03/02/2012

Scolarisation des enfants autistes : H.Bello interroge le gouvernement

La députée, Huguette Bello, est intervenue cette semaine à l'Assemblée nationale pour attirer l'attention du gouvernement sur la nécessaire "intégration scolaire des enfants autistes en milieu ordinaire". Voici l'intégralité de la question orale, sans débat, d'Huguette Bello. 3765371-5603419.jpg



"L'attribution pour 2012 du label Grande cause nationale à la lutte contre l'autisme a été unanimement saluée. Parmi les différentes actions attendues pour mieux comprendre ce trouble, le faire mieux connaître et mieux le prendre en charge, l'intégration scolaire des enfants occupe une place toute particulière.

Nous savons que la loi de 2005 non seulement reconnaît à "tout enfant porteur de handicap le droit d'être inscrit dans l'école la plus proche de son domicile", mais encore qu’elle garantit la mise en œuvre des moyens financiers et humains nécessaires à sa scolarisation en milieu ordinaire.

Mais nous savons aussi que la réalité est tout autre. Pour 80% des enfants autistes, cette loi est restée une loi de papier.

Les recherches des spécialistes et les témoignages des parents ne cessent pourtant de nous dire à quel point une telle carence est nuisible aux enfants, et à quel point ses conséquences peuvent être lourdes pour la société. Pour remédier à une telle situation, les moyens sont déjà identifiés. Le dernier rapport en date, réalisé par la sénatrice Valérie Létard, les rappelle parfaitement et de manière opportune.

La sensibilisation des enseignants, notamment en classe maternelle, et le dépistage précoce des enfants sont indispensables. Ils permettent d'éviter la marginalisation progressive de l’enfant.

L'intégration scolaire des enfants autistes suppose également (je dirai même exige) la mise en œuvre réelle des mesures de compensation. Il s'agit en priorité des auxiliaires de vie scolaire. Il est devenu urgent d'augmenter leur nombre, de garantir, de façon pérenne, leur professionnalisation et d'alléger les procédures administratives de leur recrutement.

L'accompagnement scolaire doit devenir un vrai métier. Les familles, les associations, les professionnels insistent pour que l'« aide aux aidants » soit une priorité. C'est à cette condition que les postes seront pérennisés, que les AVSI pourront assurer la stabilité aux écoliers atteints de syndrome autistique, une stabilité absolument nécessaire, et que les conditions de leur scolarisation contrarient.

Les mesures sont identifiées. Le label 2012 est là. Les conditions sont donc réunies pour que la loi de 2005 soit enfin appliquée.

Le devoir, la solidarité, la morale elle-même interdisent que l'argument de la rigueur budgétaire soit opposé aux enfants les plus fragiles.

La question ne peut donc être que celle-ci : "Quand annoncerez-vous les mesures en faveur de leur scolarisation en milieu ordinaire ?"



Source: http://www.zinfos974.com/Scolarisation-des-enfants-autistes-H-Bello-interroge-le-gouvernement_a37162.html

19:22 Publié dans Autisme - école - inclusion | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | Pin it! |

Commentaires

Je suis tout a fait d'accord avec vous . Malheureusement , je sais que il ya des gens insensibles face a des enfants qui on besoin juste un peu plus de attention pour être dans une école ordinaire! Actuellement je vis avec ce type de problème , il a pas assez de aide pour se sentir en sécurité !!!! C'est triste

Écrit par : Lopes katia | 09/02/2012

Je suis Maman d'un garçon de 6ans Autiste. La scolarisation de nos enfants c'est de bataille tous les jours !!!! Il n'y a pas de personne formé autour de l'enfant, ni directrice, ni maîtresse, ni AVS; Quand nous avons demandé au Référent et la Directrice de l'école que la Psychologue de mon fils souhaiterais observer (pas imposer) le comportement de mon fils en classe et échanger avec l'AVS. Elle fuit, on a pas le droit, l'Education National n'est pas d'accord, il faut qu'il y a de convention, même pour accrocher un emploi de temps en classe,apporter une classeur de communication, il faut demander une convention, parfois le traitement de la demande presque 18mois !! Pour avoir une place dans un CLIS, il faut que les parents acceptent un suivi par un établissement type Hdj, cmp, ou sessad. Avec le sessad c'est un peu mieux car plus ouvert avec le professionnel libéral. Même la MDPH, l'Education Nationale, presque tous les administrations font la même chose. C'est très très dur !!! il faut que la mentalité change car on arrivera jamais.

Écrit par : dennis | 24/02/2012

Les commentaires sont fermés.