13/11/2014

Réponse à M. Vité, Président de la SPG

Suite aux propos de M. Laurent Vité, président de la SPG, qui revient sur la politique d’intégration des élèves à besoins spécifiques dans le cursus ordinaire et qui déclare que «L’école inclusive a un coût» – et que les enseignants paient la facture,  je me permets de vous retranscrire ma réponse:


Propos de M. Vité - agora du journal le "Courrier : "La face cachée de l’intégration": ici

 

 

Ma réponse:

 

Petit rectificatif:  «L’école inclusive a un coût» – et les élèves à besoins spécifiques paient la facture !

Je comprends que dans les fonctions de M. Vité, le bien-être des enseignants (dont je suis :-) prime et nous le remercions du souci qu’il porte à notre équilibre.

Mais qui se soucie de l’équilibre des enfants à besoins spécifiques ? Qui se soucie de faire respecter leurs droits ?

C’est tout de même eux les victimes du système !

M. Vité a certainement raison lorsqu’il parle de façade de la part du DIP de mettre en exergue les rares cas d’intégration (pas même d’inclusion !) que l’école genevoise se vante d’avoir mis en place après je ne sais plus combien d’années de discussions… Quelle performance !

Mais au fond discuter de quoi ? De savoir si les personnes handicapées peuvent aller à l’école ???? Ici, cela fait encore l’objet d’un doute ???? Si c’est l’aveu du gouvernement, alors nous sommes dans un Etat hors la loi !!

Au nom de quoi les enfants et les personnes en situation de handicap n’auraient pas le DROIT d’aller à l’école comme les autres ?

Quels sont les critères sur lesquels s’appuie notre Etat pour justifier cette politique ségrégationniste relevant d’un véritable apartheid ?

Je suis d’accord avec M. Vité sur le fait qu’il ne suffit pas d’informer - ce que se contente de faire le DIP pour l’accueil des enfants avec un TSA dans le système scolaire ordinaire - pour être prêts à recevoir un enfant autiste dans sa classe. Cela coule de source.

Mais M. Vité ne devrait pas non plus céder à la logique de l’instant  et se contenter de dire qu’au fond puisqu’il n’y a pas les moyens, qu’importe ce que deviennent ces enfants ! Parce que c’est bien cela dont il s’agit : pendant que tout le monde, au nom de son principe ou de sa croyance érigé en absolu, discutaille… nos enfants eux sont EXCLUS et entravés dans le développement même de leurs réelles compétences !

Mesure-t-on vraiment l’étendue de l’injustice que notre Etat est en train de faire vivre à des générations d’enfants autistes ?

Le discours ne doit certainement pas être réduit à une question de moyens, mêmes si ces derniers sont importants et que l’Etat devra s’y pencher. Mais AVANT CELA,  M. Vité, qui occupe tout de même une fonction importante dans notre société, ne devrait-il pas plutôt affirmer haut et fort que les droits de ces enfants sont bafoués plutôt que d’agiter le spectre de l’argent en affirmant «  que tout le monde est en train de se rendre compte que l’école inclusive a un coût si on entend réellement permettre à tous les enfants, quelles que soient leurs particularités, de suivre leur cursus scolaire à l’école ordinaire. Qui va payer? « 

Ce n’est pas la bonne question.

La bonne question est : comment un Etat de droit peut-il tolérer que des enfants soient exclus, marginalisés et victimes d’un discours aussi minimaliste que celui des moyens ?

Croyons-nous vraiment que la Suisse et en particulier Genève soit moins riche que d’autres pays qui ont mis en place une politique inclusive ? Ce serait amusant de le faire croire….

Si nous partons du droit, de ce qui est juste, les moyens suivront et on se rendra compte, comme ailleurs c’est déjà le cas, qu’en réalité l’école inclusive a un coût bien moindre que l’école de la politique ségrégationniste pratiquée aujourd’hui !

La question n’est pas celle de l’efficacité de l’école inclusive, de sa rentabilité ou de son coût, mais bien du droit de chaque enfant à fréquenter l’école de droit commun, sans discrimination.

La science ne peut donner de réponse absolue à la question de l’intégration scolaire. À l’époque de la Guerre civile américaine, Abraham Lincoln aurait-il dû exiger la preuve scientifique des bienfaits de l’abolition de l’esclavage ? Aurait-il dû consulter des experts, par exemple, un sociologue, un économiste, un analyste politique ? Bien sûr que non. L’esclavage n’était pas et n’est pas davantage aujourd’hui une question qui doit être tranchée par la science. C’est une question morale.

Bilken, 1985, p. 16 ; traduction de Vienneau, 2002

 

Nous comptons sur la prise de conscience de chacun pour faire du droit des enfants à besoins spécifiques une réalité.

Marie-Jeanne Accietto

05:29 Publié dans Autisme - alors ça bouge ou pas ? | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | Pin it! |

Commentaires

Devant tant de faux silences, comment bouger?
Ma fille de 13 ans, déscolarisée, doit elle stopper toute sa scolatité quelle qu'elle puisse être? Et même les scolarités différentes font la moue?
Et comme c'est curieux, elle a été descolarisé sans enquête sociale tiens, vraiment...

Écrit par : murot | 13/11/2014

Les commentaires sont fermés.