18/06/2010

Zurich: les informaticiens autistes font des miracles

Puisqu'on vous dit que c'est possible.... si tout le monde s'y met....
Depuis deux ans, l’entreprise zurichoise Asperger Informatik emploie avec succès des informaticiens autistes. Des travailleurs précis, francs et loyaux, qui arrivent de mieux en mieux à s’intégrer dans notre monde digital.
Par Daniel Saraga

«Si vous demandez à l’un de mes employés “Pouvez-vous fermer la porte?”, il vous répondra sûrement “Oui”. Mais il ne se lèvera peut-être pas pour la fermer…» A 37 ans, Susan Conza dirige une entreprise hors du commun: une société d’informatique qui emploie des informaticiens atteints du syndrome d’Asperger, une forme légère d’autisme. Plus surprenant, elle est elle-même une «Aspie», ce qui ne se laisse aucunement deviner dans la discussion. «Mes symptômes ont diminué. J’ai appris petit à petit à me comporter avec des personnes normales: quand dire bonjour, regarder les gens dans les yeux. Mais dans le cœur, je reste une Aspie.»

Fait remarquable, Susan Conza est mariée et mère d’un garçon de 17 ans. La grande majorité des Aspergers apprécient cependant la solitude et n’ont pas d’amis.

Fondée il y a deux ans par Susan Conza, Asperger Informatik compte désormais six employés et s’avère profitable. «Nous ne sommes pas une institution sociale, insiste la directrice, mais une société anonyme rentable. Actuellement, notre plus grand projet est la réalisation d’un portail pour Invest Suisse, un broker d’assurances. Nous attendons aussi la signature d’un contrat avec le service informatique de la ville de Zurich.» Elle a directement écrit aux CEO de Swisscom, Sunrise, Swiss Life et Credit Suisse pour proposer ses services. Tous ont répondu.

Avant de s’attaquer au webdesign, l’entreprise s’est d’abord spécialisée dans le test de programmes informatiques, une tâche méticuleuse et répétitive qui convient très bien aux Aspergers. Une entreprise danoise similaire, Specialisterne, avait d’ailleurs testé en 2005 le Media Center de Windows XP. «Le plus important pour nos employés est d’avoir un environnement très stable et des tâches bien déterminées. Ils travailleront ensuite avec assiduité, patience et grande exactitude. Et surtout, avec une totale franchise. Nous sommes incapables de mentir!» Et la cheffe d’entreprise d’ajouter: «J’ai un cerveau d’adulte, mais émotionnellement, je suis comme un enfant de 5 ans.»

Souvent intelligents, les Aspergers se révèlent compétents dans des domaines techniques comme la mécanique et l’informatique, dans les arts ainsi que dans les langues. Certains travaillent par exemple pour des journaux comme correcteurs, mais le plus souvent les difficultés liées au stress font échouer études et carrières. L’imprévu stresse très vite un Aspie et peut complètement le paralyser.

A Zurich, l’organisation du travail est très précise. Chaque employé sait ce qu’il devra faire pendant la journée, chaque armoire est clairement étiquetée et les bureaux n’ont pas de téléphone. Sur la porte, un signe: «Prière de ne pas déranger! Utiliser l’e-mail SVP.» C’est le prix à payer pour travailler avec des personnes méticuleuses, mais souvent fragiles.

L’entreprise zurichoise compte deux «neurotypiques» — le surnom que les Aspies donnent aux gens normaux: le beau-père de la directrice et une personne responsable des ressources humaines et du management de projets. Elle accompagne aussi les employés lorsqu’ils se rendent chez des clients pour éviter les problèmes qui rendraient impossible leur travail, comme par exemple des grands bureaux où passent trop de monde.

«Nous comprenons mal le langage corporel, les sous-entendus et les métaphores. L’ambiguïté nous déstabilise: tout doit être clair, vrai ou faux. L’émergence d’internet nous aide beaucoup: nous sommes bien plus à l’aise pour communiquer par e-mail que par téléphone.» Les Aspies utilisent les forums en ligne et le web pour étancher leur soif de connaissance, souvent compulsive. «Nous sommes très bien adaptés au monde digital et je me suis déjà demandé si nous ne représentions pas une nouvelle étape dans l’évolution de l’espèce humaine…», sourit Susan Conza qui ne manque pas d’humour ni de charme. Cette perception du monde très binaire et objective rappelle d’ailleurs fortement les ordinateurs qui ne travaillent qu’avec des zéros et des uns, et jamais avec des chiffres entre deux.

«Notre complète franchise peut brusquer — si un Aspie pense qu’un chef a tort, il le lui dira. Sans arrogance, mais sans prendre de gants… Je suis convaincue que cette sincérité et notre créativité pourraient apporter un plus à la politique et aux entreprises.» On se surprend à rêver: un monde où les calculs des politiciens et les amitiés d’affaires laisseraient la place à des échanges directs, francs et univoques… Mais quelle entreprise est vraiment prête à regarder la vérité en face? Peur de la solitude, propension au mensonge, hypersensibilité aux émotions et déni de la réalité: les neurotypiques présentent aussi leurs petits défauts. Mais contrairement aux Aspies, jamais ils ne les admettront.

 

Source: http://www.largeur.com/?p=3171

12:39 Publié dans Autisme et monde du travail | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | Pin it! |

10/05/2010

Autisme et emploi : le job coaching pour l’aider à communiquer

Comment compenser les déficiences des adultes autistes sur le plan des compétences sociales et de la communication pour leur permettre de trouver un emploi ? Le job coaching, méthode anglo-saxonne d’accompagnement des personnes handicapées au travail, a été testé par le centre de ressources autisme (CRA) de Limoges. Les explications de Charles Durham, psychologue et formateur.

« L’expérience nous prouve que les difficultés d’intégration professionnelle des adultes autistes ne sont pas liées à leurs aptitudes professionnelles – la majorité est capable de travailler –, mais à leurs lacunes en termes de compétences sociales, explique Charles Durham, psychologue et formateur. Or, la vie en entreprise suppose des relations de travail avec des supérieurs hiérarchiques et des collègues. Sans accompagnement, ce contexte est peu compréhensible et très imprévisible pour la personne autiste.

Ne pas laisser les incompréhensions s’accumuler…

Le job coach intervient en amont pour évaluer les aptitudes du salarié, ainsi que les besoins du poste et son environnement physique et socio-affectif (disposition du bureau, personnalité des collègues). À partir de ces données, il procède à une adaptation matérielle afin de faciliter le bon déroulement des tâches à accomplir : des schémas écrits ou imagés, la mise en place de paravents pour éviter la proximité, etc.

Une fois la prise de poste effective, le job coach répond à chaque difficulté relationnelle lorsqu’elle se présente. Objectif : ne pas laisser les incompréhensions s’accumuler. Sur les dix-sept salariés autistes suivis à Limoges entre 2006 et 2007, huit ont trouvé un emploi durable. Même si les temps d’accompagnement sont dégressifs, le job coach intervient autant que nécessaire auprès de l’adulte autiste. »

 

Combien de nos adultes sont dans des institutions alors qu'ils pourraient, par le biais d'un coach (formé à l'autisme), avoir une vie active comme vous et moi  ? La personne autiste reste autiste sa vie durant et sa vie durant a besoin, parfois de simples aménagements, parfois d'avantage de soutien, pour continuer son parcours dans la société. Pourquoi toujours réfléchir en terme d'ateliers protégés ? Pourquoi ne pas réfléchir en terme d'intégration ? Le job-coaching se pratique à Genève, interrogeons-nous maintenant sur qui et combien en sont bénéficiaires.

06:48 Publié dans Autisme et monde du travail | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

26/11/2009

Travailler pour une personne avec autisme ? Oui, c'est possible...

Puisqu'on vous le dit:

 

20:06 Publié dans Autisme et monde du travail | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |

14/10/2009

Quand le handicap devient un atout pour une entreprise...

Belgique : quand les ministères profitent du savoir-faire des autistes

Transférer les données d’un ancien site web vers un nouveau. Travail fastidieux qui demande une concentration de tous les instants… Et ne souffre d’aucune seconde de relâchement. Le Ministère des affaires étrangères belge a donc recruté quelques spécialistes pour changer son interface numérique : et, originalité, ce sont trois autistes qui s’occupent de ce travail.  Extrait du blog Handimobility :

Le travail de ces trois collaborateurs soufrant d’autisme est d’aller collecter des blocs d’informations sur l’ancien site Web et les réinjecter sur le nouveau. La particularité de ce travail est qu’il nécessite un savoir faire technique mais aussi que chaque migration de données nécessite une dizaine de clics de souris. Il y a donc un travail routinier répétitif qui nécessite une concentration certaine pour ne pas commettre d’erreurs.

Il a été constaté que des collaborateurs valides n’arrivaient pas à se focaliser très longtemps et que des erreurs d’inattention étaient commises. Il a donc été décidé de sélectionner ces collaborateurs autistes qui peuvent se concentrer totalement sur cette tâche répétitive sur le long terme. Personne en interne n’arrive à d’aussi bons résultats !

Ces trois collaborateurs avaient déjà participé à la refonte du site du Ministère de l’Economie. Comme quoi le handicap peut aussi devenir un atout en entreprise…

Source: http://dailynord.fr/2009/10/belgique-quand-les-ministeres...

14:55 Publié dans Autisme et monde du travail | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | Pin it! |

29/05/2009

Quand on vous dit que ça ne peut que bouger....et à Genève, alors?

Autisme: Valérie Létard pour plus de complémentaité entre les méthodes de soin

La création de 4.100 places d'accueil supplémentaire sur cinq ans, une accentuation des nouvelles méthodes de prise en charge moins médicalisées et plus éducative ou encore plus de 11 millions entre 2009 et 2010 pour créer des postes dans chaque région... Sur RTL, Valérie Létard, la secrétaire d'Etat chargée de la Solidarité, dresse ce jeudi un bilan un an après sur le plan Autisme annoncé en mai 2008. Selon les sources le nombre d'autistes en France est compris entre 180.000 (Inserm) et 500.000 (comité d'éthique).

Ecouter Mme Létard et le témoignage d'un père: http://www.rtl.fr/fiche/5147164/sur-rtl-valerie-letard-et...

Il faut une meilleure complémentarité entre les méthodes de prise en charge de l'autisme, la psychiatrie et l'éducatif, a déclaré jeudi la secrétaire d'Etat à la Solidarité Valérie Létard, pour le premier anniversaire du plan autisme 2008-2010.

"Nous avons encore besoin de progresser dans la voie du dialogue entre tenants d'approches différentes", a affirmé Valérie Létard, lors d'une visite d'un institut médico-éducatif (IME) "Notre école" dans le XVème arrondissement de Paris.

La prise en charge de l'autisme fait l'objet d'une vive opposition entre les partisans d'une méthode de soin psychiatrique d'une part et éducative d'autre part.

En 2008, "1.158 places nouvelles ont été autorisées et financées. (...) Au rythme où nous allons, nous aurons atteint les 4.100 places fixées par le plan en trois ans au lieu de cinq", s'est félicitée la secrétaire d'Etat.

"Cela fait 25 ans que l'on était dans une situation de blocage par rapport à l'autisme, là, nous avons un plan ambitieux", a-t-elle assuré.

Les objectifs de ce plan de 187 millions d'euros visent "à accroître la capacité d'accueil pour les enfants autistes et développer des formes de prise en charge plus innovantes", a-t-elle rappelé.

"Notre souci, ce n'est pas de privilégier une voie par rapport à une autre. Mais le plan a ouvert la voie de l'éducatif, qui n'existait pas dans les précédents plans autisme", a expliqué à l'AFP la secrétaire d'Etat.

"Nous voulons expliquer à des professionnels sceptiques qu'il y a un avantage à s'ouvrir à d'autres méthodes: il faut une vraie complémentarité", a-t-elle poursuivi.

Le plan autisme prévoit en outre "la réalisation d'un socle commun de connaissance qui fasse enfin consensus". Le document élaboré par la Haute autorité en santé devrait être prêt d'ici la fin de l'année.

Le recours à la pratique très contestée du "packing", qui consiste à empaqueter dans des serviettes mouillées les autistes "présentant des troubles sévères du comportement", doit rester "strictement limité", selon Mme Létard. Il nécessite une "information précise des parents (...) et l'accord exprès de ceux-ci", a-t-elle dit, soulignant que cette pratique "n'a pas fait l'objet de validation scientifique".

"Tout recours en dehors de ce cadre (...) peut légitimement donner lieu à un signalement, en vue d'une enquête DDASS et même à un signalement judiciaire, en cas de soupçon de maltraitance", a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, Mme Létard a tenté de rassurer des militants associatifs dont ceux de Léa pour Samy, regroupés devant l'IME, notamment pour leur signifier que six projets de structures expérimentales seraient acceptés, malgré un avis négatif du Comité régional d'organisation sanitaire et médico-sociale (Crosms), rendu le 14 mai.

 

final_autisme_logo.jpgCOMME J'AI EU A PLUSIEURS FOIS L'OCCASION DE LE DIRE ICI ET AILLEURS, DE MANIERE PLUS FORMELLE, EN INFORMANT LES AUTORITES PUBLIQUES, MAIS AUSSI DIRECTEMENT TOUS LES PARTIS POLITIQUES DE LA PLACE, MERCI A CEUX QUI M'ONT RECUES POUR LE DOSSIER "AUTISME à GENEVE" : CA NE PEUT QUE BOUGER ET CA BOUGE... EN FRANCE VOISINE, CERTES, MAIS AU NIVEAU INTERNATIONAL AUSSI ...IL SUFFIT DE LIRE LE NOMBRE D'ARTICLES SCIENTIFIQUES CROISSANT DANS LE DOMAINE DE L'AUTISME POUR S'EN CONVAINCRE...

GENEVE SE DOIT D'ÊTRE A L'ECOUTE ET SE DOIT D'AGIR, L'AUTISME RELEVE PRIORITAIREMENT D'UNE QUESTION DE SANTE ET D'INSTRUCTION PUBLIQUE. ON NE PEUT PLUS IGNORER L'AVANCEMENT DES CONNAISSANCES ET LA NECESSITE D'ÊTRE A L'ECOUTE DE TOUS LES PARTENAIRES CONCERNES PAR L'AUTISME, Y COMPRIS LES PARENTS.

TED-AUTISME GENEVE Y OEUVRE AVEC FERMETE ET CONVICTION EN SOUHAITANT, A TRAVERS LA CONSTITUTION D'UN GROUPE DE TRAVAIL "AUTISME" METTRE AUTOUR D'UNE TABLE ET DE MANIERE FORMELLE TOUS LES PARTENAIRES CONCERNES PAR CE DOSSIER.

IL FAUT POUVOIR GARANTIR DE VRAIS CENTRES SPECIALISES EN AUTISME DANS NOTRE CANTON: ETRE SPECIALISE EN AUTISME NE S'IMPROVISE PAS, LOIN DE LÀ! ET JE CRAINS LES A PEU PRES DANS CE DOMAINE, PARCE QUE DERRIERE LES A PEU PRES, IL YA MON/NOS ENFANTS. OU SONT LES FORMATIONS?

TED-AUTISME GENEVE SOUHAITE ELABORER AVEC LES PARTENAIRES CONCERNES UN "PROTOCOLE DE  PRISE EN CHARGE" . L'ELABORATION DE CE DOCUMENT EST A L'ORDRE DU JOUR DE NOTRE PROCHAINE ASSEMBLEE EXTRAORDINAIIRE, LE 2 JUIN PROCHAIN.

TED-AUTISME GENEVE BOUGE: NOUS SOUHAITONS REUNIR LES PARTENAIRES AUTOUR DE CE PROJET ET ALORS A QUAND CE GROUPE DE TRAVAIL QUE L'ON RECLAME DEPUIS PLUSIEURS MOIS? PARCE QUE DANS MILLE ANS CE SERA UN PEU TARD... LA CONDITION HUMAINE A SES LIMITES.

MERCI A TOUTES CELLES ET CEUX QUI NOUS SOUTIENNENT DAN NOTRE REALITE DE PARENTS DIFFERENTS, DANS NOTRE COMBAT QUI A UN SENS.

05:43 Publié dans Autisme et monde du travail | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | Pin it! |