30/09/2011

Psychanalystes versus tous les autres: qui a raison?

On dit souvent que l’autisme déchaîne les passions entre une vision psychanalytique et une vision neuro-développementale. C’est tout à fait vrai. Il suffit de mettre quelques mots clés dans un moteur de recherche quelconque pour aboutir à des kilomètres de mots, de part et d’autre très invectifs sur la question. Les premiers traitant les autres je cite « de fous ou stupides », les autres traitant les psy de vieux shnocks surannés (n’ayant pas de citation directe, je résume l’état d’esprit).

C’est d’ailleurs assez amusant (en somme modus dicendi) de lire les uns et les autres défendre leurs positions respectives, chacun affirmant haut et fort détenir une vérité très scientifique. Il faut ajouter le « très », cela fait bien plus sérieux.

 

 

Mais quelqu’un sait-il poser la question de savoir au fond où toutes ces passions se déchaînaient ? Non, parce que – en général – lorsqu’on dit « détenir une vérité très scientifique », cette dernière rencontre un certain consensus au niveau international. Êtes-vous d’accord avec ce raisonnement ?

 

Or, force est de constater que la majorité des études scientifiques, publiées ces vingt dernières année, au niveau international, invalide la thèse des schnocks et donne raison aux fous et stupides. Le débat passionné se réduit, tout d’un coup,  à la seule aire géographique francophone européenne. Cela limite tout de même un peu les enjeux…j’entends les enjeux scientifiques. Parce que en ce qui concerne les enjeux de vie touchant les personnes avec autisme et leurs familles qui malencontreusement habitent dans la zone francophone européenne, ils sont –par la force des choses – d’une autre nature. Dans nos contrées, les familles –secondées fort heureusement par de nombreux professionnels- doivent encore se battre pour créer ne serait-ce qu’une alternative à la vision très absolutiste des défenseurs de Freud et confrère Lacan.

 

Pour défendre leurs positions, ces derniers accusent les autres d’être des « matérialistes », de réduire le fait psychique à un fonctionnement que neuronal et d’être à la solde, en vérité, « d’un marché du psychotrope » (je cite). Ces accusations sont graves et infondées.

 

Les psychanalystes pensent que la personne avec autisme a  un fonctionnement subjectif spécifique et ils montent en épingle cette idée en affirmant qu’elle est opposée à la vision de leurs adversaires déclarés. Mais problème : leurs supposés adversaires disent exactement la même chose. Zut alors !

 

Le problème n’est pas dans cette reconnaissance d’un fonctionnement subjectif spécifique, ce que les fous/stupides formuleraient plutôt comme une « manière différente de traiter l’information ». Une fois ce constat au fond très banal posé le vrai problème est de savoir COMMENT on va aider les enfants dans leur progression.

 

C’est -aujourd’hui- dans le COMMENT que réside la vraie opposition entre les psychanalystes et les psychopédagogues ( nommés -de manière un peu réductrice- « les tout biologiques » par les psychanalystes).

 

Les psychanalystes accusent encore les autorités politiques de donner trop de crédit au concept « contemporain » d’autisme (comme si c’était une insulte d’être à jour sur les connaissances scientifiques contemporaines), concept je cite « forgé sur Internet par les tenants du « tout biologique », relayé par certaines associations de parents d’autistes ». Il faudrait peut-être conseiller aux psychanalystes de lire autre chose que des textes publiés sur Internet et de s’abonner par exemple à des revues scientifiques reconnues internationalement. Ils accusent encore les autorités publiques de reconnaître l’autisme comme un « handicap » et non un « fonctionnement subjectif spécifique », cette dernière idée justifiant leur pratique professionnelle d’« autoréparation de l’existence ».

 

Là encore ces assertions non aucun sens ! Comment peut-on nier que l’autisme soit un handicap lorsqu’on sait que beaucoup de nos enfants ne seront pas totalement autonome à l’âge adulte ? Et si on se permet de formuler cette vérité, communément admise, vous avez des psychanalystes qui s’insurgent et viennent vous culpabiliser en disant que –dans la perspective du handicap-  « le sujet autiste perd toute subjectivité pour devenir l’objet du discours médical et de l’orthopédie des comportements » et que si les familles acceptent l’idée du handicap c’est parce qu’elles ne peuvent « concevoir de conférer un statut à leurs enfants qu’en tant que c’est leur corps qui est malade, les enfermant ainsi dans une perspective sans espoir » !!!!! Merci, sympa les gars !!!

 

Toujours aux dires des psychanalystes si les familles reconnaissent le handicap de leur enfant et essayent de l’aider par le biais de moyens éducatifs (pour rappel employés partout ailleurs sauf dans la zone francophone européenne…) elles le considèrent d’emblée comme « incurable» ?? alors que – je cite- « la psychanalyse ne promet certes pas de guérison, mais donne légitimement à croire que des améliorations sont possibles où quelque chose du sujet pourrait advenir ». Ouhaooo ça c’est de la précision scientifique….Comprenne qui voudra….

 

 

Aujourd’hui, comme le démontre l’article (Hégémonie du modèle de l’autisme : carrefour éistémologique entre médecine, familles et politique) récemment publié dans la Revue suisse médicale par les Prof. Halfon et Guex, qui travaillent au Département de psychiatrie du CHUV de Lausanne, la vraie opposition entre les deux visions de l’autisme (psychanalyste et « biologiste ») n’est plus centrée sur les questions d’étiologies ou sur l’acceptation que les TSA sont bien un problème d’ordre neuro-développemental !  Il faut dire que la position défendue ardemment par les psychanalystes du tout « subjectif » n’était plus tenable et défendable sur un plan scientifique. Il reste encore des oppositions sémantiques entre les deux tendances, les psychanalystes s’accrochant encore aux lemmes -qui ne sont plus du tout employés, sur le plan diagnostique, ailleurs- de « troubles psychotiques de dysharmonie psychotique, de prépsychose de l’enfant ».  C’est là aussi, je pense, une question de temps pour que ce vocabulaire disparaisse en relation aux TSA et aussi de clarifier exactement de quoi on parle…

 

Le vrai problème qui oppose les deux visions est situé au NIVEAU DE LA PRISE EN CHARGE !!!!! La théorie est une chose, la pratique une autre !  Il est certes très intéressant de voir se rapprocher la psychanalyse de la neurologie et c’est aussi – au passage - amusant de voir comment le « subjectif » veuille composer désormais avec le diablotin « biologique » ;-)  L’idée de la plasticité cérébrale est indiscutable et vérifiable tant sur le plan subjectif que biologique ! Tout va bien.

 

Par contre, c’est dans la manière de comprendre cette plasticité cérébrale et d’y « travailler » que les voix entre les deux visions sont fondamentalement et structurellement divergentes.

 

Encore une fois il faut se référer aux résultats menés au niveau international. Ces derniers sont clairs : l’approche éducative est celle qui le mieux et le plus a permis de faire progresser les enfants avec autisme quel que soit leur « degré » d’autisme ! 

 

M. Halfon et M. Guex disent -dans leur article- qu’il « manque des évidences scientifiques pour prioriser telle approche plutôt qu’une autre » et que la psychanalyse -d’une certaine manière- n’aurait pas pu démontrer l’efficacité de son approche parce que les financements ont été consacrés « à  soutenir la recherche clinique, mais encore peu celle  en thérapie et santé publique ! » C’est un comble d’écrire ces contre-vérités :

 

1.     il suffit de lire les revues scientifiques internationales pour connaître les résultats des approches éducatives

2.     l’approche psychanalytique est en vigueur depuis une quarantaine d’années en Romandie et encore majoritaire aujourd’hui. 40 ans n’ont pas suffi à démontrer scientifiquement la valeur de cette approche ????? Je suis inquiète…Ils ne s’en soucient que maintenant, pourquoi ? Je suis encore plus inquiète….

3.     l’approche psychanalytique est remboursée par les assurances alors que si l’on veut offrir à son enfant une approche éducative cognitivo-comportementale (je résume) elle est -dans la majorité des cas- à la charge EXCLUSIVE des familles !!!!!

 

Encore une fois, le débat existe et il ne doit pas être évincé ni soumis à des fausses assertions : l’approche psychanalytique a eu le temps et l’argent pour démontrer sa pratique.

 

Elle est encore en vigueur dans nos contrées, pour des raisons historiques, ailleurs on fait -depuis longtemps- autrement, y compris dans les filières académiques.

 

Le débat doit être posé, puisqu’il doit l’être ici, sur les résultats, fruits de deux approches conceptuellement différentes :

 

·       Y a-t-il des études  pour étayer des résultats ?

·       qui a posé le diagnostic des enfants sur lesquels on élabore une étude ? (Est-on sûr du diagnostic déjà…)

·       quels sont été les critères retenus pour cette étude ?

·       Ces derniers sont-ils auto-référencés ou pas ?

·       Ou ont-ils été soumis à des organes de contrôle indépendants ?

·       Ont-ils été soumis à des critères internationaux pour établir des comparatifs ?

·       Sur quelle échelle ces résultats ont été établis ?

·       Etc.

 

 

La culture des résultats n’enferme pas le débat, contrairement à ce que pensent les psychanalystes, il l’ouvre sur des bases vérifiables…

 

Le vrai enjeu se situe ici, pas ailleurs.

 

Le 26 novembre à l’occasion de notre Journée-débats nous ne souhaitions pas parler des consensus (étiologie, diagnostic et prise en charge précoce que tout le monde désormais reconnaît comme nécessaire), mais des DIVERGENCES qui, elles, se situent au niveau de la PRISE EN CHARGE !

 

Alors, approches éducatives (Teacch, ABA, Denver Model) ou approche psychanalytique ???? Pour ceux qui prônent la mixité des approches ils n’ont pas bien compris, je pense, les divergences théoriques…assez inconciliables entre les deux manières de penser… Evitons les syncrétismes et les fausses solutions ! Place plutôt au débat !

07:28 Publié dans Autisme - alors ça bouge ou pas ? | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | Pin it! |

Commentaires

Tous ceux et celles ayant entendu un pédiatre crier ses craintes pour le futur des enfants et personnes âgées et ce en 2004 déjà , auront peut-être après le reportage de Temps présent sur les embyons du futur des questions sur ce que les médecins d'aujourd'hui ont dans la tête.Du moins certains.Aussi en lisant vos craintes sur l'autisme ne semblant pas un problème hormi pour ceux qui en souffrent et leur famille,la médecine préfèrerait-elle se consacrer à l'eugénisme ,on en vient à se poser beaucoup de questions surtout après cette émissions.Non qu'elle ait été la première du genre mais peut-être un rappel au monde de ce qui est entrain de se préparer sous nos yeux.Ces recherches débutèrent en 1920 ,entendre à la fin de la guerre des on ne savait pas,plus personne cette fois ne pourra argumenter de tels propos car jouer avec le feu pourrait bien avoir de tristes répercussions encore pire que l'autisme.Ces enfants embryons auront des comptes à régler avec l'humanité,espérons voir cesser ce qu'il faut nommer ignominie d'esprits humains complètement dérangés.Sachons utiliser les mots appropriés!
bien à vous et bonne journée

Écrit par : lovsmeralda | 01/10/2011

Mon expérience m'a prouvé que les approches éducatives sont les seules bonnes.

Et comme vous l'avez fait remarqué dans votre texte, elles sont malheureusement quasiment complètement ignorées dans nos contrées francophones.

L'approche psychanalytique qui est la plus ancienne sur le "marché" s'oppose viscéralement aux approches éducatives qui lui sont infiniment supérieures.

La psychanalyse donne dans certains cas de bons résulats pour d'autres problèmes, MAIS pas pour les troubles liés à l'autisme.

Les psychanalystes qui étant arrivés les premiers ont eu le temps de bien s'implanter dans les endroits clés de l'administration et autres lieux du pouvoir protègent leur pré-carré. Et, tant pis pour les enfants autistes qui pourtant s'ils étaient pris en charge suffisamment tôt pourraient être sauvés ou en tout cas connaître une évolution fantastique.

Les psychanalystes inutiles veulent leur pognon (pire que les financiers sur lesquels il est de bon ton de tirer) pompé sur la détresse des parents et de l'Etat qui leur fournit des emplois de fonctionnaires bien payés dans les institutions de jours et autres locaux fastueux de l'administration.

C'est un holocauste qu'on laisse faire avec les enfants autistes en ne passant pas aux approches éducatives qui fonctionnent bien dans les pays du Nord et anglo-saxons.

Il n'y a qu'un mot pour d'écrire cette situation : DEGEULASSE.

Seules les familles plus aisées réussissent à traiter leurs enfants en les prenant en charge à leur frais, car sans les budgets de l'Etat qui sont sucés par la mafia psy les coûts des traitements privés vont bien au-delà de l'épargne annuelle de la famille lambda.

Et dire que quelques années de traitement intensif permettraient de réduire de façon spétaculaire le nombre d'enfants dépendants au lieu que notre société paie pendant huitante ans la dépendance des enfants autistes devenus adultes puis personnes âgées.

Comment les psychanalystes chargés de l'autisme peuvent-ils encore oser se regarder dans une glace?

C'est un crime contre l'Humanité, contre ce qu'il y a de plus précieux et innocent dans notre société et... nos politiques qui perpétuent le système sont complices.

Écrit par : Seulement bon pour payer | 03/10/2011

Les commentaires sont fermés.