22/02/2013

Autisme: l'intégration scolaire ailleurs...

Des pratiques d'autres pays peuvent être intéressantes à connaître et permettent d'interroger ce que nous faisons chez nous. Voici un article concernant l'intégration scolaire en Australie, vue par Mme Beatrice Lucas.

Après une formation d'institutrice d'école primaire à Lucerne, Beatrice Lucas a étudié la pédagogie et la thérapie par la danse en Australie. Son Master of Education traite avant tout des troubles du spectre autistique (TSA) chez les enfants. Entre 1988 et 1995, elle a travaillé en tant que thérapeute de mouvement et de danse dans des écoles d'autisme à Melbourne, puis à Cairns en tant qu'institutrice dans des écoles ordinaires où des enfants atteints du TSA sont intégrés. Puis, de 1996 à 2012, elle a travaillé en tant que conseillère scolaire et formatrice pour l'intégration des enfants et des adolescents atteints du TSA à Far North Queensland, en Australie. En tant que Suissesse de naissance, elle prodigue également ses conseils dans des écoles en Suisse en ce qui concerne l'intégration des élèves atteints d'autisme.

En Australie, les enfants ayant des besoins spéciaux sont des enfants handicapés, des enfants ayant des problèmes de santé et des difficultés d'apprentissage. La notion de handicap comprend un large éventail de handicaps physiques et mentaux, la déficience visuelle, la déficience auditive, les troubles de la parole et l'autisme. L'éducation pédagogique spécialisée est définie comme l'éducation des enfants qui ne peuvent pas remplir le cursus normal en Australie. L'éducation peut comprendre des exercices spécialisés, des méthodes d'apprentissage ou des techniques qui sont adaptés aux besoins des enfants.

Les premières écoles pour enfants ayant des besoins spécifiques ont été déjà ouvertes en 1860 en Australie. Celles-ci offraient une éducation pour les enfants ayant une déficience auditive et / ou des problèmes de vision. Dans les années 1920, des écoles ont été créées pour des enfants ayant d'autres handicaps. Au début de cette période, ces écoles étaient principalement soutenues par des associations caritatives et organismes sans but lucratif. En 1970, le gouvernement d'Australie a pris les premières mesures pour endosser la responsabilité de ces écoles. Aujourd'hui, la pédagogie spécialisée est partiellement intégrée dans les classes ordinaires avec un appui professionnel afin de décharger les enseignants. Même si c'est une approche intégrative qui est prônée, des écoles spécialisées sont toujours disponibles pour des élèves qui ont besoin d'un soutien particulièrement élevé. En 2005, les mêmes droits ont été attribués à tous les enfants. Tous les élèves devraient être en mesure de profiter d'une même éducation de base que les autres et être traités avec dignité. Tout obstacle fondé sur des préjugés par rapport à la capacité des enfants handicapés devrait être surmonté.

L'enseignement pédagogique spécialisé a adopté une approche intégrative en Australie. L'enfant doit, autant que possible, être intégré dans une classe ordinaire. Les écoles ou centres de formations de base ou continues sont tenus par la loi de former les enseignants aux outils nécessaires pour le développement d'un élève ayant des troubles afin qu'il puisse bénéficier du même enseignement que ses camarades. Des adaptations peuvent être effectuées dans divers domaines; par exemple, les écoles ordinaires peuvent proposer un soutien par les enseignants et les assistants pédagogiques, le programme ou la taille de la classe peuvent être adaptés. Si les parents d'un enfant ont le sentiment qu'il faut le soutenir et s'il présente un diagnostic, ils peuvent en référer au directeur de l'école pour faire évaluer l'enfant. Il y a des entrevues avec l'élève, afin de comprendre ses besoins et de les évaluer. A partir de cette évaluation, il est décidé de quel et de combien de soutien l'enfant a besoin et si des adaptations sont nécessaires. Grâce à des contrôles réguliers les enfants seront réévalués et le programme d'éducation ainsi que le soutien seront adaptés. Les enfants plus âgés sont informés de ces étapes et ils peuvent être présents lors du rapport d'évaluation ou de l'établissement des objectifs de programme d'éducation.

Les enfants ayant un trouble du spectre autistique profitent de ce système comme les autres enfants ayant des besoins spéciaux. Cependant, certaines mesures sont prévues spécifiquement pour les enfants atteints d'autisme. Dans certaines écoles ordinaires, il existe des classes spécialisées qui sont intégrées dans les écoles ordinaires et des classes spécialisées d'intervention pour les enfants en âge préscolaire et primaire.

La compensation des désavantages pour les élèves est déjà bien établie en Australie. Beatrice Lucas ajoute que pour un élève ayant besoin de lunettes, on ne discute pas s'il peut utiliser ses lunettes durant le cours et lors d'examens. Pour elle, il est donc naturel que les enfants qui ont des troubles du langage, par exemple, peuvent utiliser des moyens comme l'ordinateur qui leur permettent de communiquer en classe. Les examens sont alors souvent présentés dans différentes versions en Australie. Ainsi, un enfant atteint d'autisme qui a des problèmes d'attention peut effectuer un examen dans une pièce séparée si cela est pertinent. Ou chez les enfants qui ont des difficultés motrices, ce qui est souvent détecté chez les enfants atteints d'autisme, le temps de l'examen peut être prolongé. L'adaptation individuelle pour les enfants prend du temps et demande beaucoup de ressources de la part des enseignants. Pour cette raison, il y a des aides pour l'enseignant ou des assistants pédagogiques qui soutiennent les enseignants et qui sont disponibles pour toutes les écoles. L'établissement scolaire reçoit en plus du soutien personnel, de l'aide financière selon le nombre d'élèves ayant des besoins particuliers. Celle-ci n'est pas actuellement explicitement attribuée à l'élève, mais à tout l'établissement qui peut utiliser l'aide financière à sa guise pour soutenir les enfants. Cela donne une certaine souplesse pour pouvoir donner plus de soutien à un élève, s'il en a besoin pendant un certain temps.

Beatrice Lucas connaît bien les systèmes scolaires australien et suisse, et peut ainsi comparer comment se passe l'intégration scolaire dans ces deux pays. Selon Beatrice Lucas, l'intégration scolaire en Australie est bien établie, mais reste encore un sujet de discussion en raison de la diminution des ressources. La Suisse a aussi fait de grands progrès pour une intégration réussie ces dernières années. L'intégration a été bien réalisée dans de nombreux établissements scolaires.


Découvrez davantage au sujet d'Autres pays, autre pratique : l’Australie sur www.autisme.ch

 

 

Source:

asr - autisme actuel

Hiver 2012-2013

07:45 Publié dans Autisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.