09/10/2018

AUTISME: colloque scientifique 13 octobre, Genève

L’association Autisme Genève, association de parents œuvrant bénévolement et sans subventions, ni locaux depuis 10 ans dans le Canton, organise depuis 2008, tous les deux ans un colloque scientifique.

Je remercie tous les donateurs privés qui nous ont fait confiance et qui nous font encore confiance pour mettre au service de la collectivité non seulement des connaissances actualisées, mais aussi des services d’aide directe aux personnes autistes et à leurs familles.

 

Le samedi 13 octobre, de 9h00 à 17h00, nous vous proposons de nous rejoindre au Centre médical universitaire, auditoire B400 pour écouter 5 conférenciers venus exceptionnellement des USA pour nous présenter l’approche TEACCH, la seule approche globale (concernant tousles domaines de la vie de l’enfance à l’âge senior) et spécifique à l’autisme.

 

Les conférences seront toutes traduites simultanément en français traiteront des thèmes suivants :

 

  • L’intervention précoce en tenant compte du contexte familial
  • La transition entre l’adolescence et le monde des adultes, soit pour la poursuite des études soit pour entrer dans la vie professionnelle tout niveau d’autisme confondu
  • Les services de soutien dans la vie professionnelle (entretien d’embauche, jobcoaching, sensibilisation des entreprises, etc.)
  • La collaboration entre parents et professionnels, pilier de la réussite de tout projet de vie pour la personne autiste (il va de soi que la personne autiste est partie prenante dans son propre projet de vie et la collaboration n’a d’autre objectif que celui de favoriser le plus précocement possible son auto-détermination)
  • Le traitement de l’anxiété. Cette dernière est souvent considérée comme un obstacle pour l’inclusion dans la société (scolaire, professionnelle, pour les loisirs, etc..)

 

Notre colloque sera ouvert par le conseiller d’Etat, Thierry Apothéloz qui a la responsablité de présenter des projets pour l’avenir de toutes les personnes en situation de handicap dans notre Canton. L’autisme représente un peu plus de 1% de la population : impossible d’en ignorer la portée sur le plan social.

Jusqu’à présent, la politique concernant les personnes autistes, qui dans, les pays voisins et outre-mer a fait l’objet d’un plan SPECIFIQUE, navigue encore à vue dans notre Canton et plus en général en Romandie.  Aucun plan !

Notre association demande depuis sa création, il y a 10 ans désormais, la mise en place d’un PLAN CANTONAL AUTISME qui SEUL pourra donner une vision d’ensemble des mesures à prendre et permettra d’assurer une continuité dans les services dont nos enfants ont besoin. La continuité des outils (assurés par les services) mis en place est pourtant leur seul « fauteuil roulant »…. Et actuellement il est quasi inexistant … imaginez les conséquences…. pour leur VIE !

Actuellement il n’existe toujours pas de statistiques officielles : comment voulez-vous mener une projection des besoins si on ne sait même pas le nombre de personnes autistes dans le canton ?

Les autorités n’ont pas de plan « inclusion scolaire » qui l’un de facteurs majeurs de la cohésion sociale. Or, sans plan d’inclusion scolaire, comment envisager plus tard une inclusion professionnelle et une inclusion dans la société (habitation, loisirs etc.) ?

Tout cela semble encore pour la majorité des citoyens INACCESSIBLE POUR LES PERSONNES AUTISTES, un rêve de parents qui croient toujours tout possible pour leurs enfants… et tout le monde se maintient encore et toujours dans des anciens schémas de pensée, avec une vision absolument surannée du handicap : celle d’assister au lieu d’accompagner (proportionnellement à leurs besoins, ni plus ni moins) les personnes autistes.

Pourtant, des modèles alternatifs où l’inclusion est une réalité depuis des décennies existent. L’exemple du pays basque espagnol  qu’Autisme Genève est allé voir sur place, en étant le plus criant : voir notre rapport GAUTENA ici : http://autisme-ge.ch/

Je vous invite à lire/relire ce rapport : il est édifiant !

88% des élèves autistes directement en classe ordinaire; 12% dans des classes intégrées (en milieu ordinaire); AUCUNE institution spécialisée pour les élèves autistes et ce depuis plus de 30 ans.... qui a dit: impossible ?

Partir de la personne et non du système.  Système qu’il faudrait, pour des raisons souvent qu’économiques, préserver à tout prix… en faisant toutefois par ci, par là quelques concessions que les politiques appellent souvent, par ignorance des réels besoins, (mais qui les en informe vraiment ? Des gens du système ? ) « pratiques intégratives ».

C’est l’aumône : derrière l’idée condescendante de la « protection » (pauvre « petit handicapé » semble-ton presque entendre …mais évidemment on le formule autrement, rhétorique oblige), on trouve pleins d’idées (souvent des images d’Epinal déroutantes tant elles sont dépassées) pour justifier de ne pas faire d’INCLUSION.

Il y en a même dans le Canton qui présentent le « mélange » des handicaps comme de l’inclusion ! Alors là…c’est tellement grottesque que je ne sais si prendre la chose comme une provocation ou comme de l’ignorance. A vous de choisir…dans les deux cas, c’est inquiétant.

Va-t-on encore me reprocher mon ton direct et franc ? Mais une mère perdrait-elle du temps à mentir ou à faire des tournures de phrases plus plaisantes aux oreilles de ces messieurs-dames ? Je peux le faire. Aucun problème. Dans ce cas que ces personnes prennent -ne serait-ce qu'un jour- notre quotidien de parents. Chiche ? 

Sait-on qu’à force d’isoler les personnes autistes on les sur-handicape ?  Voilà dix ans qu’on le dit. L’autisme et un handicap social… il ne faut pas être un savant pour comprendre qu’en les plaçant dans des institutions ségréguées (encore majoritaires dans le Canton) on ne les aide pas à socialiser … et on ne les aide pas non plus en pratiquant de l ‘« intégration », en vogue dans nos régions, peut-être pour la bonne conscience ou pour essayer de faire respecter tout de même un peu le droit international ou encore peut-être pour préserver un système économico-social bien huilé... L’intégration n’aide que peu nos enfants  parce qu’on les oblige à s’adapter à plusieurs milieux sociaux, différents les uns des autres …eux, dont la principale difficulté est précisément l’adaptation sociale !  Incroyable non ?

Evidemment, l’inclusion (scolaire ou autre) a mille visages et il faut la préparer dans les moindres détails. Il faut planifier, prévoir, donner des moyens (plutôt les déplacer), et surtout SENSIBILISER et FORMER les professionnels (enseignants, psychologues, éducateurs, ASE, etc. ) aux OUTILS de l’inclusion pour les élèves autistes (oui ils sont spécifiques, mais ils sont bénéfiques à tous les autres élèves). Ces outils existent, mais qui les connaît vraiment ?

Dans les écoles, l’enseignement spécialisé a tout son rôle à jouer et les compétences des professionnels doivent être mises au service de la scolarisation de l’élève autiste (et des autres élèves en situation de handicap, mais je parle ici de ce que je connais). Si on pense de cette manière, alors la scolarisation prendra la forme qui est la plus propice à l’élève qui est en face de soi… et non la plus propice au système qu’il faut - au final- rentabiliser. L’élève autiste a toujours sa place parmi les autres élèves. Qui en doute ?

Donnons-nous-en les moyens qui sont avant tout liés à la connaissance de l’autisme et aux outils spécifiques. La formation est LE mot-clé.

Brigitte Cartier-Nelles, psychologue, formatrice et spécialiste TEACCH œuvrant dans la région, nous fera un topo, au début du colloque, de comment  TEACCH est compris dans nos régions, en 2018. Il y a parfois une mauvaise compréhension de ce qu’une telle approche signifie et suppose … D’ailleurs, à travers toutes les conférences du colloque du 13 octobre prochain, on abordera la question des services à mettre en place pour ces personnes tout au long de leur vie, services dont elles ne dépendent pas, mais qu’elles peuvent, lorsque c’est nécessaire, utiliser. C’est la définition même de « service ».

Et je pense que ces services qui existent ailleurs depuis longtemps sont une excellente « représentation» de ce qu’on pourrait appeler l’inclusion de la personne autiste dans la société… L’inclusion a peut-être mille façons de se décliner, mais elle a une seule réalité : c’est d'être AVEC les autres et non pas À CÔTÉ des autres, c’est de PARTICIPER à la société et non pas d’en être de simples SPECTACTEURS.

 

 

Pour le colloque, infos/inscription :www.autisme-ge.ch

Pour connaître la teneur des conférences du 13 octobre, nos invités nous ont fait l’amabilité de nous envoyer des vidéos résumant  leur propos. N’hésitez pas à les consulter sur notre page Facebook :

https://www.facebook.com/Autisme-Gen%C3%A8ve-767505886694...

 

 

25/02/2018

Autisme - la vie en bleu !


Dans le cadre de sa campagne de sensibilisation pour fêter ses 10 ans, Autisme Genève lance un site destiné au grand public et qui -outre des informations pratiques- recense tous les événements que l'association organisera cette année pour parler et faire parler d'autisme ! Evénements sportifs, culturels, scientifiques...la palette est large !

  

logo.jpg

 

 

 

Venez nombreux surfer sur le site: www.lavieenbleu.ch

 

 

 

Pourquoi la vie en bleu ?

 

Le bleu est la couleur de l'autisme.

  

Nous souhaitons simplement  -à travers nos actions - faire comprendre au plus grand nombre comment on vit au quotidien avec des personnes autistes et comment les personnes autistes vivent leur quotidien.

Actions et témoignages voilà le sens de la vie en bleu !

Personnes elles-mêmes, parents prennent la parole mais aussi les professionnels avertis, ceux qui sont membres et/ou impliqués dans les associations, et qui sont actifs, à l'écoute des personnes et de leurs familles.

 

Etre aux côtés des personnes autistes et de leurs familles n'est pas du militantisme, c'est tout simplement être constructif, co-constructif : voilà en deux mots la philosophie d'Autisme Genève, depuis 10 ans. C'est ce message que notre campagne de sensibilisation "la vie en bleu" va porter - nous l'espérons - le plus loin possible !

Le quotidien des personnes autistes et de leur famille n'est rendu difficile souvent que par l'ignorance de la société! C'est elle qu'il faut avant tout instruire. Donner les moyens aux personnes  autistes et sensibiliser les autres, voilà une aide concrète à la portée de tous, quitte à en avoir conscience...

Venez à notre rencontre tout au long de cette année. A travers nos actions, nous venons vers vous !

Venez rencontrer nos enfants, petits ou grands, et parlez-leur directement !

Cassons ensemble les images d'Epinal et le fausses croyances ! Soyons vraiment instruits sur la manière d'être et de penser des personnes autistes. Ecoutez-les en priorité directement ! Ecoutez aussi les familles !

C'est ça la vie en bleu... un échange vrai et direct pour cesser ENFIN toute représentation caricaturale des personnes autistes  et de leurs familles !!!!

 

N'hésitez pas à rejoindre le mouvement de la VIE EN BLEU, à nous soutenir dans l'un ou l'autre des événements que nous organisons directement ou dans lequel nous nous inscrivons.

N'hésitez pas à nous proposer des idées, à nous inviter dans l'un ou l'autre des événements que VOUS organisez... 2018 est l'année des échanges co-constructifs et  du renouvellement ! 

Si vous souhaitez des informations supplémentaires, n'hésitez pas à prendre contact avec la super mum Elvira, membre de notre comité et en charge de la campagne de sensibilisation "la vie en bleu" qu'elle mène tambour battant :-)

Une seule adresse: info@lavieenbleu.ch

 

 

Bon surf ! Et au plaisir de vous voir nombreux sur le terrain :-))))))) 

 

  

 

01/04/2017

2 AVRIL: JOURNEE MONDIALE DE L'AUTISME

Genève se colore en bleu pour l'autisme et rejoint ainsi le mouvement mondial ! Ne manquez pas, le 2 avril, le jet d'eau aux reflets azur : juste magnifique à voir !

 

Diverses manifestations organisées par différentes entités vont colorer la ville en bleu pendant ce week-end: n’hésitez pas à vous informer sur ce que sont les troubles du spectre de l'autisme et à soutenir les associations qui défendent vraiment les intérêts et les droits des personnes autistes.

 

Autisme Genève, entité locale de l'association autisme suisse romande lutte depuis 10 ans dans le Canton, durant toute l'année. Nous profitons de la Journée mondiale de sensibilisation à l'autisme pour créer un élan de solidarité envers notre cause et notre association.

Venez courir en bleu pour nos enfants, tous nos enfants, petits et grands !

 

Autisme Genève est composée de parents, de personnes autistes et de professionnels qui œuvrent bénévolement au service des personnes elles-mêmes et des familles. Nos actions bénéficient également aux professionnels.

 

Nos services sont gratuits, grâce à de la recherche de fonds que l'association mène tout au long de l'année. Nos services répondent aux besoins recensés. Tous nos services sont assurés par des spécialistes en autisme. Voici une liste  de nos prestations:

 

  • 11 groupes de compétence sociales, où de jeunes autistes peuvent apprendre les habilités sociales utiles à leur inclusion dans la société

  • 1 groupe fratrie, pour écouter et soutenir les frères et sœurs

  • 1 groupe de parole parents pour soutenir les familles avec un psychiatre d’orientation cognitive-comportementale et une neuropsychologue spécialisée en autisme

  • Café-rencontres 1 fois par mois pour des échanges informels entre parents

  • 1 service d'aide à domicile conventionnée avec l'Université de Genève (formule stage - gratuite / formule étudiant à l'heure)

  • des cours de sensibilisation tout public (1 lundi par mois sur une thème à chaque fois différent: nous sommes à la 9ème année de cours avec une moyenne de 50 participants par séance)

  • des ateliers pratiques ouverts aux personnes elles-mêmes, aux parents et aux professionnels

 

Par ailleurs des jeux spécifiques autisme ont été offerts par Autisme Genève à deux ludothèques du Canton (rive droite/rive gauche): la ludothèque Prêts-Ludes et la ludothèque de la Servette. Les jeux, souvent chers, sont ainsi  accessibles à tout le monde !

 

Tous les deux ans depuis 2008, l'association organise des colloques scientifiques attirant plus de 400 personnes à chaque édition autour de spécialistes venus du monde entier nous livrer les dernières recherches en cours.

Entre deux colloques souvent Autisme Genève organise des événements comme des conférences, des tables rondes invitant les acteurs du Canton à s'exprimer et à échanger.

Nous avons fait traduire un livre sur les aspects sensoriels en français (merci à  Josef Schovanec :-) pour sa traduction), nous avons commandé un film fait par des personnes autistes sur les personnes autistes,  disponible gratuitement sur notre site.

Une  série de 12 clips didactiques va bientôt déferler sur les réseaux sociaux et sera disponible sur notre site avec des avis d’experts et de personnes elles-mêmes concernées nous instruisant sur la réalité des troubles du spectre de l'autisme.

 

Autisme Genève s’inscrit aussi dans l'actualité des combats des autres associations locales en participant aux actions de la FéGAPH. Elle est l'interlocutrice des autorités politiques et institutionnelles pour défendre les intérêts de toutes les personnes autistes.

Autisme Genève défend les droits des personnes autistes devant l'ONU, diffuse des modèles de systèmeS spécifiques existant ailleurs comme l'école inclusive du pays basque espagnol.

 

Enfin, Autisme Genève a mis une permanence le mercredi de 12h30 à point d'heure (exclusivement sur rendez-vous) pour recevoir les personnes elles-mêmes, les familles, les professionnels afin d'informer, soutenir, seconder, aider...  Notre agenda ne se désemplit pas attestant du fort besoin  dans le Canton. Nous défendons et accompagnons les parents en cas de conflit avec des milieux institutionnels ou autre.

 

Notre action vise toujours à mieux faire comprendre  l'autisme, non pas que durant le mois d'avril mais tout au long de l'année! 

 

AUTISME EN BLEU.jpgSi notre cause vous a touché, si vous souhaitez soutenir notre association qui alterne marathon et sprint tout au long de l'année pour défendre NOS enfants :

rejoignez-nous le 2 avril, à 15h00 au Jardin anglais pour s'entraîner tous ensemble avec un T-shirt de l'association (offert) en vue du marathon des 6 et 7 mai qui se déroulera à Genève!

Pendant ce marathon, il y a déjà  une horde de plus de 120 coureurs qui a décidé de courir avec nos T-shirts en témoignant une belle solidarité vis-à-vis de notre association ACTIVE toute l'année et qui repose sur la seule volonté de bénévoles: personnes autistes, parents et professionnels vraiment engagés ! 

 

Merci à eux et merci à tous ceux qui rejoindront notre élan :-)

 

 

 

 

Infos sur la course d'entraînement du 2 avril et sur le marathon:

https://www.facebook.com/courirenbleu/

 

Infos sur Autisme Genève:

www.autisme-ge.ch

 

! BON 2 AVRIL !

 

 

Autisme Genève sera aussi présent à l'événement organisé par autisme suisse romande au CHUV de Lausanne. Nous aurons un stand. Présence le mercredi 5 avril de 13h00 à 16h00.

Infos: https://www.facebook.com/2avril/?fref=ts

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

03/04/2016

Journée mondiale de l'autisme: souvenirs, souvenirs :-)

Un grand merci à tous les acteurs de cette Journée mondiale de sensibilisation à l'autisme qui, chaque 2 avril, permet aux personnes concernées et à leurs familles de mettre en lumière leur combat qui dure tout le reste de l'année !

1 jour sur 365 pour dire: nos enfants ne sont pas que des autistes, ils sont avant tout des enfants, petits ou grands ! Des personnes qui ont des compétences !

Visionnez notre  petit montage vidéo: amateur, mais qui vient du cœur :-) !!




IMG_6268.JPGIMG_6275.JPGIMG_6279.JPGIMG_6258.JPGIMG_6266.JPGIMG_6264.JPGRendez-vous en 2017 et rejoignez-nous tout le reste de l'année en créant des projets à nos côtés :-)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vidéo est aussi visible sur notre page facebook: 

https://www.facebook.com/Autisme-Gen%C3%A8ve-767505886694877/?ref=settings

09:16 Publié dans Associations, Autisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

05/04/2014

24 avril – Projection du film « Le Mur » suivie d’un débat

 

APRES AVOIR ET CENSURE, LE FILM "LE MUR" A ETE REHABILITE PAR LA JUSTICE !

NOUS AURONS LA CHANCE DE VISIONNER CE FILM ET DE PARTICIPER AUX DEBATS EN PRESENCE DE SA REALISATRICE, SOPHIE ROBERT,  ET DE LA PRESIDENTE D'AUTISME FRANCE, DANIELE LANGLOYS.

L'ASSOCIATION AUTISME GENEVE SERA PRESENTE.

UNE OCCASION UNIQUE DE DENONCER LES MEFAITS DE L'APPROCHE PSYCHANALYTIQUE POUR LES ENFANTS AUTISTES  ET DE CONSTRUIRE UN AVENIR DIFFERENT. 


! NOUS VOUS ATTENDONS NOMBREUX !


logo Pôle Autisme Eclat

.

L’association Eclat du Pays de Gex, section Pôle Autisme, a le plaisir d’annoncer

la projection du film « Le Mur »

le jeudi 24 avril à 20h30

au cinéma Voltaire à Ferney-Voltaire (France voisine)

carte: cliquez ICI

.

Cette projection sera suivie d’un débat en présence de

- la réalisatrice du film, Sophie Robert

- la Présidente d’Autisme France, Danièle Langloys

.

Places disponibles en ligne (cliquez ICI) ou le jour-même au guichet du cinéma.

Plus de renseignements à propos de ce film: cliquez ICI

03/12/2013

Autisme Genève une pensée différente en action...

logo.jpg

 

 

Depuis presque sept ans, Autisme Genève, une association de parents bénévoles ouverte aux professionnels œuvre dans le Canton. Elle travaille pour qu’il y ait enfin une meilleure connaissance des besoins de nos enfants, jeunes et moins jeunes.

 

C’est un travail titanesque aux enjeux colossaux.

 

 

L’autisme est au centre de courants de pensées divergents, opposants  dans la majorité des cas, polémiques souvent. Cela donne aux uns et aux autres des moments de victoire avec son lot de joie ou des moments de désillusions avec son lot d’amertumes. Et après ?

 

Autisme Genève, qui a pour slogan « une manière différente de penser au service d’une pensée différente», depuis son origine, essaye donc d’aborder la réalité de nos enfants différemment et de la mettre en perspective, avec qui le voudra bien, différemment.

 

 

Il s’agit à la fois d’entreprendre, de proposer, d’écouter, d’échanger et de créer des forces convergentes. La convergence n’est ni un compromis, ni un syncrétisme.

 

La vraie question n’est pas de savoir qui a raison ou qui a tort, elle est de savoir qui sont nos enfants.

 

 

Dans le système actuel, qu’il soit éducatif,  pédagogique, thérapeutique ou social nos enfants sont a priori des exclus. C’est la base même du système genevois. Il est exclusif dans tous les sens du terme.

 

La différence d’un enfant quelle que soit cette différence l’amène ipso facto  à être placé dans un lieu différent, qui est souvent loin de sa maison, loin de son quartier, loin de ses points de repère habituels, loin de sa famille, loin de la cité. Il reçoit aussi une éducation différente. Il a des amis différents. Et dans cet espace différent on essaye de lui apprendre le sens de la normalité. Laquelle au juste ? La notre ?

 

A Genève, lorsque l’Etat s’occupe des enfants différents, il prône fièrement, comme enseigne, le mot «intégration » présenté même comme le fleuron de son action. A Genève, on est fier de tolérer la différence.  

 

Ailleurs, on l’a inclue. Ailleurs, un enfant est simplement un enfant.

 

Nous voulons donner une place à nos enfants, qu’ils soient petits ou grands.

 

Qui, à Genève, est prêt à penser différemment ?

 

 

 

14:11 Publié dans Associations, Autisme - Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

20/02/2013

Assemblée générale d'Autisme Genève - 4 mars 2013

Rapport d'activités 2012


MOT DE LA PRÉSIDENTE

A tour de rôle, le fou se moque du fou, et ils s'amusent l'un de l'autre. L'on voit même assez souvent que c'est le plus fou des deux qui rit le plus fort. Erasme de Rotterdam, Eloge de la folie.

-----

Gygès, premier tyran connu de l'histoire, était considéré comme tel non parce qu'il avait usurpé le pouvoir  mais  parce  qu'il  l'avait  exercé  de  manière  absolue,  c'est-à-dire  en  cumulant  plusieurs fonctions institutionnelles et administratives. Qui pouvait alors contrôler les actions de Gygès ? C'est le manque de possibilité de contrôle qui était -dans la pensée des premiers Grecs- qualifié de "tyrannique". Un mot emprunté à la langue des "barbares".

 

Je pense que les premiers Grecs étaient sages. Ils nous invitent encore aujourd'hui à réfléchir sur le sens qu'on donne aux systèmes, aux organismes, y compris d'Etat.

 

Alors, puisqu'ils nous y invitent, je pose une réflexion qui n'a de valeur que la teneur que vous voudrez bien lui accorder: existe-t-il des organismes de contrôle sur ce qui se passe aujourd'hui dans les milieux institutionnels genevois ? Si oui, où sont-ils et qui les compose ?

La  question  semble  anodine:  elle  ne  l'est  pas.  Elle  l'est  d'autant  moins  qu'elle  concerne  des personnes dont l'avenir n'est pas auto déterminé.

 

Dans  un  espace  aussi  restreint  que  le  Canton  de  Genève  des  pensées  opposées,  et  non divergentes, se côtoient sur la nature des TSA, son origine, sa portée. Personne ne s'en soucie.


Dans  les  listes  des  livres  qu'on  donne  officiellement  aux  étudiants  qui  passent  leur  maturité fédérale censée donner une culture générale à nos jeunes, on trouve comme références à l'autisme Bruno  Bettelheim  et  Mélanie  Klein  ignorant  totalement  toute  la  littérature  scientifique  récente. Personne ne s'en soucie.


Dans les écoles sociales de notre Canton qui forment les futurs professionnels de nos enfants, un étudiant peut dans un cours apprendre que les TSA relèvent d'une psychose, et au cours suivant que c'est un problème d'ordre neuro développemental. Personne ne s'en soucie.


Dans  les  formations  continues,  on  trouve  des  cours  et  des  séminaires  dont  les  contenus  sont diamétralement  opposés  tant  sur  le  plan  théorique  que  sur  celui  des  pratiques  qu'il  induit. Personne ne s'en soucie.


Genève a le talent de faire cohabiter des pensées opposées et contradictoires sur le même sujet et qualifie  même  cet  "art"  de  vision  plurielle.  C'est  trompeur:  par  définition,  le  pluriel  compose plusieurs éléments, qu'il fait converger, il ne les oppose pas. Je pense plutôt qu'il faudrait attribuer cette attitude indolente à la veulerie. C'est beaucoup moins glorieux.

 

Or, cette vision faussement "plurielle" a un coût. Non, je rectifie: elle a des coûts. Personne ne s'en soucie. N'est-ce pas là, folie ?

 

Les familles formulent le vœu (que pourraient-elles formuler d'autre ne comptant, pour agir, que sur  la  seule  force  de  leur  engagement  bénévole)  qu'en  2013  quelqu'un  commence  à  s'en soucier.

 

Il faut mettre un terme à la politique de l'arbitraire. L'arbitraire a toujours mis, dans l'histoire, en péril le libre arbitre.

 

Je trouve assez singulier et un peu amusant (s'il nous est licite de s'amuser d'un tel sujet) que des personnes,  très  titrées,  ayant  fait  de  très  longues  et  complexes  études  avec  pour  principale vocation celle d'aider les autres, s'assujettissent si facilement et de manière si complaisante  -une fois investi d'une charge de pouvoir- à la politique de l'instant. Une politique qui -par nature- à l'instant  suivant  change  au  gré  d'intérêts  sous-jacents,  qui  -eux- sont  souvent  en  contradiction avec ladite première vocation. Personne n'est dupe et tout le monde s'en accommode.

 

Comme le dirait l'un de mes amis Aspie: "Mais où sont les autistes dans tout cela ?"


Tout le monde a sa théorie et se prétend le meilleur spécialiste du moment: du tenant du tout génétique à celui du tout psychopathologique en passant -ce qui est sans doute pire- par un petit cocktail des deux. Ces derniers, une espèce hybride de nouveaux experts en herbe, affirment de manière  très  docte  (il  faut  l'être  ou  paraître  l'être  dans  certains  milieux):  "et  si  la  psychanalyse devenait le futur de la génétique ?"

 

Le mélange des genres est à la mode. Il est politiquement correct. Il aura, à n'en pas douter, un terreau  local  réceptif  où  faire  pousser  la  graine  -paraît-il- de  la  singularité.  Amusant  cet  effet d'annonce.

 

Mais où sont les autistes dans tout cela ? Où sont nos enfants ? Où ?

 

Autisme Genève met au centre de sa réflexion non pas les combats idéologiques d'un moment, quelle  qu'en  soit  la  source,  d'ailleurs,  professionnelle  ou  pas,  ni  la  politique  hybride  du compromis, mais elle met au centre de sa pratique la personne qui mesure 1 m 20 ou 50 cm ou encore 1 m 35, qui peut être enveloppée ou pas, avec des cheveux roux, noirs, verts ou décolorés, qui a comme particularité l'autisme et elle met aussi au centre de sa réflexion sa famille. C'est une dimension plus humaine, donc plus profonde, donc plus complexe. C'est du concret qu'il faut.

 

Tous ceux que les neuro typiques appellent les autistes, y compris ceux communément qualifiés de "non-verbaux" vous le diront: il n'est pas insensé que de demander du concret.

 

Et si nous changions enfin notre manière de penser ?Est-ce folie ?

 

Le  problème  ce  ne  sont pas  nos  enfants,  c'est  la  prétendue  connaissance  experte  des  autres  et leurs grandes théories. Et là, les grilles d'interprétation des experts psychanalystes sont tout aussi réductrices  et  déterministes  (ce  dont  ils  se  défendent)  que  celles  prônées  par  les  dits "matérialistes" du tout génétique. 

 

Les fous ou les idiots ne sont pas toujours là où l'on pense.

Les tyrans non plus.

 

Marie-Jeanne Accietto


------------------------------------------------------------------------

Soyez les bienvenus à l'Assemblée générale d'Autisme Genève.

Date: 4 mars 2013

Lieu: aula de l'école du Liotard (66, rue du Liotard)

Heure: 20h00 - 22 h00 + apéro

Déroulement:

20h00 - 21h00 : AG (présentation des projets d'Autisme Genève et des comptes);

21h00 - 22h00 : présentation des nouvelles mesures d’aménagement scolaire pour les  enfants et jeunes avec un trouble du spectre autistique (TSA) - OMP


Cette  présentation  sera  donnée  par  la  Doctoresse  Jacqueline  Mégevand,  Directrice médico-psychologique  de  l’OMP  et  par  Mme  Renate  Von  Davier,  chargée  de  mission  pour  l’intégration  scolaire  des  élèves  handicapés,  de  la  Direction  générale  de  l’enseignement  secondaire  et  postobligatoire (DGPO).

Inscription (obligatoire):  secretariat@autisme-ge.ch


04:54 Publié dans Associations | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |