

 

Moi : - Tu sais ce n’est pas très grave, les travaux, ça fait partie de la vie.

 

L’enfant : - Non, ça fait partie de la route !

 

 

Beihn, ouais il a raison, quoi ;-) !

07:32 Publié dans Autisme - une autre manière d'être | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | Pin it! |

Commentaires

Je relie ce billet à celui sur "Donner un sens aux mots". Et je peux imaginer le chemin parcouru! Mais quel travail fondamental, qui nous semble si évident que vous sautons des étapes. Les travaux appartiennent à la route avant d'appartenir à la vie. Le gobelet rouge appartient à la même catégorie que le jaune. Magnifique travail que de décortiquer la construction logique et l'arborescence du langage.

Après, pour des concepts comme la justice, l'amour, ce sera intéressant de lire comment vous les avez abordés, car ils font appel non seulement à des catégories matérielles objectives (comme la route) mais à des ressentis, des expériences intérieures, ou des notions abstraites.

Bonne journée.

Écrit par : hommelibre | 11/06/2010

Bonjour! Aborder des thèmes comme ceux liés aux sentiments est un vaste programme. Nos enfants, évidemment, ressentent les émotions, mais comme pour tout le reste ils ne savent pas les relier à des mots-concepts....alors comme pour le verre on leur apprend que telle émotion correspond à tel mot, puis on procède en leur faisant voir la même émotion sur des visages différents (photos puis en vrai), enfin on passe au long et laborieux travail d'identifier l'émotion de l'autre. Est-ce que pleurer signifie toujours être malheureux? Moi, j'ai pleuré lorsque mon enfant est né...et c'était de bonheur... Vous voyez le parcours est long pour nos enfants qui en plus ne pas conceptualiser ne contextualisent pas... Au plaisir de vous lire :-)

Écrit par : Marie-Jeanne | 12/06/2010

Hi!Hi! HI! Il a tout à fait raison! L'autre jour j'expliquais à mon fils que ma coiffure avec une barette s'appelle une queue de cheval, et il me répond: "C'est une queue de cheveux". ben voui...

Écrit par : Danièle | 21/06/2010

Les commentaires sont fermés.