30/09/2010

11 minutes pour mieux comprendre les signes de l'autisme


11 minutes dans le monde de l'autisme
envoyé par mamaly04. - Regardez plus de vidéo vie pratique.

18:50 Publié dans Autisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

23/09/2010

25 septembre: jeux parrainés en faveur de TED-autisme Genève: inscrivez vos enfants :-)

final_autisme_logo.JPG

logo_hockey.gif

TED-autisme Genève et l’Association Genevoise de Hockey sur Gazon (AGHGA) organisent les premiers jeux parrainés le 25 septembre, à partir de 13h00 au Stade Richemont, route de Frontenex 70 (carte: cliquez ICI).

Comment participer ? 

 

1/  Vous êtes là le samedi 25 : parrainez et supportez l'enfant ou les enfants de votre choix !  Venez les encourager et les applaudir :-)

 

2/ Vous ne pouvez pas être présent (pas grave :-) : mais parrainez quand même l'enfant ou même l'équipe de votre choix en faisant un don ! Parlez-en à vos amis, à votre famille !!!

Pour parrainer les enfants qui courent même si vous ne pouvez pas venir nous rejoindre sur le terrain, écrivez à : dimitri.gisin@gmail.com   

 

Sinon inscrivez vos enfants dès maintenant : c'est pour la bonne cause :-) ! Tout enfant est le bienvenu de 0 à 99 ans :-) : grand, petit, jaune, vert, avec ou sans autisme, bavard, coquin, tendre etc..... on accepte tout le monde ;-) On est là pour faire la fête !!!!

Bulletin d’inscription aux jeux parrainés: cliquez ICI

 

Comment ces jeux se dérouleront-ils?

Les enfants participant à ces jeux seront répartis en 5 équipes et participeront à 5 activités: vous parrainerez l’enfant de votre choix, qui récoltera des dons en fonction de ses résultats à chaque activité!

Pour plus de renseignements: cliquez ICI

Horaire

13h00: Accueil des enfants qui recevront des T-shirt TED ;-)

13h30: Début des jeux

14h45: Récolte des dons de soutien - Discours officiel (Présidence oblige ;-)

 

mais .... surtout pleins de cadeaux pour nos enfants avec comme moment phare de la journée un spectacle exceptionnel de bulles géantes !!!! A ne manquer sous aucun prétexte :-)Jeux-25sept2010-grosse-bulle.jpg vos enfants seront émerveillés....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parce que TED-autisme Genève, c'est aussi ça: un lien entre les différences :-) Soyons solidairesJeux-25sept2010.jpg !

poignées_mains.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un grand merci au comité organisateur de ces jeux: Dimitri, Mariana et Sandra :-) et évidemment à tous les bénévoles qui samedi seront sur le terrain pour encadrer les enfants, répondre aux questions des visiteurs et mettre une sacrée ambiance!

Venez nombreux!!!

 

 

Ps: en cas de pluie (mais pourquoi diantre devrait-il pleuvoir :-( ?) les jeux seront reportés... consultez le site en cas de temps incertain: on y inscrira si les jeux sont annullés: www.autisme-ge.ch

 

05:01 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | Pin it! |

22/09/2010

200 associations demandent que l'autisme soit grande cause nationale 2011

Un collectif de près de 200 associations de parents d'autistes, regroupées en cinq fédérations, demande que le label "grande cause nationale 2011" soit attribué à l'autisme, une maladie qui, avec les troubles apparentés, concerne un enfant sur 150.

Déjà une proposition de loi en ce sens, présentée en avril par deux députés UMP, a été cosignée par 83 députés, selon les associations. Faire de l'autisme une grande cause nationale permettrait, selon le texte de la proposition de loi présentée par Daniel Fasquelle (UMP, Pas-de-Calais) et Jean-François Chossy (UMP, Loire), d'"améliorer son dépistage précoce, développer l'accompagnement des enfants autistes et favoriser leur intégration et leur maintien en milieu scolaire ordinaire".

Alors que le diagnostic est possible à partir de l'âge de 2 ans, l'autisme est une maladie en général dépistée avec retard, en moyenne à l'âge de 6 ans, faute de formation des médecins généralistes et des pédiatres à ce type de pathologie, selon les associations. Les députés regrettent en outre qu'il y ait "pénurie de structures" d'accompagnement.

Un sondage, réalisé en juin en ligne par l'Institut Médiaprism auprès de 2.256 personnes (avec redressement de l'échantillon pour qu'il soit représentatif) fait apparaître que 84% des personnes interrogées seraient favorables à ce que l'autisme devienne la grande cause nationale 2011 (24% très favorables, 60% plutôt favorables, 13% plutôt pas favorables, 3% pas du tout favorables).

Une pétition en ce sens, publiée sur le site d'Autistes sans frontières, a été signée par près de 10.000 personnes, selon cette coordination d'associations de parents.

 

Source: http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jqARQ9...

 

final_autisme_logo.JPG

 

 

 

le demande aussi ;-)

16:31 Publié dans Autisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

A quand des statistiques officielles en Suisse ?

France_Autisme.jpgIl aura fallu une question (*) posée par Jean-François Chossy au ministère de l’emploi pour mettre le doigt sur une anomalie du recensement des personnes handicapées et plus spécifiquement autistes dans le milieu de travail dit « ordinaire ».

En effet, il est manifestement impossible de connaitre le nombre de personnes autistes adultes qui sont employées en milieu ordinaire. La raison principale en est qu’il n’existe pas en France de relevé administratif des personnes autistes employées dans ce milieu.

La seule source statistique disponible est l’enquête sur la santé, le handicap et la dépendance réalisée par l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) et la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES).

Cette enquête, par sondage, ne peut produire des résultats fiables pour une population aux effectifs très faibles.

Néanmoins, une exploitation particulière de cette enquête, conduit aux résultats suivants : le nombre de personnes vivant dans leur famille et déclarées autistes est compris entre 100000 et 150000.

Parmi elles, une sur cinq est âgée de 18 à 65 ans et une sur quatre travaille. Parmi les personnes qui travaillent, une sur quatre travaille hors d’un établissement et service d’aide par le travail (ÉSAT).

On peut donc conclure qu’il doit y avoir peut-être entre 1000 et 2000 personnes autistes (ou troubles envahissants du développement – TED) qui travaillent en milieu ordinaire.

Manifestement on vogue dans un flou assez important en passant de résultats qui varient du simple au double.

(*) Question publiée au JO le 27 avril 2010 page 4621 et réponse publiée au JO le : 13 juillet 2010 page 7891.


( Sur base d’informations également publiées sur : http://questions.assemblee-nationale.fr )

Source: http://www.handimobility.org/blog/?p=10446

1385384078.jpg

Et ici qui va enfin faire une enquête et établir un vrai arrêt sur image de ce que vivent nos enfants sur le 1153900476_small.jpgterritoire national, canton par canton ? Combien de personnes autistes dans notre pays ? De quel âge parle-t-on ? Combien d'enfants diagnostiqués ? Combien d'adultes ? Combien sont-ils intégrés (enfants et adultes)? A quel taux? Comment ? Quelles sont les mesures qui ont été envisagées pour l'intégration? Y en -a t-il d'ailleurs ?????

Il y a beaucoup de questions, peu de réponses de la part des autorités publiques. Qui doit-on désigner comme responsable de l'enquête ?

Pourtant, quelques expériences, notamment outre-Sarine (il suffit de se renseigner ), démontrent qu'un adulte dont on aménage la place de travail selon ses besoins spécifiques liés à son handicap (dois-je le rappeller?), devient souvent un salarié, et non plus un rentier....cela devrait intéresser certains de nos élus, de nos conseillers, non ? On leur dit que cela coûtera moins cher.... 

07:53 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | Pin it! |

21/09/2010

Quels services pour les adultes autistes à Genève ?

A quand une étude scientifique sur la situation des adultes autistes dans le Canton ? Est-on si sûr que tout va si bien dans le meilleur des mondes ?

Il est temps de définir objectivement les besoins des personnes adultes autistes et les services, à Genève, qui y répondent vraiment. Je pense qu'on risque d'être supris par les résultats.

Ailleurs on a déjà mené depuis belle lurette l'enquête....

------------------------------------

Messages des adultes autistes

 

Jexiste.jpgEn 2008, la National Society du Royaume-Uni publiait le document I exist, qui rend compte du vécu des adultes autistes et de leur famille en Angleterre et qui recherche les changements nécessaires pour changer leur vie. Préoccupée par la situation des adultes autistes au Québec et venant tout juste de réaliser un sondage sur la question, la Fédération québécoise de l'autisme et des autres troubles envahissants du développement demandait la permission à l’organisme de traduire le document et d’y introduire ses propres constatations. Grâce à Mme Louise Beaurivage et à M. Michel Francoeur, qui se sont investis sans compter dans le projet, la version québécoise a pu voir le jour.

La cueillette d’information n’a pas été aussi exhaustive au Québec qu’elle l’a été au Royaume-Uni, puisque là-bas, 1 400 personnes ont répondu au sondage sur le vécu des adultes autistes. Au Québec, les informations provenaient d’une collecte de données faite auprès de dispensateurs de services, de parents et d’adultes TED.

Le document original intégral I exist a été publié en 2008 par The National Autistic Society. Le fichier PDF du texte original est disponible à l’adresse suivante : http://www.nas.org.uk/.

ROYAUME-UNI

Ne m’oubliez pas
Les adultes autistes sont isolés et ignorés. Ils doivent se battre pour avoir accès à des services, ils sont dépendants de leur famille. Le gouvernement ne connaît pas le nombre d’autistes qui habitent l’Angleterre.

Demandes

  • Le gouvernement anglais devrait faire une étude de prévalence des adultes autistes.
  • Le réseau de la santé devrait mettre en place un système qui permettrait de connaître le nombre d’adultes autistes et tenir compte des besoins des adultes dans la planification des différentes commissions stratégiques.

Comprenez mes besoins
À cause du manque de compréhension et de connaissance de l’autisme, les adultes ont difficilement accès aux services et à l’aide dont ils ont besoin. Les offres de services sont en déficience intellectuelle et en santé mentale, mais les personnes autistes ont des besoins différents.

Demandes

  • S’assurer que le personnel qui répond aux besoins des adultes autistes soit formé adéquatement.
  • Établir une approche claire qui permettrait un accès et des services aux personnes Asperger ou autistes de haut niveau.
  • Former une équipe spécialisée responsable des adultes.

Répondez à mes besoins
C’est sur le plan social que se situe l’écart le plus important entre le soutien nécessaire et celui reçu.

Demandes

  • Fournir un soutien de service social, des programmes d’entraînement aux habiletés sociales et aux activités de la vie quotidienne.
  • S’assurer que les travailleurs sociaux qui sont en contact avec les personnes ont reçu une formation en autisme.

Tracez la voie
Les politiques gouvernementales ne répondent pas aux besoins des adultes.

Demandes

  • Le gouvernement devrait améliorer l’offre et l’expertise et susciter le leadership du ministère de la Santé, il devrait s’assurer qu’un soutien régional est en place et produire un guide de règles qui permettrait aux adultes autistes d’avoir accès à des services spécifiques

QUÉBEC

Ne m’oubliez pas
Au Québec, un grand nombre d’adultes autistes vivent l’isolement, la solitude et même le harcèlement. Ils doivent combattre pour avoir accès à de l’aide et sont dépendants de leur famille.

Demandes

  • Ne pas calquer l’offre de services sur celle de la déficience intellectuelle. _ Le ministère de la Santé doit élaborer une approche de services qui soit compatible avec le mode de fonctionnement et la spécificité despersonnes autistes.
  • Donner les moyens à la personne de vivre pleinement sa vie d’autiste.

Comprenez mes besoins
Bien qu’un Plan d’action gouvernemental soit en place depuis 2003, la situation des adultes n’a guère évolué. D’une région à l’autre, les histoires malheureuses se répètent : services inadéquats ou absents, axés sur une clientèle en déficience intellectuelle.

Demandes

  • Donner accès aux adultes autistes aux services offerts à l’ensemble de la population, à des services spécialisés et, lorsqu’ils sont requis, à des services surspécialisés.
  • Réévaluer la gamme de services offerts en tenant compte des spécificités des adultes, l’adapter et mettre en place de nouveaux services.

Répondez à mes besoins
La méconnaissance mène à une offre de services inadéquate; l’attente et l’isolement aggravent généralement la situation de l’adulte et celle de sa famille.

Demandes

  • S’assurer que les personnes qui interviennent auprès des adultes autistes aient les connaissances nécessaires pour bien identifier les besoins et ainsi assurer un accompagnement adéquat.
  • Développer une gamme de services qui tiennent compte de l’ensemble des besoins.

Tracez la voie
Les adultes autistes ont une qualité de vie qui n’est pas acceptable.

Demandes

  • Nous demandons au gouvernement d’apporter les modifications nécessaires pour que nos adultes autistes puissent vivre pleinement leur vie de citoyens autistes.

 

Source: http://www.autisme.qc.ca/TED/je-suis-ted/messages-des-adu...

 

ET EN SUISSE ?

07:01 Publié dans Autisme | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | Pin it! |

17/09/2010

Comment expliquer l'augmentation des cas d'autisme ?

73913819_2_-8582268.jpg
Le nombre de cas d'autisme est en augmentation dans le monde. -
A la Sillicon Valley en Californie, on parle d'"épidémie". Dans le fief mondial de la high-tech, l'union entre ingénieurs, informaticiens, ou mathématiciens concentre les gènes de l'autisme. Femmes et hommes avec des traits autistiques légers donnent naissance à des enfants affectés de plein fouet.

Evidemment cette observation locale n'explique pas tout. Décryptage.

Pourquoi est-on passé en trente ans d'un cas d'autisme toutes les 2500 naissances à près d'un cas sur 100 aujourd'hui? Une augmentation spectaculaire qui ne concernent pas seulement les élites et les pays riches. 

Le diagnostic s'est certes "amélioré". Il englobe davantage de personnes qu'avant. Mais de plus en plus de polluants sont également pointés du doigt. Ils modifieraient le développement du cerveau lors de la grossesse. Explications et tour d'horizon des causes possibles de l'autisme avec Nouchine Hadjikhani, neurobiologiste au Brain Mind Institute de l'EPFL.

Une chronique de Christophe Ungar.

Rsr.ch : Emission "Impatience"

Pour écouter l'émission: http://www.rsr.ch/#/la-1ere/programmes/impatience/?date=1...

17:12 Publié dans Autisme - Romandie - Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | Pin it! |

16/09/2010

Les garçons et l'autisme: un gène serait en cause

                

TORONTO - Les chercheurs pensent avoir identifié un facteur expliquant pourquoi les troubles du spectre de l'autisme (TSA) sont quatre fois plus présents chez les garçons que chez les filles.

Les garçons chez qui on a détecté une altération d'un gène précis du chromosome X ont un risque élevé de développer des troubles du spectre autistique, ont découvert des scientifiques de Toronto.

«Le biais lié au sexe qui caractérise les TSA nous intrigue depuis des années. Maintenant, nous possédons un indicateur qui commence à nous expliquer pourquoi», affirme le codirecteur du groupe de chercheurs, Stephen Scherer.

L'étude, publiée cette semaine dans le journal Science Translational Medicine, dévoile qu'on a trouvé chez environ un pour cent des garçons atteints de TSA des mutations du gène PTCHD1, que porte le chromosome X.

«Bien que ce pourcentage puisse paraître bien mince pour la majorité des gens, il s'avère prometteur pour les généticiens puisque de nombreux gènes sont impliqués dans les TSA», précise M. Scherer, qui dirige le Centre de génomique appliqué de l'Hôpital pour enfants de Toronto.

Les garçons héritent d'un chromosome X de leur mère et un chromosome Y de leur père.

«Si le gène PTCHD1 est absent du chromosome X ou d'une autre séquence génétique chez un garçon, il aura de grands risques de développer un TSA ou une déficience mentale», explique M. Scherer.

«Les filles sont différentes en ce sens, car même s'il leur manque un gène PTCHD1, la nature fait en sorte qu'elles possèdent un second chromosome X, ce qui constitue une protection face aux TSA, ajoute-t-il. Cependant, même si ces femmes sont protégées, le TSA pourrait faire son apparition dans la prochaine génération de garçons de leurs familles.»

Les troubles du spectre de l'autisme touchent un enfant sur 165 - un garçon sur 70.

Ces troubles d'ordre neurologique, dont les niveaux de sévérité sont variables, causent des difficultés de communication et d'interaction avec les autres, des comportements inhabituels et certaines déficiences intellectuelles.

Environ 190 000 Canadiens seraient atteints de ces troubles, dont le nombre de cas est en progression à travers la planète.

Pour réaliser cette étude, les chercheurs ont analysé la séquence génétique de 2000 individus atteints de TSA et d'autres atteints de déficience intellectuelle. Ils ont ensuite comparé les résultats avec les séquences de l'ADN de milliers d'individus en bonne santé.

La mutation du PTCHD1 a été observée chez un pour cent des hommes atteints de TSA mais pas chez les hommes du groupe contrôle. Les soeurs des hommes atteints de TSA - dont le gène avait subi la même mutation - n'en étaient pas atteintes.

«Les parents pourront faire subir un test (génétique) à leur enfant», soutient John Vincent, qui a codirigé la recherche.

«Surtout ceux qui ont eu un enfant atteint de TSA; ce sera important pour eux de vérifier si cela est causé par la mutation du gène PTCHD1. Ils sauront que leurs futurs enfants (masculins) sont à risque», poursuit celui qui dirige un laboratoire de neuropsychiatrie moléculaire au Centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto.

Les scientifiques croient que le gène PTCHD1 joue un rôle dans la trajectoire neurologique qui permet la transmission d'informations aux cellules lors du développement du cerveau. Ce serait la mutation de ce gène qui interférerait au cours du processus déclencherait l'apparition des TSA, conclut M. Vincent.

 

Source:http://www.journalmetro.com/mavie/article/635987--les-garcons-et-l-autisme-un-gene-serait-en-cause--page0

04:33 Publié dans Autisme - recherches (médicales) | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

15/09/2010

15 septembre sur la tsr: Au coeur du cerveau autiste

Steven nous révèle en un clin d'oeil le jour de la semaine pour toutes les dates depuis 1752. Laurianne s'est construit un univers imaginaire pour se protéger du monde réel qu'elle juge trop agressif. Anthony lui souffre d'un autisme sévère. Impossible de communiquer par la parole. Que se passe-t-il dans leur cerveau? Les neurosciences apportent de nouvelles réponses: pour certains chercheurs le cerveau autiste est un "supercerveau", une cerveau hyperconnecté dont les fusibles cèdent plus rapidement que dans le nôtre.

Laurianne,  Katia et  Matthias ont le syndrome d'Asperger: une forme particulière d’autisme qui leur permet de partager leur monde intérieur. Mais tous les autistes n’ont pas cette faculté. Pour beaucoup, un véritable mur se dresse entre eux et leur environnement.

Il existe autant de formes d’autisme que d’individus touchés par le syndrome, soit une multitude de mondes différents, en apparence très éloignés les uns des autres. La science commence tout juste à comprendre ce qui les relie entre eux. Aujourd’hui, preuve est faite que l’autisme a une forte composante génétique. Plusieurs dizaines de gênes de l’autisme ont déjà été identifiés. Ceux-ci construisent un cerveau différent du nôtre…

 

Les enfants autistes n'ont souvent pas conscience du danger. [RTS]
 

 

2469586.pngCette nouvelle vision de l’autisme a une première conséquence: elle bouleverse le dépistage. Si la maladie n’est plus un problème d’éducation, le diagnostique doit pouvoir être dressé beaucoup plus tôt. C’est dans ce but qu’une nouvelle structure d’accueil vient d’ouvrir ses portes à Genève.

Au Centre de consultation spécialisée en autisme de l'Office médico-pédagogique de Genève, la psychologue Hillary Wood recherche chez les enfants les signes de la triade autistique: trois symptômes que présentent tous les autistes. Le premier renvoie à des anomalies dans la communication verbale: l'enfant emploie des phrases répétées, comme un écho qui parasite la conversation. Les psychologues ont aussi décelé le symptôme du «centre d'intérêt restreint». Le troisième élément de la triade autistique concerne, quant à lui, des difficultés dans les interactions sociales.

 

Le cerveau des autistes est un "chantier" permanent. [RTS]
 

 

2469461.jpgDans le cerveau autiste, non seulement c’est un chantier permanent, mais le trafic y est plus dense et les embouteillages plus fréquents. En clair, plus proche d’un carrefour en ville que d’un croisement à la campagne. C’est la théorie du monde intense. Pour permettre au cortex des enfants autistes de se développer correctement, il doit donc être mieux protégé des aléas du quotidien.

Et si la clé thérapeutique passait par le fait de rendre l’environnement prévisible? Bien sûr, ce n’est encore qu’une hypothèse…

 2469462.jpg

15 septembre: émission 36,9, 20h10

Source: http://www.tsr.ch/emissions/36-9/2467700-au-coeur-du-cerv...

19:34 Publié dans Autisme - Romandie - Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

14/09/2010

Un jeune autiste bâlois décroche le Prix Courage

Marc Hofmann n’a pas hésité à défendre un couple victime d’agression. Au mépris de sa propre vie.

 

topelement.jpg

 

Ce week-end, un homme de 24 ans souffrant d’autisme a reçu le Prix Courage décerné par le magazine alémanique Beobachter. Son histoire est de celles qui marquent les esprits. En novembre dernier, Marc Hofmann n’avait pas hésité à s’interposer entre un couple et trois jeunes qui l’agressaient violemment.

Alors que les deux victimes étaient déjà à terre, inconscientes, le jeune Bâlois les a protégées en faisant barrage de son corps, son trouble ne lui permettant pas de s’exprimer verbalement. Il a ensuite été passé à tabac par le trio d’agresseurs, se faisant fracturer le nez et la mâchoire. Malgré les neuf jours d’hôpital que cette mésaventure lui a coûté, il n’a jamais regretté son geste.

Ce «courage inconditionnel et presque désespéré» a valu à Marc Hofmann la distinction du jury présidé par l’écrivain alémanique Franz Hohler. «Avec son trouble autistique, il appartient aux plus faibles parmi ses semblables», a souligné ce dernier. Non sans relever que son handicap ne l’avait pas empêché de se soucier de personnes encore plus mal loties que lui au moment des faits.

Marc Hofmann n’a pu que se réjouir du prix de 25 000 francs qui a récompensé sa bravoure. «Je n’avais vraiment pas compté là-dessus», a-t-il déclaré. S’il avoue aujourd’hui ne plus vraiment penser à cette terrible soirée, il devra bientôt se la remémorer: en décembre, il témoignera contre les trois agresseurs, accusés de tentative de meurtre.

 

Source: http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/31277074

07:10 Publié dans Autisme - divers | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

09/09/2010

L'autisme raconté par une autiste: un témoignage exceptionnel

 

Ne manquez pas le magazine de santé 36,9 ° sur la TSR, le 15 septembre prochain, 20h05 sur le thème: "Le monde vu par les autistes". Enfin un reportage qui parle aussi de la Romandie....

 

Je profite de l'occasion pour dire que TED-autisme Genève organise son deuxième congrès scientifique le 13 novembre prochain, à Genève. [ 9h00 - 18h00 - CMU, B400]

Thème: "Autisme et éthique: quels projets pour la petite enfance ?"

Nous aurons la chance, à cette occasion, d'écouter le témoignage de deux personnes autistes, dont le parcours de vie a été et est exceptionnel....

 

Informations/inscriptions: http://www.autisme-ge.ch/?page_id=398

Flyer: http://www.autisme-ge.ch/wp-content/uploads/2010/01/Flyer...

 

06:30 Publié dans Autisme - récits et témoignages | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | Pin it! |

08/09/2010

Politique d'intégration: question de vocabulaire

Il y a une très belle volonté politique de favoriser l'intégration des enfants dits différents dans les milieux dits ordinaires. C'est un changement de paradigme important dans la manière de concevoir la différence.

enfant_different23.jpgEt comme à chaque changement de paradigme, il faut se méfier de la forme. La forme n'est pas le contenu. Il faut se méfier des généralités. Les généralités noient les singularités.

Par exemple, dans les papiers officiels, le mot même "différence" est évité au profit du terme "enfants à besoins spécifiques". Qui ne serait pas d'accord sur le fait qu'un enfant différent a des besoins spécifiques ? Oui, mais quels besoins ?

Paroles d'enfant.

Ma différence est-elle la même que la tienne ? Si je suis malentendant, ai-je les mêmes besoins que toi qui es autiste ? ET si je n'ai pas de handicap, mais je suis mal dans ma peau, parce que papa est parti de la maison, n'ai-je pas aussi des besoins spécifiques ?

Parole d'adulte.

Spécifique est une chose, singularité en est une autre. La différence est singulière, mais plurielle. Les besoins spécifiques sont de tous.

Ce petit exercice de vocabulaire n'aurait sans doute pas un grand intérêt si -derrière lui- il n'y avait pas des implications et des applications politiques possibles.

Une politique d'intégration pour "des personnes à besoins spécifiques" est honorable, mais bien trop généraliste et au final décevante (au niveau du contenu non de la forme). Elle ne tient pas compte des singularités.

La singularité ne devrait-elle pas être le fer de lance d'une politique d'intégration ? Ou croit-on encore qu'une personne avec autisme, par exemple, "souffre" du même mal qu'un enfant qui a perdu tragiquement ses parents dans un accident ? Dans les deux situations, il y a des besoins spécifiques, mais ce sont des dimensions singulières, c'est-à-dire radicalement différentes.

Là où le vocable "différence" particularise et oblige à penser "singulier", l'expression "besoins spécifiques" -qui a été préférée par les politiques -noie, paradoxalement, la spécificité.

Ne vous y trompez pas: dire "besoins spécifiques" ne signifie pas "spécificité". La spécificité singularise, alors que "besoins spécifiques" devient une catégorie générale où l'on « classe » des enfants dont la nature des problèmes est souvent radicalement différente...

 

Vous voyez, qu'au final, ce petit exercice de vocabulaire traduit un enjeu, y compris politique, d'importance : il faut non pas UNE, mais DES politiques d'intégration.

Penser, en somme, pluriel pour singulariser.

Penser différences pour spécifier.

Penser que derrière les mots, il y a des réalités et que c'est précisément pour cela qu'il faut éviter les généralités.

 

 

Si vous êtes à Genève aujourd'hui: ne manquez pas le congrès européen sur l'intégration.... en particulier l'intervention de Mme Pilar Blanco, "Communiquer avec les personnes adultes autistes".

Infos: http://www.autisme-ge.ch/wp-content/uploads/2010/05/EPI_C...

Website: http://www.epi.ge.ch/index.php?option=com_content&vie...

06:28 Publié dans Autisme - politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | Pin it! |

03/09/2010

Kaspar, le gentil robot qui aide les enfants autistes

 
L'autisme se manifeste notamment par d'importantes difficultés relationnelles de l'enfant avec son entourage, familial et social : regard fuyant, émotions incomprises, rapports corporels difficiles, etc. Et si un petit robot humanoïde pouvait aider les enfants à améliorer leurs interactions sociales ?

 

Demain, les robots....

Depuis la description des robots et l'invention des lois de la robotique en 1942 par Isaac Asimov, écrivain américain d'origine russe, la science a beaucoup progressé. A tel point qu'il devient envisageable de voir nos sociétés se peupler progressivement de robots de plus en plus sophistiqués, de plus en plus humanoïdes, qui seront utilisés pour des tâches ménagères, médicales, policières, militaires, les loisirs, etc. En hommage à Asimov, les industriels japonais d'Honda ont d'ailleurs baptisé du nom d'Asimo leur première série de robots humanoïdes, capables de se déplacer tout seuls, de se recharger, de diriger un orchestre (!!).

Il n'est ainsi pas absurde d'imaginer que d'ici une vingtaine d'années, la plupart des foyers des pays riches seront équipés d'un robot humanoïde "à tout faire", à l'instar de l'apparition dans les foyers dans les années 70-80 des machines à laver et autres robots culinaires. Ces robots pourront également servir d'assistants médicaux : soins de nursing, aide à la marche pour les personnes âgées, etc.

Le groupe de recherche sur les systèmes adaptatifs de l'université d'Hertfordshire (Angleterre) a également pensé à une autre application : l'interaction avec les enfants souffrant d'autisme.

Kaspar, un enfant-robot aux expressions minimalistes

Depuis plusieurs années, ces chercheurs développent le robot KASPAR (Kinesics And Synchronisation in Personal Assistant Robotics), qui est de la taille d'un enfant et a un visage en silicone, inspiré du théâtre japonais Noh (pantomimes dansées avec des masques spécifiques). La bouche peut s'ouvrir et sourire, la tête, le cou, les bras et les mains sont articulés, les yeux peuvent se déplacer, cligner, et sont reliés à des caméras vidéos. Découvrez ce petit robot et son infrastructure sur ces images tournées par l'équipe du Pr. Dautenhahn, de l'université d'Hertfordshire :

 

 

Les mouvements du visage sont minimalistes, comme pour les différents masques Noh : le visage de Kaspar est dons seulement légèrement expressif, ce qui ne "submerge" pas l'enfant qui l'observe d'informations émotionnelles, même s'il peut comprendre que le robot exprime la joie, la surprise, etc.

Kaspar testé auprès d'enfants autistes dans le cadre du projet Aurora

Or les enfants autistes ont souvent du mal à comprendre les émotions faciales, d'où une partie de leurs difficultés relationnelles. Ils regardent d'ailleurs rarement leur interlocuteur dans les yeux. Dans le cadre du projet Aurora, spécifiquement dédié à l'étude de l'interaction entre les enfants autistes et différents robots, Kaspar a donc été proposé à des enfants autistes, comme outil éducatif. Pour cela les chercheurs l'ont rendu encore plus sympathique en lui mettant une casquette de baseball, que les enfants peuvent enlever et replacer.

Kaspar est en général assis de la même manière que les enfants, puis effectue différentes actions ou expressions. L'expression de Kaspar dépend de l'angle sous lequel l'enfant regarde le visage, comme sur un masque Noh :

 

L'enfant s'approprie alors cette réaction faciale et l'interprète, apprend à le regarder dans les yeux. Kaspar peut aussi imiter les mouvements du patient. Ce dernier peut également toucher Kaspar, découvrir son corps, ce qui diminue son isolement émotionnel (en particulier en cas d'autisme sévère). Voici un reportage, en anglais, réalisé auprès de ces enfants émouvants, qui interagissent avec Kaspar :

 

 

Ce robot "légèrement émotionnel", qui ne serait pas très cher à fabriquer en série, pourrait donc aider les enfants autistes à développer progressivement une meilleure interaction sociale, capacité qu'ils pourront ensuite utiliser dans leurs rapports avec les humains. Une merveilleuse application de la robotique humanoïde, tellement éloignée de certains cauchemars de science-fiction...

Jean-Philippe Rivière

Sources :

- "Kaspar the friendly robot helps autistic kids", Cnet News, 25 août 2010, accessible en ligne, lien trouvé via Twitter @Psychopium
- Le site KASPAR (Kinesics And Synchronisation in Personal Assistant Robotics), université d'Hertfordshire
- "KASPAR - A Minimally Expressive Humanoid Robot for Human-Robot Interaction Research", Dautenhahn K et coll., université d'Hertfordshire, 2010, téléchargeable en ligne
- Le site du projet Aurora

 

 

Source: http://news.doctissimo.fr/kaspar-le-gentil-robot-qui-aide...

04:22 Publié dans Autisme - recherches (médicales) | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

01/09/2010

Et si nous pensions "triangle" ?

 

Avez-vous déjà ressenti le grand vide qu'on éprouve lorsqu'on est dans un pays étranger dont les moeurs, la langue et les codes sociaux  sont différents des nôtres ?

D'une certaine manière pour nos enfants, vivre au milieu de nous, c'est toujours être en pays étranger. On mesure l'ampleur des efforts qu'ils déploient au quotidien pour nous comprendre et essayer d'entrer  en communication avec nous.

Le savoir, c'est aussi pouvoir, de notre côté, mettre en place un code de communication qui nous consente d'établir un contact avec eux, ou du moins de faciliter les échanges.

Dans ce sens, vient d'être publié un manuel très intéressant dont le titre est plus qu'évocateur: Guide de vie pour les TED au pays des neurotypiques

guide-survie.jpg

 

Il s'agit d'un guide qui s'adresse aux ados et aux adultes TED qui y trouveront des explications et des références afin de les aider dans la vie quotidienne.

On y retrouve des informations sur la définition des TED, les principales différences entre les TED et les non-TED, la santé, les relations sociales, la communication, l'intimité et la sexualité, la vie en société, l'école, le travail, etc.

Pour plus d'informations, cliquez ici: à quoi sert ce guide ?

Source de l'information et pour le commander, cliquez ici.

 

Je précise que cette lecture apprend aussi beaucoup aux neurotypiques que nous sommes.... Lecture donc vivement conseillée... pour apprendre à se décentrer un peu et à ne pas se considérer tout le temps comme LA "normalité". La différence n'efface pas la norme, elle en est partie intégrante: l'équerre (norma) n'est-elle pas toujours le croisement de trois lignes ? 

Si le neurotypique est une ligne, l'autre (dit différent) en est la seconde. La troisième est l'union. Il n'y a pas de norme sans ces trois lignes.

 

triangles.jpg

Je pense que la surface de notre triangle a plus qu'une couleur, elle a 7 milliards de visages, sans doute, autant que d'êtres vivants.

Bonne lecture.

08:23 Publié dans Autisme - ressources | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |