09/06/2011

Intégration scolaire : Regards croisés sur les nouveaux défis dans la formation des enseignants

La question de l’intégration ou de l’inclusion scolaire demeure aujourd’hui au cœur des préoccupations chez les principaux partenaires de l’éducation (parents, enseignants, éducateurs, étudiants, etc.). Elle apparaît dans des conventions internationales signées par plusieurs décideurs politiques. Elle influence de manière directe ou indirecte les nouvelles lois proclamées en matière d’instruction publique. Elle renvoie de façon spécifique à la promotion du soutien dans des classes ordinaires et au respect des différences dans la vie des classes. Elle contribue à rendre visibles les apprentissages et les progrès réalisés par beaucoup d’élèves présentant des besoins particuliers.
La vision d’une intégration scolaire de qualité, c’est-à-dire celle vouée à la réussite, s’accompagne de nombreux défis et de nouveaux questionnements: à quels besoins répondre en priorité pour tenir compte des caractéristiques et intérêts spécifiques de chaque élève? Quelles conditions de réussite respecter à la base? Quelles transformations attendre de l’école? Quelles voies privilégier pour la mise en commun des expertises et pour mieux soutenir l’innovation dans les pratiques professionnelles? Quelles orientations didactiques soutenir dans les nouvelles expériences d’enseignement-apprentissage?
Pour favoriser un climat propice au partage des savoirs et des savoir-faire durant ce colloque, quatre axes organisationnels seront privilégiés : Evolution terminologique, cycles de vie et cycles d’intervention professionnelle, partenariats et collaborations interprofessionnelles, programmes de formation initiale et de formation continue

 

 

 

 

 

Éric Plaisance,
Professeur
Université Paris Descartes (France)
Centre de recherche sur les liens sociaux,
Courriel : ericplaisance@noos.fr

Clarifier les mots pour mieux définir les pratiques

Résumé
Les transformations de l’accueil et de l’éducation des enfants en situation de handicap sont en cours aujourd’hui dans de nombreux pays et sont soutenues par des organisations internationales telles que l’ONU, l’UNESCO, l’OCDE, des agences diverses, ... Mais en même temps de nombreuses questions sont soulevées, à la fois sur le plan conceptuel et sur le plan des orientations pratiques.
Notre hypothèse de travail est celle d’une articulation entre les transformations en cours et l’utilisation de nouveaux mots ou expressions. C’est alors la nécessité de clarifier les mots, souvent empreints d’ambigüités, pour mieux orienter les institutions, les services, les pratiques professionnelles. Nous proposons d’examiner ainsi le basculement de l’intégration à l’inclusion (cela a-t-il un sens ?), l’estompement de la notion de handicap en faveur de « situation de handicap » (cela est-il soutenu par des modèles compréhensifs ?), la promotion de l’expression « besoin éducatif particulier » (est-ce une simple coquetterie de vocabulaire ?).

---------------------------------------------------------------

Gisela Chatelanat
Professeure,
Université de Genève (Suisse)
Courriel : Gisela.Chatelanat@unige.ch

Les petits deviendront grands : comment l'accompagnement professionnel au niveau préscolaire peut inspirer la transformation des pratiques à l'école ?

Résumé
Les questions en lien avec ce qui est l’évidence même - les petits deviendront grands - suscitent un intérêt qui ne cesse de croître dans les milieux tant professionnels que profanes et qui a conduit à une véritable explosion de nos connaissances sur les trajectoires développementales, typiques et atypiques, de la naissance jusqu’à l’âge scolaire. Ces connaissances ont fait évoluer l’accompagnement professionnel de la petite enfance qui, à son tour, peut ouvrir des pistes de réflexion sur les pratiques scolaires visant l’inclusion de tous les élèves.
Plus spécifiquement, différentes facettes de la fonction intégrative - au coeur du mandat de l’éducation précoce spécialisée - seront décrites, à commencer par un soutien à l’intégration de l’enfant dans sa famille et la création d’un réseau composé de professionnels associé aux parents dans la poursuite de buts communs.
Nous cherchons ensuite à montrer que cette fonction intégrative subit des transformations au moment de la transition à l’école. Même si des ruptures entre pratiques sociales et éducatives qui interviennent à différents moment de la vie d’un enfant et d’une famille sont souvent bénéfiques et dans l’ordre des choses lorsque l’enfant grandit, il s’agit d’éviter des incompréhensions et des tensions entre les différents acteurs (enfants, parents, enseignants, thérapeutes) qui troublent ce processus.
Dans ce but, quelques propositions seront avancées sur comment les ruptures peuvent être réfléchies et accompagnées par les acteurs de l’éducation préscolaire et ceux de l’enseignement scolaire.

------------------------------------------

Pierre-André Doudin
Professeur
Haute École Pédagogique – Vaud et
Université de Lausanne (Suisse)
Courriel : pierre-andre.doudin@hepl.ch

L’intégration scolaire : facteurs de risque et de protection pour l’enseignant

Résumé
Si des recherches montrent que l'intégration en classe ordinaire d'élèves ayant des besoins particuliers a des effets positifs sur ces élèves, une partie importante des enseignants reste opposée à cette intégration. Dès lors comment expliquer cet antagonisme entre résultats de recherche et point de vue d'enseignants ? La psychologie de la santé nous donne quelques pistes de réponse que nous présenterons lors de notre exposé.


------------------------------------------------
Prof. Dr. Gérard Bless
Institut de pédagogie curative
de l’université de Fribourg (Suisse)
Courriel : gerard.bless@unifr.ch

Intégration scolaire – une revue de la recherche

Résumé
La thématique de l’intégration scolaire d’enfants ayant des besoins pédagogiques particuliers est encore en 2011 un sujet de discussion très controversé. Des positions sont prises et des arguments pour ou contre sont lancés dans ce débat émotionnel. Parfois, certains résultats de recherche sont choisis et utilisés pour soutenir sa propre position. Parfois, des affirmations erronées sont placées dans le débat ou des expériences au quotidien avec un cas unique sont généralisées. Ces derniers exemples ne résisteraient probablement pas à une vérification empirique systématique. Cette conférence a pour but de donner une base plus rationnelle à ce débat en présentant le savoir scientifique à ce sujet de façon succinct. Après quelques remarques préliminaires une synthèse de l’état de la recherche concernant trois thématiques sur les effets de l’intégration scolaire ou de la scolarisation en classes ou écoles spéciales suivra : troubles d’apprentissage, déficience intellectuelle, attitudes des enseignants face à l’intégration.

----------------------------------------------------------------------------

Alain Goussot,
Professeur de pédagogie spécialisée,
Université de Bologne (Italie)
Courriel : goussotalain@yahoo.it

Le retour de Vygotski : comment former les enseignants à lutter contre la logique du bouc émissaire ?

Résumé
La logique du bouc émissaire dénature la relation entre enseignant et élèves en difficulté. Elle nuit régulièrement au développement intégral de beaucoup d’élèves sous l’angle de la construction de leur identité, de leur langage intrapsychique et de leur langage interpsychique. En prenant appui sur les fondements dégagés à partir des travaux de Vygotski, plusieurs chercheurs soulignent l’intérêt de mettre l’accent, dans la formation des enseignants, sur les interrelations entre les préoccupations dialectiques, culturelles, affectives, sociales, biologiques et environnementales.
Dans le cadre de la présente communication, nous tenterons d’établir des ponts entre l’observation pédagogique du potentiel d’apprentissage en situation et les mécanismes de compensation auxquels peut recourir l’enseignant, entre l’histoire de vie de l’élève et la nécessité de comprendre la dimension historico-culturelle du développement, entre la communication intersubjective nécessaire au processus d’inclusion et les pédagogies de médiation favorisant l’apprentissage ainsi que le développement des potentialités de chaque élève.

---------------------------------

Jean-Claude Kalubi
Professeur titulaire, Faculté d’éducation
Université de Sherbrooke (Canada)
Titulaire de la Chaire de recherche sur les identités et innovations professionnelles
Courriel : jc.kalubi@usherbrooke.ca

Accompagner dans la perspective de la réussite pour tous : les défis soulevés par les démarches participatives de formation des enseignants

Résumé

La question de formation continue des enseignants peut être traitée à partir des angles de vue complémentaires. Elle s’oriente tantôt vers l’ajustement des charges professionnelles des enseignants, tantôt vers le développement d’expériences centrées sur les impératifs du quotidien. Dans tous les cas, cette question suscite de nombreux débats touchant entre autres les fondements du curriculum offert dans les écoles. Elle attire aussi l’attention sur les finalités de la réussite pour tous les élèves, ainsi que sur de multiples facteurs qui influencent le travail des enseignants. Nos travaux d’analyse portant sur les pratiques de développement professionnel et d’accompagnement des enseignants intervenant dans le domaine de l’adaptation scolaire ont permis récemment de faire une mise à jour intéressante de la pertinence des approches participatives de formation et d’intervention. La présente communication sera consacrée à l’exposé des défis spécifiques relevés au cours de nos analyses.

LES ATELIERS

Autisme, quelle scolarisation ?

Résumé
Les associations de parents d’enfants autistes, en France comme à l’étranger, contribuent à influer les politiques publiques. Les revendications de certaines d’entre elles correspondent d’une part au développement de nouvelles méthodes et d’autre part aux intentions des pouvoirs publics; elles s’orientent vers un engagement dans des fonctions d’entraide et d’informations. Elles tentent de modifier les représentations de l’autisme.
La prise en charge de l’autisme fait l’objet de débats depuis longtemps. Aujourd’hui, les interventions des professionnels tentent de tenir compte de l’ensemble des évolutions culturelles, soignantes ou éducatives en mettant en synergie la pluridisciplinarité des différents courants et approches. A la croisée de ces logiques multi-référenciées et malgré les dynamiques internationales en faveur de l’intégration et de l’inclusion scolaire, elles suscitent de nombreuses questions : quelle scolarisation semble la mieux adaptée pour les enfants atteints d’autisme ? Et comment considère-t-on le sujet autiste aujourd’hui ?
La présente communication prend appui sur les résultats d’une analyse qualitative documentée par des observations en classe et par la participation à des séances de réseau. Cette base de données est complétée par des entretiens semi-directifs menés auprès de quatre familles, par l’étude de cinq dossiers scolaires français et par la monographie d’un lieu de soin situé en Suisse. Ce recueil croisé propose un regard proche du terrain, à la fois transversal et multi-référentiel. Cette recherche vise à analyser les enjeux sous-jacents aux changements en cours concernant l’évolution permanente des connaissances sur l’autisme.

 

 Pour voir tout le programme:

20:40 Publié dans Autisme - école - inclusion | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | Pin it! |

Commentaires

Si cette information est vérifiée, un examen médical abusif sur enfants a été commis récemment dans un école de suisse romande.

C'est aussi grave que l'affaire DSK mais on n'en parle pas dans les médias suisses, à l'exception de l'Echo qui s'indigne à juste titre. Lisez l'édito de son rédacteur en chef. http://www.echomagazine.ch/Default.asp?331331D3741663E6266338933DE6

Dans une école de suisse romande, des petites filles ont subi un examen gynécologique sans que les parents en aient été avertis. Avec en prime, une petite information sur "comment caresser son partenaire" ; information certes passionnante pour des adultes en quête d'une sexualité épanouissante, mais parfaitement inadaptée pour des enfants de 10,11 ans.

Certains parents sont choqués et portent plainte ; Normal ! Qui a décidé cette opération faite dans le dos des parents ? L'Ecole ? Le DIP ? Cette affaire est tout à fait scandaleuse et doit être portée sur la place publique car elle pose de nombreuses questions. Y aura-t-il encore des initiatives de ce genre faites sans l'accord des parents ? Comment cet examen gynécologique s'est-il déroulé ? Les petites filles ont-elles eues le droit de dire non ? Si ce n'est pas le cas, il y a prise de pouvoir d'une Autorité sur l'enfant, violence à l'encontre de son intimité la plus sacrée et on est en présence d'un véritable scandale.

Écrit par : Corto | 10/06/2011

Les commentaires sont fermés.