08/06/2011

La formation

 

VIII- 1. - La formation au dépistage


Comme nous l’avons vu à propos du diagnostic, il faut absolument connaître pour pouvoir intervenir précocement et efficacement.

Il existe désormais de nombreux indicateurs précoces 22, et il convient d’en informer les intervenants auprès du très jeune enfant.


Mais, la formation indispensable qui doit s’adresser aux médecins généralistes, aux pédiatres, ainsi qu’aux professionnels para-médicaux et éducatifs et à tous ceux qui s’approchent au plus près de l’enfant dès son plus jeune âge, est pour l’instant encore trop discrète et très souvent insuffisante ou inexistante.


Cette formation pourrait poser les fondements d’un meilleur dépistage. Dans le domaine de la formation, les témoignages sont très nombreux qui dénoncent l’absence ou l’insuffisance de formation spécifique pour les intervenants dans les établissements et services. Dans tous les courriers ou lors des contacts il est apparu avec insistance qu’il fallait se préoccuper de la formation à tous les niveaux et à tous les instants.

La formation demandée doit être spécifique, initiale et continue, et s’appuyer sur des connaissances sans cesse réactualisées.
_____________________________
22 « Le diagnostic de l'autisme peut se faire bien avant 3 ans. Il est établi le plus souvent entre 2 et 3 ans en moyenne. Mais les
cliniciens expérimentés peuvent détecter les signes de l’autisme beaucoup plus précocement : à 12 mois en moyenne pour
Fombonne et De Giacomo (2000), à 12,7 mois pour Volkmar et al. (1994), après le premier anniversaire pour Rogers et Di Lalla
(1990). Le diagnostic très précoce est plus facile lorsque les troubles sont lourds et entravent le développement précoce. »
(Intervention de Mme Bernadette Rogé lors du Colloque « Autisme, cerveau et développement : de la recherche à la pratique »
organisé au Collège de France les 23 et 24 juin 2003).

 

VIII- 2. - La formation des intervenants


A l’heure actuelle, il apparaît que les professionnels intervenant auprès des personnes autistes méconnaissent souvent les spécificités de ce handicap et sont singulièrement démunis face au comportement de ces personnes, dont certains peuvent entraîner une réelle menace pour eux-mêmes et pour les autres (agressivité, automutilation, non prise en compte des risques liés à l’environnement par exemple).

Cette situation ne peut qu’engendrer angoisse, démotivation et risque de négligence.23.

 


Il ne suffit pas de donner aux accompagnants une formation transversale leur permettant d’accompagner tous types de handicaps ; ceux qui accompagnent les personnes autistes doivent bénéficier d’une formation spéciale et pointue faute de quoi leur propre mission d’éducation et d’intégration sera vouée à l’échec.

La formation des professionnels intervenant auprès des personnes autistes est la garantie du succès des accompagnements. Cette formation mettra l’accent sur l’efficacité et l’intérêt des méthodes éducatives et facilitera la coordination des différents intervenants professionnels de statuts très variés, mais travaillant autour de la même personne autiste et avec sa famille (A.V.S., intervenants de SESSAD ou de
service de soins, assistantes maternelles, intervenants des CDES, aides à domicile,…).

Il est actuellement très compliqué pour un établissement d’envoyer plusieurs agents participer à une journée de formation ciblée. Il faudrait favoriser la mise en réseau au niveau départemental pour que ces formations puissent s’inscrire plus facilement dans les plans de formation financés par des organismes de type PROMOFAF 24, ANFH 25,… Au-delà des organismes formateurs labellisés (I.R.F.T.S.) 26 les formations sont proposées par des associations et s’adressent aux professionnels certes, mais également aux parents qui ne souhaitent pas que leur contenu soit trop théorique.

A plus long terme, l’exigence d’une formation spécifique à l’autisme devra être formulée par toute structure d’accompagnement des personnes autistes lors du recrutement de personnel.
________________________________
23 « Dès le début de notre travail, nous avons acquis la conviction que les professionnels, les personnes qui en prennent soin, et
les éducateurs qui travaillent avec des enfants autistes doivent avoir une approche globale de ces enfants, et être responsables du
traitement qu’ils leur appliquent globalement. Ils devraient être capables de faire face à toute la série de problèmes que peuvent
poser les enfants autistes, de la même manière que le font leurs parents. Cela ne peut être réalisé que si le personnel est formé
comme des généralistes. Cela exige qu’il soit disposé à connaître tous les aspects du problème que présente le handicap de
l’autisme et qu’il puisse y trouver des solutions. » In Approche destinée aux professionnels et parents concernés par l’éducation
des enfants atteints d’autisme, E. Schopler, trad. D. Sibold, Extrait du dossier Stage théorique, EDI Formation.
24 PROMOFAF : organisme paritaire, agréé par l’Etat, pour collecter et gérer les fonds de la formation professionnelle continue
des entreprises de la branche sanitaire, médico-sociale, et sociale, secteur privé à but non lucratif.
25 ANFH : Association Nationale pour la Formation permanente du personnel Hospitalier qui assure la gestion et la
mutualisation des fonds versés au titre de la formation continue par les établissements publics adhérents.
26 IRFTS : Instituts Régionaux de Formation au Travail Social.

 

VIII-.3. - La formation des parents


A l’époque où les pouvoirs publics s’interrogent sur le concept de « parentalité »27, les parents d’enfants autistes ont, pour la plupart, largement dépassé, ou plutôt abandonné, les interrogations existentielles sur l’organisation de leur « temps».
Ainsi, de plus en plus de parents sacrifient une partie de leurs congés pour se rendre dans des colloques sur l’autisme, ou suivre une formation proposée par certaines associations qui ont créé leur organisme de formation.

Ces formations se présentent selon des modules traitant des thématiques allant du plus général à des points très particuliers de la vie avec une personne autiste (les loisirs, les relations parents-professionnels, la sexualité par exemple).
Certains organismes de formation ont délibérément choisi de mêler parents et professionnels dans les groupes, ce qui permet un échange riche entre participants et une meilleure compréhension des intervenants.
On assiste également à l’installation en France d’instituts de formation provenant de l’étranger, de Belgique et de Grande-Bretagne. Les personnes créant ces organismes sont des professionnels tels que psychologues, orthophonistes, ergothérapeutes, médecins. La formation recherchée par les parents doit être accessible, exhaustive et argumentée pour ce qui concerne les réponses aux situations complexes auxquelles ils sont confrontés. Elle s’ajoute ainsi à ce qu’ils apprennent lors de leurs échanges avec l’équipe qui s’occupe de leur enfant ou jeune – lorsqu’il est accompagné, s’entend – et les aide à devenir de véritables collaborateurs, en même temps que « l’expert » de leur enfant.
Lorsque l’enfant ou l’adolescent ne bénéficie d’aucune prise en charge, elle permet au parent présent de structurer au mieux la vie quotidienne, les stratégies éducatives auxquelles ils ont été sensibilisés représentant ce que certains ont désigné sous le nom de « prothèse éducative 28 ».
________________________________
27 « Notre époque a donné naissance à un concept nouveau, la parentalité. Elle est plus que la reconnaissance de l’état de
parent. Elle est l’expression d’une répartition modernisée des rôles et une forme actualisée d’organisation familiale […] La
parentalité repose donc sur la liberté, l’égalité et la responsabilité. Le plus souvent, sur le partage, la complémentarité et la
solidarité. Entre la cellule familiale et la structure sociale se lie une interdépendance qui fait de la parentalité un facteur
d’équilibre. Le gouvernement a pris en compte cette donnée. Il a, lors de la conférence de la famille, proposé de mieux répondre
aux besoins des parents, dans le respect des choix, individuels ou communs, d’organisation personnelle et de vie familiale […]Si,
à travers chaque enfant, notre futur se construit, soyons, dans la parentalité assumée et organisée, des bâtisseurs d’avenir. »
Développer la « parentalité » par Nicole Ameline, ministre délégué à la parité et à l’égalité professionnelle, in Le Figaro du lundi
1er septembre 2003.
28 Cette formule, inventée par Autisme France, vise à comparer les stratégies éducatives mises en place pour élever un enfant
autiste aux prothèses techniques proposées pour compenser le handicap des personnes handicapées physiques.

 

VIII- 4. - Les propositions

I.R.F.T.S.
Formation diplômante
Financement

- Appliquer à la formation initiale, notamment dans tous
les I.R.F.T.S, une circulaire du même type que la
circulaire d’avril 1998 concernant la formation
permanente.

- Rendre obligatoire la formation qui sera dispensée au
niveau national par des universitaires et professionnels
reconnus. Par des modules de durée suffisante, elle
s’adressera aussi à tous les professionnels du champ
médico-social ainsi qu’aux enseignants spécialisés.
Elle intéressera également tous les intervenants
concernés par l’autisme et sera accompagnée d’un
stage obligatoire de mise en condition
d’accompagnement dans un établissement.
Il conviendra de prévoir une évaluation régulière des
formations proposées et une validation diplômante de
ces formations, et d’envisager une reconnaissance des
formations dans les grilles conventionnelles.

- Envisager des aides au financement de la formation spécifique de l’autisme. Le coût représentant souvent un frein aux plans de formation, les conseils régionaux participeront, conformément à leur compétence, à l’organisation financière de ces formations.

 

 

Voilà de quoi largement s'inspirer...

Source: http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/034000...

10:36 Publié dans Autisme - traitements et interventions | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.