13/01/2012

Autisme: on peine à se sortir de la psychanalyse

La France peine à sortir d'une conception psychanalytique de l'autisme. Nous connaissons exactement le même problème en Romandie.

 

En France, les débats ont été ouverts. Hier,  l’occasion des premières rencontres parlementaires sur l’autisme Valérie Létard, sénatrice et ancienne secrétaire d'Etat à la Solidarité, a remis un rapport-bilan sur le plan autisme 2008-2010 à Marie-Anne Montchamp, actuelle secrétaire d'État. Le gouvernement a pris position sur l'opposition virulente qui existe entre associations parentales et les représentants de la psychiatrie. Voici un extrait du discours de Mme Montchamp :

"Je veux le dire avec force : pour le Gouvernement, les choses sont très claires : (...) L’autisme est enfin sorti du répertoire des psychoses en France en 2010 (faisant référence à l'état des lieux publié par la Haute Autorité de Santé). Cette réalité doit être connue de l’ensemble de nos compatriotes".

Le gouvernement français a pris ses responsabilités. Le processus va être encore long, mais il est enclenché...

 

Et en Romandie ?

 

Je pense que les théories sous-jacentes aux pratiques sont quasi inconciliables entre une école et une autre. Elles peuvent toutefois co-exister. Tout mouvement voulant concilier l'inconciliable trompe son interlocuteur. C'est comme si quelqu'un avait voulu, à l'époque, concilier les thèses des  nominalistes à celles des réalistes ... Quiconque connaît les positions respectives de ces grands penseurs sourirait rien qu'à cette idée. Nous sommes ici exactement dans le même ordre de considération.

 

Je vous conseille de lire ces articles concernant les conclusions du plan autisme 2008-10 qui - en France- va être reconduit:

 

http://www.20minutes.fr/societe/858320-autisme-rapport-pointe-manque-places-retard-important-mise-place-methodes-adaptees

http://www.psychomedia.qc.ca/autisme/2012-01-12/bilan-plan-gouvernemental-2008-2010-france

http://www.europe1.fr/France/La-France-n-arrive-pas-a-soigner-ses-autistes-901173/

 

 

 

 

 

 

 

 

07:14 Publié dans Autisme - alors ça bouge ou pas ? | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | Pin it! |

Commentaires

@Marie-Jeanne c'est comme à chaque fois,les fêtes de fin d'année aprochant,de belles paroles avec fausses promesses sont diffusées aux 4 vents et on s'y laisse prendre magré tout.Depuis le temps que ces entourloupes existent on devrait se méfier mais tellement pris par l'air du temps et c'est reparti l'espérance ne sert -elle pas à faire courir ceux prétendus fous? puis les lumières de Noel remisées après les Rois et le désenchantement revient peu à peu!
Ou alors cette années 2012 décrétée celle de l'Austisme n'était qu'un canulard ?fort possible dans ce monde avec tant de gens même envieux et jaloux du malheur des autres ce qui est d'autant plus lamentable et qui prouve à ceux qui doutaient qu'il devient de plus en plus malséant de ne serait-ce qu'esquisser un sourire ,pauvre monde y'a vraiment crainte pour le futur
Ce matin parcontre j'ai admiré un dessin,dommage il a disparu du blog.Fortement interpellée je voulais y revenir, car cette perspective reproduite par un autiste m'a poursuivie toute la journée ,j'espère pouvoir la contempler à nouveau
Toute bonne soirée por Vous Marie-Jeanne

Écrit par : lovsmeralda | 13/01/2012

Bonsoir Marie-Jeanne Accietto,

Pour information, ci-après un extrait du rapport de Mme Valérie Létard remis à Mme Marie-Anne Montchamp le 12/01/2012 - lien vers ce document: http://www.solidarite.gouv.fr/IMG/pdf/rapportmissionautisme.pdf - page 21, fin du dernier paragraphe:


"La très grande majorité des psychiatres qui s’occupent d’enfants autistes, a abandonné la théorie psychogénétique, mais reste attachée à une position soignante, prenant en compte les aspects affectifs et cognitifs ainsi que l’importance de l’histoire individuelle de l’enfant dans son contexte familial et culturel. Ceci n’est pas en contradiction avec l’absolue nécessité d’une approche éducative. Ainsi se créent des formes constructives de participation de psychiatres à des modalités d’accompagnements et de prises en charge multidisciplinaires, fondées sur les approches inter disciplinaires recommandées au niveau international."

D'où il ressort essentiellement qu'aucune approche n'étant exclue, c'est bien l'interdisciplinarité déjà existante depuis longtemps qui se trouvera ainsi renforcée.

On ne peut que s'en réjouir avec les personnes dites autistes qui devraient donc continuer à en tirer bénéfices.


Bien à vous,


BJP

Écrit par : Bruno Jean PALARD | 14/01/2012

Alors tout à fait d'accord avec vous ! Bon week-end ! MJA

Écrit par : Marie-Jeanne | 14/01/2012

Les commentaires sont fermés.