16/01/2012

Si on me demandait...

Voilà plusieurs années que je me bats, désormais, au quotidien pour mon enfant et aussi pour tous les enfants comme lui. Mon combat n'a jamais été égoïste, mais il est aussi personnel.

Si on me demandait un jour, pourquoi je suis la Présidente de l'association Autisme Genève, que j'ai créée,  je répondrai sans hésiter c'est parce que je suis maman.

Je n'ai jamais soumis et ne soumettrai jamais aucune considération, aucune ambition, aucun projet à une perspective qui ferait fi de mon rôle de maman.

Alors, je voulais débuter cette semaine en rendant hommage non seulement à mon grand garçon, Gabriel, mais aussi à son jeune frère qui au quotidien vit avec moi cette différence, avec simplicité. Il me confiait l'autre jour, presque au creux de l'oreille, "Gabriel c'est un grand, tu sais maman: maintenant il peut envoyer tout seul des messages avec son( nouvel) Ipad, et moi est-ce qu'il m'apprendra ?"

J'ai trouvé merveilleux que Jean-Baptiste admire son frère et encore plus merveilleux, sans doute, qu'il l'admire parce qu'il pourrait lui enseigner l'art de la communication électronique. Je lui ai répondu le plus simplement du monde: "Demande-lui, il sera fier de t'apprendre".

Il faut faire confiance aux enfants. J'ai toujours fait confiance aux miens, sans distinction aucune, mais dans le respect de leur singularité à chacun.

Bonne semaine à tous et merci d'être toujours aussi nombreux à lire mon blog !

 

Gabriel - maison de quartier 2011 017.JPG

 

 

 

 

 

07:36 Publié dans Autisme - mon fils | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | Pin it! |

Commentaires

@Marie-Jeanne touchante histoire de deux enfants qui s'adorent et votre témoignage confortera d'autres parents.Je me permets de souligner que mes écrits relèvent d'une époque n'ayant rien de comparable à celle d'aujourd'hui
Ces enfants d'alors avaient sans doute pour mission d'aider au développment d'humains du futur sinon comment comprendre les stérilisations forcées qui par chance pour quelques'unes des victimes leur permi malgré tout d'avoir des enfants ,leur amour maternel ayant été le plus fort/mais là il s'agit d'expériences de stérilisation sous traitement intensifs de rayons x faits dans les années 50,qui fort heureusement ont échoué le plus souvent
Je suis touchée par cette belle photo ,on aurait envie de les prendre dans nos bras, et l'on y sent l'amour de leur maman . Ce matin regardant le monde je me demandais si en parlant plus vite ,qu'aurions nous pu empêcher? rien sans doute mais je ne regrette pas d'apporter ma pierre à l'édifice des absurdités humaines surtout au vu de ce qui se passe en Hongrie
Toute belle soirée à Vous Marie-Jeanne

Écrit par : lovsmeralda | 16/01/2012

Les commentaires sont fermés.